Le dernier choix d’un pro

Publié le 26 avril 2012

Je vous avertis tout de suite, cet article ne s’adresse pas à la majorité. Seulement aux joueurs du haut de la pyramide, ou à ceux qui croient s’y rendre.

À toutes fins pratiques, nous débutons tous de la même façon. Quelqu’un nous initie ou nous décidons de nous-mêmes de tenter notre chance après avoir vu un tournoi à la télé. Nos premiers pas sont identiques :  après quelques jours, nous croyons tout connaître! Après un mois, encore plus!

Pour tous les aspirants joueurs, le début se ressemble. Par la suite, une grande majorité abandonne. Le poker mal joué coûte cher. Pour eux, ce sera simplement un souvenir ou une activité à jouer sans argent. On n’a qu’à penser aux succès de Zynga sur Facebook!

Pourtant, un petit pourcentage survivra. Ces joueurs deviendront la base, le bassin de joueurs qui font vivre le poker. Cela inclut tous les joueurs de ligues de toutes sortes, où ils jouent des tournois à faible buy-in de façon régulière. Mais surtout cela inclut tous les joueurs réguliers et semi-réguliers sur internet. Plus que dans tout autre domaine, ceux-ci marquent l’économie  et le monde du jeu beaucoup plus qu’on ne le réalise.

Une tonne de gens aujourd’hui préfère jouer en ligne. Ils y gagnent et perdent des sommes combinées colossales. Mais surtout, ces sommes gagnées restent difficiles à identifier, surtout pour les gouvernements. Dans la majorité des cas, aucun problème. Le jeu est considéré au Canada comme un jeu de hasard, et les gains non imposables. Ceci est d’ailleurs clair pour presque tous les joueurs concernés. Par contre, des gains lors de tournois aux USA sont gérés autrement et plus difficiles à bien récupérer totalement. Même chose pour quelques autres pays, où on s’aventure carrément en terrain inconnu.

Donc, dès le départ, un joueur habile gagnera. Au départ des petites sommes. Ensuite, soit via un gain imposant en tournoi ou en grindant des tables de parties à l’argent. Et les sommes s’accumulent!

Après un certain temps, pour l’élite, les montants deviennent plus sérieux. Le passe- temps d’hier devient le travail à plein temps. Et les livres de poker ne nous préparent pas à cela!  À part une petite incursion de Harrington sur le sujet de l’imposition des gains aux É.-U., où il rejoint l’opinion de Doyle Brunson, rien du tout.

Pourtant, ça semble essentiel! Le bon joueur d’aujourd’hui a dévoré tous les livres de poker, analysé mille fois plutôt qu’une toutes les situations de jeu dans lesquelles il s’est retrouvé. Habituellement, il a aussi été coaché, de manière à élever son jeu d’un cran. Aujourd’hui, il est connu et reconnu de tous les membres de sa communauté. Il fait tranquillement fortune. Un seul problème! Dans plusieurs cas, il est archi mal préparé pour gérer son succès. Dans la grosse majorité des cas, il n’est pas équipé pour cogner à la porte des sites en ligne et recevoir une commandite. Se rendre aux WSOP pour un mois représente encore un trip agréable et sans problème.

Pourtant, la réalité est que sans préparation, personne ne survit. Sans aide, tout le monde perd éventuellement. Le maniaque de préparation au poker devient l’équivalent du joueur de craps qui mise sur snake eyes sans cesse puisque cette mise paye beaucoup!

La réalité est simple : on s’habitue rapidement au rythme de Rock Star! On oublie parfois que l’on a fait de cette job un choix de carrière! Que l’on jouera encore pendant des années et ensuite d’autres années. On oublie surtout de bien s’entourer. Un agent, un conseiller, un comptable, aucun athlète ne pourrait survivre sans eux. Et pourtant, au poker, plusieurs s’en passent, tout en gagnant les mêmes “salaires“, dans les mêmes conditions que des athlètes professionnels. Gérer son temps et son argent devient important et lorsqu’on choisit de tout faire seul, à la longue on y perd énormément! Les athlètes l’ont compris il y a longtemps. Pourtant, les joueurs de poker majoritairement résistent à cette réalité.

Aujourd’hui, l’évidence nous amène à croire que le poker en ligne survivra et fera partie du paysage pour longtemps. Les meilleurs devront possiblement amener des ajustements, mais les meilleurs de toute façon possèdent déjà l’habileté à s’ajuster. Ils survivront et continueront à avoir du succès.

Je leur souhaite à tous d’avoir la finesse que quelques-uns ont déjà : qu’ils réussissent à bien gérer leur carrière. C’est la seule façon de la prolonger …..et surtout de la protéger.

Bon poker!

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
Un argument à votre table de poker?
DÉBAT: Devriez-vous payer la bulle dans les tournois live?
Conseils pour fixer des objectifs de poker réalistes pour l'année 2014
Oubliez votre "poker face" et surveillez vos bras!
Sam, mon ami paresseux
HAUT DE LA PAGE