Être maître sur la bulle en Sit & Go

Publié le 7 janvier 2009

Dans une partie sit & go typique à 9 joueurs où 3 places sont payées, le temps critique du tournoi est lorsque 4 joueurs restent. 3 des joueurs termineront avec un profit alors que le 4ème quittera la table les mains vides. Il va sans dire qu’il n’y a pas une position plus décevante à laquelle on puisse terminer ce type de tournoi.

Cette période est volatile alors que votre tapis diminue, les blinds montent et tous espèrent maintenant toucher leur partie de l’argent en jeu. Afin de soutirer le maximum des sit & go, vous devrez donc apprendre à être maître sur la bulle.

Sur Full Tilt Poker, la première place paie 50% de la cagnotte, la deuxième 30% et la troisième 20%. Ne laissez pas ce pourcentage de 20% vous tromper. Ce n’est pas réellement 20% pour la troisième place puisque lorsque vous arrivez à trois joueurs, 60% de la bourse est déjà gelé, en fait, déjà attribué. Essentiellement, les 3 derniers joueurs s’affrontent pour 40% de la cagnotte, le 60% restant ayant déjà été attribué. C’est pourquoi il est si important de s’assurer de terminer dans l’argent. Vous devrez prendre de difficiles décisions et coucher des mains fortes afin d’être certain de toucher une partie de ce 60%.

Voici un exemple d’une main que vous joueriez bien différemment sur la bulle d’un Sit & Go comparativement à toute autre situation conventionnelle. Vous avez le deuxième meilleur tapis avec 3000 jetons, les blinds sont 100/200 et vous recevez A7 en carreau sur le gros blind. Le leader est sur le bouton et ouvre à 600. Le petit blind couche et vous suivez le 400 supplémentaire. Le flop vient Q83 avec deux carreaux, représentant un tableau très alléchant pour votre main. Vous checkez et votre adversaire fait exactement ce que vous craigniez, misant le double de la valeur du pot. Vous avez alors légèrement mieux que du 3 pour 2 sur les côtes du pot sur un call pour votre vie de tournoi.

C’est une situation où dans la plupart des tournois, tôt dans la partie ou une fois la bulle passée, vous appelleriez la mise sans hésitation. Cette mise en scène est cependant spéciale. Vous êtes sur la bulle et 60% de la cagnotte est sur le point d’être attribué. Si vous appelez ici, vous avez probablement une chance sur deux d’être éliminé et d’être ainsi le joueur à ne pas toucher à ce 60%. C’est un exemple clair de quand vous devez laisser la structure d’un Sit & Go influencer votre prise de décisions.

Une fois la bulle passée, votre approche devrait drastiquement changer. Regardez encore la structure des prix. Les trois derniers joueurs s’affrontent pour le 40% restant de la cagnotte. Si vous passez de la troisième à le deuxième place, vous obtenez un autre 10% mais si vous passez de la troisième à la première, vous gagnez 30% en extra. C’est une récompense trois fois plus grande que de progresser que d’un seul rang. Votre but maintenant devrait être de faire le nécessaire afin de remporter le Sit & Go et ne pas trop vous soucier du risque de terminer 3ème.

Vous devriez chercher à mettre vos jetons à risque de manière à bâtir un tapis pouvant vous permettre d’aspirer à la victoire. Si vous recevez une main comme J9 ou As faible et vous croyez qu’un adversaire vous bouscule, c’est le moment de mettre un pied par terre. Mettez vos jetons au centre. Vous ne voulez pas perdre vos jetons sur des blinds et ante, vous faufilant ainsi en deuxième position sans chance de victoire.

Avec une telle structure, l’objectif initial est toujours de terminer dans l’argent. Une fois ce plateau atteint, il faut alors attaquer pour la victoire.

Howard Lederer

Discutez de cet article dans notre forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
De nouvelles règles adoptées par la TDA
Matt Savage sur la structure de tournoi parfaite
Les deux erreurs de Negreanu lors du tournoi principal WSOP
Un donk bet exemplaire
Le small ball 2.0 selon Daniel Negreanu
HAUT DE LA PAGE