Quand rien ne fonctionne

Publié le 12 mai 2009

S’il y a un point commun à tous les joueurs de poker, c’est sans contredit celui des séquences perdantes qui arrivent de temps à autre.  Que vous soyez un joueur occasionnel ou un professionnel aguerri, vous connaissez ces périodes où les cartes semblent se moquer de vous.  Vous ne savez pas nécessairement ce qui cloche spécifiquement, mais vous savez pertinemment ce qui arrive globalement.  Vous êtes dans une pente descendante et vous devez y faire face.

Il n’y a pas de définition distincte d’une séquence perdante.  Pour certains, il s’agit de systématiquement terminer ses sessions en perte pour une longue période de temps.  Pour d’autres, ce sera de méthodiquement perdre tous ses piles ou faces dans une session donnée.  Évidemment, quelques sessions perdantes consécutives relèvent plus souvent qu’autrement de la simple variance.  La vraie malchance se révèle sur le long terme, alors que la variance négative ne semble jamais vouloir s’équilibrer.

L’important dans ces moments est de bien savoir gérer son fond de roulement.  C’est essentiellement ce qui différenciera le joueur gagnant du joueur perdant.  Le premier utilisera les bonnes méthodes pour garder sa tête hors de l’eau tandis que l’autre aura tendance à se coincer dans une spirale perdante.

La première étape en séquence perdante est de prendre du recul afin de juger de ce qui vous arrive.  Essayez de mettre vos émotions de côté et analysez vos résultats sur une période statistique révélatrice, donc suffisamment longue.

Si vous constatez que vous perdez systématiquement et de manière stable depuis plusieurs semaines ou même mois, l’explication la plus plausible reste que le problème réside dans votre jeu.  Soyez humble et considérez cette possibilité.  Au poker, jouer à l’autruche peut rapidement vous mener au cauchemar.

Les séquences perdantes représentent souvent un cercle vicieux.  Au départ, le joueur est vraiment malchanceux et perd des mains qu’il devrait généralement remporter.  Cependant, sa colère l’amène ensuite à prendre des risques irréfléchis.  Son jeu devient alors la source de ses pertes alors qu’il continue de glisser.  Si cela vous arrive, il vaut mieux prendre une pause de quelques jours ou semaines afin de laisser retomber la poussière.  Lorsque vous retrouverez votre aplomb, revenez aux bases et à votre jeu solide qui vous permettait d’être gagnant.  La seule certitude avec la chance,  c’est qu’elle finit toujours par tourner.

Si vous analysez votre jeu et pensez bien jouer malgré vos mauvais résultats, peut-être êtes vous vraiment malchanceux.  L’important est alors de ne pas changer votre jeu malgré la frustration des pertes à court terme.  Si votre fond de roulement s’en trouve trop affecté, ayez la sagesse de descendre de limite.  Au grand jamais devriez vous monter de limite afin de plus rapidement effacer vos pertes !  Avec moins d’argent dans votre fond de roulement et plus sur la table, vous investissez trop, dans une séquence négative de surcroît.  Vous courrez ainsi à votre perte !  Au contraire, en descendant de limite pour un moment, vous diminuez le facteur risque le temps de rebâtir vos pertes.  Vous aurez peut-être besoin de quelques mois pour vous remettre sur les rails mais c’est un mince prix à payer versus le risque de tout perdre !

Les périodes difficiles font partie du poker et apprendre à gérer l’adversité à court terme sans perdre votre confiance ou votre fond de roulement feront de vous un meilleur joueur sur le long terme.   La malchance affecte tous les joueurs à un moment ou un autre.  Rien ne sert de vous apitoyer sur votre sort.  Serrez les dents et vous sortirez de la tempête grandi.

Discutez de cette nouvelle dans notre forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
Un argument à votre table de poker?
DÉBAT: Devriez-vous payer la bulle dans les tournois live?
Conseils pour fixer des objectifs de poker réalistes pour l'année 2014
Oubliez votre "poker face" et surveillez vos bras!
Sam, mon ami paresseux
HAUT DE LA PAGE