Que faire quand ça va mal?

Publié le 4 octobre 2009

Au poker comme dans n’importe quel autre domaine, il y a de bonnes séquences et de moins bonnes. 85% du temps, l’une comme l’autre ne sont pas importantes; nos résultats sont un peu mieux que la normale, ou un peu moins bons.  Un joueur qui habituellement roule à 5BB/ 100 mains se promènera généralement entre 2.5-3 BB à 7-7.5 BB. Il s’agit d’un fait statistique et le fait d’avoir des résultats un peu en dehors de notre fourchette et de se promener entre 2.5 et 7.5 ne veut rien dire.
Se tenir bien au dessus de nos résultats normaux ne dérange personne. Si lors des 25 000 dernières mains notre joueur roule à 10 BB/ 100 mains, il ne cherchera pas trop à comprendre le pourquoi.  Soit il est conscient qu’il est plus chanceux qu’à l’habitude, soit il vient de changer une partie de son jeu croit alors que ce changement l’a rendu bien supérieur. Lorsqu’un joueur en arrache et qu’il fait moins de profits, il ne s’en préoccupera pas tellement non plus.

Par contre, à l’occasion, il connaîtra une période prolongée d’insuccès. Nous avons tous connu de telles périodes où notre mois se traduit par une perte. Je traverse présentement ma pire séquence à vie et il me semble que je ne m’en sortirai jamais, que les dieux du poker m’en veulent, que dame chance est la nouvelle amie de tous mes adversaires, mon ex qui souhaite ma mort, tout ça réuni. Bref, je perds comme jamais cela ne m’est arrivé.

Que faire lorsque telle séquence arrive? Plusieurs choses en fait! En voici quelques unes :

-Tout d’abord, vous devez vous y être préparés depuis longtemps. La gestion du bankroll n’existe pas pour les sessions gagnantes; elle sert lors des passages à vide. Tout le monde sait qu’un joueur de poker travaille toujours avec un arsenal de 30 à 40 fois ce qu’il doit mettre sur chacune de ses tables. Par exemple, le joueur de no limit 10 devra avoir dans son compte poker entre 300$ et 400$ pour entrer avec le maximum sur ses tables.  Lors d’une séquence prolongée perdante, alors que les bad beats se suivent sans cesse, s’il perd 10 à 15 buy -ins, il n’est pas en danger de perdre son bankroll.
-Lors d’une telle séquence, on se doit d’être très honnête avec soi-même. Un joueur doit retourner à ses statistiques, les étudier plus que jamais, puis en tirer les bonnes conclusions. Ai-je changé certains aspects de mon jeu? Ai-je négligé de travailler sur mes faiblesses connues? Est-ce qu’au contraire, je les ai tellement travaillées que j’ai maintenant le problème contraire? Par exemple, si mon jeu manquait d’agressivité, suis-je devenu trop agressif et surtout, le suis-je devenu trop rapidement? La beauté d’un logiciel comme Hold’em Manager est la capacité de situer notre «’évolution” . Quels aspects de mon jeu ont le plus changé? Bien évidemment, repasser ses mains devient un must pendant une telle léthargie.  Souvent, la malchance nous affecte plus que notre mauvais jeu. Néanmoins, il importe de s’en assurer et souvent c’est le meilleur moment pour travailler un peu plus fort sur nos faiblesses. Chaque dollar non perdu est aussi utile  que nos dollars gagnés.
- Est-il temps de descendre de limite avant d’y remonter? Difficile à dire. Éventuellement, si vous vous retrouvez en bas de 20BB, probablement, ne serais-ce que pour vous protéger. Par contre, si vous êtes toujours confiants en votre jeu après une solide analyse, il est probable que cette option n’est pas encore nécessaire. Si votre confiance est ébranlée, que votre jeu s’en ressent, alors oui, descendez. Vous reviendrez plus tard.
-Le plus important dans une telle séquence est ne pas paniquer. Souvent on a tendance à modifier notre style et ce, généralement pour le pire. Ce qui a fait de vous un joueur gagnant devrait encore fonctionner pour vous. NE CHANGEZ PAS VOS HABITUDES. Ce n’est absolument pas le temps de resserrer votre jeu si vous gagnez par votre agressivité! Si habituellement vous jouez 25% de vos mains, continuez. Si vous en jouez 15%, restez à 15% si c’est ce qui a fait de vous un joueur gagnant. Ne devenez pas quelqu’un que vous ne connaissez pas. Restez vous-mêmes. Surtout, restez agressifs. Donner des cartes gratuites à ses adversaires, ou pire, montrer de la faiblesse, n’est certes pas la solution, ni la manière de s’en sortir, au contraire.

Éventuellement, le vent tournera. Il tourne toujours!

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
Un argument à votre table de poker?
DÉBAT: Devriez-vous payer la bulle dans les tournois live?
Conseils pour fixer des objectifs de poker réalistes pour l'année 2014
Oubliez votre "poker face" et surveillez vos bras!
Sam, mon ami paresseux
HAUT DE LA PAGE