Laissez les Maniacs s’éliminer eux-mêmes

Publié le 4 octobre 2009

Nous avons tous joué contre ces joueurs extrêmement agressifs, qui misent avec n’importe quelles cartes. Le fait est que vous aurez à jouer contre ces joueurs, tôt ou tard. La clé est de choisir le bon moment pour le faire. Il n’y a rien de plus pénible que de se faire éliminer par ce genre de joueur au moment où il touche enfin un monstre.  Ce sera cependant un pari à faire afin d’être celui qui récupère tous ses jetons lorsqu’il exécutera un bluff mal avisé.

Lors du premier jour des Aussie Millions de 2008, j’ai eu un de ces joueurs agressifs à ma table lors du premier jour. C’était un joueur de 18 ans, adepte du jeu en ligne. Je crois qu’il était Norvégien. Il ne m’a pas fallu trop de temps pour réaliser qu’il jouait loose: s’impliquant dans beaucoup de mains, relançant parfois de beaucoup. Il était assis à deux places sur ma gauche, je devais donc être prudent et me préparer à jouer contre une de ses grosses relances.

Cette occasion s’est présentée lorsque les blinds étaient de 150/300. J’étais dans la moyenne avec 19 500 et le Norvégien étaient le big-stack de la table avec 44 000. Il était au bouton.  Le joueur Under-the-Gun relança de 800, et le joueur suivant suivit. Je regardai mes cartes et  m’aperçu que j’avais Kc-Jc. J’ai donc suivi, tout comme le cutoff. J’avais remarqué qu’à chaque fois que cinq ou six joueurs suivaient, il mettait la pression. Mon petit doigt me disait qu’il n’avait rien la plupart du temps, et faisait cela pour rafler les mises.

Il a donc encore effectué une relance de 4 000 pour un total de 4 800. Tout le monde se coucha autour de moi, et je devais considérer à quel point un call allait affecter mon tapis. Je n’avais pas tellement de jetons et cela impliquait le quart de mon tapis. Mais quelque chose me disait que ce gars n’avait RIEN. J’ai donc suivi.

Nous étions en heads-up et le flop donna Q-J-8, rainbow. J’ai checké en me persuadant que je suivrai n’importe quelle mise sur le flop. Cependant il checka également et la turn offrit un autre J, ajoutant un Pique supplémentaire sur la table. J’ai checké encore une fois et il misa 4 000 jetons. J’ai donc pris mon temps, laissant penser qu’il m’était difficile de suivre avec une main marginale, pour finalement suivre. J’étais certain qu’il n’avait rien, il n’aurait donc servi à rien de relancer.C’est un Roi qui tomba sur la river m’offrant un Full House. J’ai encore checké et il me poussa all-in avec 10 000 jetons. J’ai suivi instantanément. Il ne voulait même pas montrer sa main. En effet, il avait … 10-7 dépareillés.

J’étais fier de la manière dont j’ai joué cette main, sur deux fronts. Premièrement, ma lecture du joueur. Ensuite, lorsque j’ai eu une bonne main, pour finalement obtenir un monstre sur la river. Si j’avais misé sur un des tours, j’aurais sûrement perdu ce joueur. Mais ces joueurs agressifs pensent souvent qu’ils peuvent vous bluffer avec des mises all-in. Donc, lorsque j’ai eu mon full-house, je l’ai laissé utiliser son agressivité pour la retourner à mon avantage.

Profitez d’un bonus exceptionnel de premier dépôt de 100% jusqu’à 600$ sur Full Tilt Poker en téléchargeant le logiciel via le lien précédent et en entrant le code bonus PRINCEPOKER.

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
De nouvelles règles adoptées par la TDA
Matt Savage sur la structure de tournoi parfaite
Les deux erreurs de Negreanu lors du tournoi principal WSOP
Un donk bet exemplaire
Le small ball 2.0 selon Daniel Negreanu
HAUT DE LA PAGE