Quand on sait que l’adversaire ne peut appeler

Publié le 20 octobre 2008

Nous avons conclu la semaine dernière en mentionnant que la plupart des joueurs rechercheront une occasion d’aller all-in à la première occasion lorsque leur tapis représente environ 10 fois le  gros blind.  C’est à ce moment qu’un joueur devient officiellement en danger à cause de son petit tapis et que la majorité cherche à doubler son tapis ou à mourir en tentant de se doubler.

Les bons joueurs adoptent cette tactique. Lorsque vous êtes celui ou celle avec le gros tapis, vous savez ce que votre adversaire fera dès que vous réalisez qu’il a atteint ce point de désespoir. Ça devient tout ou rien. Il  jettera probablement ses cartes même s’il ne le veut pas. Il ne peut se permettre d’appeler. Il peut se permettre de relancer, parce que ceci lui donnera une chance de gagner le pot sans compétition. Mais appeler signifie que la seule façon qu’il peut gagner est en montrant la meilleure main au dévoilement, et si vous avez un petit tapis avec une main marginale, vous ne voulez vraiment pas appeler.

Ce n’est pas le seul genre de situation où votre adversaire ne peut se permettre d’appeler. Supposons que vous avez relancé avec K-Q assortis et que 2 joueurs appellent. Le flop n’apporte rien de substantiel. Disons un flop 7-5-2 ; ça ne semble avoir aidé personne. Vous miser une mise de continuation et un seul joueur vous appelle. Le tournant est un As. Si vous êtes le premier à agir, vous pouvez miser encore, comme si c’était la raison de votre relance avant le flop. À moins que votre adversaire ait un As dans sa main, il n’y a aucune façon qu’il puisse appeler votre mise sauf s’il a un tirage à la couleur ou à la suite, ce qui est fortement improbable. Il peut relancer et tenter de vous sortir de la main s’il croit que vous n’avez pas d’As. Il peut se coucher s’il croit à votre bluff.  Mais il ne peut appeler à cause de votre relance pré flop. Même si le flop ne vous a pas aidé, il imagine que l’As vous donne probablement la meilleure paire. À ce qu’il sache, vous pourriez déjà avoir 3 As et être certains de gagner la main.

Ceci est l’une de ces situations où la combinaison des cartes communautaires et la séquence de mises l’empêchent de tirer vers une meilleure main et donne l’impression que vous avez une bonne main. Se coucher devient alors sa meilleure option. Encore une fois, il ne peut appeler.

De son point de vue, vous avez relancé avant le flop, représentant soit une grosse paire ou deux grosses cartes, l’une d’entres elles ayant une bonne chance d’être un As. Il vous a regardé miser après un flop désassemblé et vous mets sur une grosse paire, ce qui le place loin derrière, ou sur 2 grosses cartes. Si vous avez 2 grosses cartes, votre adversaire sait qu’il est en avance s’il a une paire, ou en arrière si tout ce qu’il a sont 2 hautes cartes moins bonnes que les vôtres.

Lorsqu’un As tombe au tournant, votre adversaire sait qu’il est loin derrière même s’il a une paire soit petite ou moyenne, puisqu’il s’imagine que vous avez un As dans votre main. Parce qu’il sait que toute carte qui ne l’aide pas peut vous aider, il ne peut aimer cet As. Puisque vous avez relancé avant le flop, il se doit de prendre pour acquis que vous avez un As dans votre main. À moins qu’il ait eu la chance de flopper un brelan ou deux paires, il aura beaucoup de difficulté à appeler votre mise avec un As sur le tableau (cartes communautaires) qui semble beaucoup plus vous appartenir que lui appartenir.

Même si vous n’avez pas complété votre main, le tableau et la séquence de mises ont conspiré pour raconter une histoire et selon la façon dont l’action se déroule, vous semblez gagnant. Tout ce que vous avez à faire est d’en profiter. Tout ce que vous devez faire est agir comme si l’histoire était vraie et que vous avez les cartes qui endossent votre jeu à date dans la main.
Lou Krieger.
Vous pouvez visiter Lou Krieger en ligne et voir ses livres à www.loukrieger.com . Son blogue est disponible à http//loukrieger.blogspot.com et lui écrire directement à loukrieger@aol.com
Traduit avec sa permission pour PrincePoker.com

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
De nouvelles règles adoptées par la TDA
Matt Savage sur la structure de tournoi parfaite
Les deux erreurs de Negreanu lors du tournoi principal WSOP
Un donk bet exemplaire
Le small ball 2.0 selon Daniel Negreanu
HAUT DE LA PAGE