Erreurs fréquentes en tournois

Publié le 10 janvier 2005

Pour espérer rentabiliser votre investissement dans le poker sans-limite, il y a de ces jeux (ou situations) que vous ne devriez pas faire. Dans cet article, je vais vous parler de quelques mains (en tournoi) qui finissent par vous coûter beaucoup d’argent et aussi comment éviter certains pièges rattachés à ces mains. J’ai été témoin de toutes ces situations dans les 3 dernières semaines.
Allons-y !
Sur-relancer (relancer quelqu’un qui a lui-même relancé)
Beaucoup de joueurs font l’erreur de sur-relancer avec des mains comme 99, 1010, JJ, AQ, AJ. Ce n’est pas vraiment un jeu que je conseil. Le but de jouer des mains comme 99, 1010, JJ (et même toutes les paires de 22 à JJ) est de voir le flop nous donner un brelan (set). Pas la peine de sur-relancer. Il y a évidemment des exceptions, comme par exemple si le joueur sur le bouton ouvre avec une relance et que vous êtes dans un des blinds, une sur-relance est souhaitable ici avec des mains comme 99, 1010, JJ, AK et même AQ.
Appeler un joueur qui se met tapis.
Parce que le poker sans-limite est un jeu de situations; c’est-à-dire que nos réactions et actions seront différentes d’une main à l’autre à cause d’une pléiade de facteurs comme par exemple la profondeur des tapis, les blinds, la position, les joueurs impliqués dans la main, il n’y a jamais une seule bonne façon de jouer les mains. Cependant, il y a toujours la meilleure façon de jouer la main. Prenons par exemple un joueur typique qui relance son tapis en position hâtive. Il faut se poser quelques questions avant de prendre notre décision (et ce même avant d’avoir regardé nos cartes). Est-ce que le joueur est désespéré parce que les blinds approchent ? Est-ce un joueur solide ? Est-ce un joueur agressif ? Si c’est un joueur solide qui joue comme une roche (serré) et qu’un appel de sa mise mettra en jeu plus de la moitié de vos jetons, vous devriez appeler avec un éventail de main assez restreint : AA, KK, QQ, et peut-être AK.
Autre situation, toujours avec un joueur typique. Vous décidez d’ouvrir avec une relance en position intermédiaire avec A6s. Le gros blind sur-relance de tout son tapis. Il vous est impossible ici d’appeler cette mise (à moins bien entendu que les cotes du pot vous y obligent). Faites un peu de cinéma en vous tortillant sur votre chaise et puis jeter vos vidanges.
Appeler une relance des blinds avec des mains marginales.
Vous savez, il n’y a rien de mal à jeter ses blinds de temps en temps. Vous n’êtes pas obliger de toujours les protéger. Lorsque les blinds sont assez élevé et que vous avez un tapis moyen, vous devez faire très attention aux mains que vous allez jouer des blinds. Une main comme A6 peut vous causer bien des maux de tête si un As fait son apparition sur le flop. Vous pouvez cependant le défendre avec des mains comme 45s, 67s, 89s etc. Dans un tournoi sans-limites, les cotes implicites sont généralement assez intéressantes pour justifier jouez des mains comme celles-là.
Lorsque votre tapis devient de plus en plus petit, savoir choisir le bon moment pour pousser votre tapis. Rappelez-vous ceci, il est préférable de pousser son tapis avec une main marginale lorsque vous êtes le premier à parler que de le faire avec une main moyenne après qu’un ou deux joueurs auront égalisé la mise. Il faut prévoir à l’avance (4 ou 5 mains) lorsque vous allez pousser votre tapis.
Jouer les As comme si c’était de l’or.
Je vois innocemment de joueurs jouer des As comme s’ils avaient découvert le Xanadu. Ces mains (A2 à A10) doivent êtres joués d’une façon particulière. Vous ne devriez presque jamais appeler une relance avec ces mains. Vous ne devriez presque jamais relancer avec ces mains et vous ne devriez presque jamais jouer ces mains en position hâtive. Même si elles sont assorties. Cependant, ces mains prennent de la valeur lorsqu’il y a moins de joueurs à la table. Moins il y a de joueurs, moins votre main se doit d’être bonne pour remporter la mise.
Prendre au sérieux une relance ou non.
Il y a plusieurs facteurs qui peuvent vous aider à analyser une relance. Qui fait la relance? Est-ce un joueur qui relance n’importe quand et avec n’importe quoi ? Est-ce une relance en position hâtive? Si 3 joueurs égalisent le blind (limp) et qu’un joueur serré relance après eux, attendez-vous à rien de moins que AA, KK, QQ et peut-être AK. Si tous les joueurs se couchent au bouton (qui est un joueur solide) et qu’il relance, dites-vous bien qu’il puisse relancer ici avec presque n’importe quoi.
Il faut toujours bien identifier les joueurs avant de prendre votre première action. Si vous avez un joueur très agressif à votre gauche, allez-y prudemment avec des mains marginales parce qu’ils vont relancer avec beaucoup de mains. Si vous avez des joueurs faibles-serrés (weak-tight) à votre droite, n’hésitez pas à en abuser avec des relances constantes lorsqu’ils n’ont qu’égaliser les blinds (limp).
J’espère que ces mains vous aideront à vous améliorer en tournoi. Il y aura probablement un deuxième article comme celui-ci. Je vais prendre en note des erreurs que je vais voir dans les tournois auxquels je participe et je vous en ferai part probablement après la période des fêtes.

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
De nouvelles règles adoptées par la TDA
Matt Savage sur la structure de tournoi parfaite
Les deux erreurs de Negreanu lors du tournoi principal WSOP
Un donk bet exemplaire
Le small ball 2.0 selon Daniel Negreanu
HAUT DE LA PAGE