Éviter le “tilt”

Publié le 3 décembre 2008

Comme plusieurs experts l’affirment, le poker doit être vue comme une grande session continue d’une durée illimitée. Si vous pouvez garder ce simple concept en tête, certaine variation due à la chance peuvent être moins douloureuses lorsque la victoire est acquise par le joueur le moins favorisé (Underdog). Dernièrement ce concept m’a été rappelé non pas à une mais bien à deux reprises durant la même soirée.
Je joue régulièrement des tournois locaux de No Limit Texas Hold’em et les deux mains suivantes se sont produites en compagnie de ma femme. Juste avant de partir de la maison ma femme m’arrêta et me dit qu’elle voulait venir jouer avec moi son premier tournois de poker. Elle était très nerveuse et je lui es dis de jouer selon ce qu’elle avait apprise et non pas comme Gus Hansen. Comme de fait, elle se fit éliminer bien après moi, juste avant d’entrer dans l’argent. Elle avait joué serré agressif, et se mis tapis sur une main où elle avait les probabilités en sa faveur mais perdit tout de même.
La première main de cette soirée que je veux aborder est celle qui me sorti du tournoi. J’était premier de parole suivant les blinds et il me restait environ 900 jetons (la moyenne étant de 1500). Lorsque j’ai regardé ma main et j’ai vue ma pair d’as, je décidé d’y aller tapis, puisque j’avais bâti une image plutôt lâche je croyais qu’un joueur tenterais de me gardé honnête. Mon v?ux fut exaucé, un très bon joueur en position intermédiaire relance all in pour environ 500 de plus pour pouvoir s’isoler avec moi… ce qui fonctionna. Lorsqu’il retourna Sont AK dépareillé je savais que j’étais favori à 92%. Bien sur si mes aces avaient tenu le coup vous ne liriez pas ceci. Le jeu tomba Q,T,6,T, J lui donnant la suite et moi un siège comme spectateur.
La seconde main est celle qui sortit ma femme du tournoi. Il ne restait que 4 joueurs, elle se mit tapis avant le flop et se fit appeler par un autre joueur ayant sensiblement les même nombre de jeton. Elle avait AK dépareillé et lui A8 assorti, elle était donc favorite à 69%, après que le flop soit tombé K, T, 9 de toute les couleurs elle était donc favorite à 91%. Puis le tournant 6 et la rivière 7, donnant à son adversaire la suite et à ma femme une place à mes côtés. Elle aurait été la meneuse en jeton et du même coup dans l’argent si elle avait gagné cette main puisqu’il y avait 3 places payantes.
Beaucoup de joueurs auraient crié à l’injustice après ces deux Bad Beat et aurait agis comme si les cartes leur devaient quelque chose. La façon dont moi je choisi de voir ces situations est bien différente et m’aide à contourner le tilt. Si je suis favori 95% et c’est le 5% qui l’emporte, alors je me dis que la prochaine fois je serais favori à 96% puisque je sais que je gagnerais à 95 reprises sur 100 occasions, et qu’une occasion de perte est déjà tombée. Je sais également que si je continue de me mettre dans ce genre de situations, je serais gagnant au long comme au court terme.
Bien sur ce n’est pas la seule méthode qui existe pour éviter le tilt. Voici quelque suggestions et méthodes qui fonctionnent très bien pour certains joueurs de poker. Le plus important c’est d’avoir un plan en place. Alors adoptez un ou plusieurs des aspects qui suivent et gardez le/les toujours en tête.
1. Vous devez accepter qu’en tant que joueur de poker vous allez vivre des bad beat. En fait plus vous deviendrez aguerri au poker, plus vous vivrais des bad beat. Puisque vous jouerez avec plus d’aplomb et de façon sérieuse, vous serez moins tentez de miser tout en sachant être le négligé, contrairement à votre adversaire. Donc vous aurez plus de possibilité de recevoir des bad beat que d’en offrir. Le simple fait de concisément reconnaître que vous pouvez et allez subir des bad beat est le premier pas vers l’acceptation et le maintient de son jeu.
2. La plus part du temps un ou deux bad beat dans un cour laps de temps est une bonne raison pour prendre une pause. N’oubliez pas que le poker doit être vue sur le TRÈS long terme et qu’il y’aura d’autre main pour vous refaire. Passé votre tour quelques mains ou même quelques heures peu être bénéfique. Parfois une bouffé d’air frais et une petite marche feront des miracles pour vous et votre jeu
3. Prenez sciemment la décision de jouer de meilleures mains de départ pour quelques tours. Si vous jouez au Hold’Em, jouez seulement, AA, KK, QQ et AK. Ceci vous garantira de ne pas jouer plusieurs main par tour de table et vous laissera donc entrer dans le coup qu’avec de très forte main. Ce qui arrivera c’est que vous ne jouerez aucune main excepté votre gros blind et cela vous donnera le temps de recommencer à réfléchir correctement.
4. Le tilt est moins dangereux au poker limite. Si vous jouez limite du pot ou sans limite, même un léger tilt peu faire de grands dommages à votre bankroll ou vous faire éliminer d’un tournoi. Pour cette raison, lors d’un tilt, si vous jouez au pot-limit ou sans limite, je vous recommande une pause ou même un changement vers une partie limite si vous le pouvez.
5. Certains joueurs se mettent à boire lorsqu’ils subissent un/des bad beat. Ne soyez pas de ceux-là. Peu importe à quel point votre bad beat est frustrant, boire ne vous aidera d’aucune façon possible, en fait vos résultats seront souvent bien pire.
Comme plusieurs autres avant moi ont écrit, misez votre argent avec le meilleur possible et sur le long terme vous ne serez pas seulement un joueur gagnant mais aussi un joueur qui fait du profit.
Écrit par : Wes Young
Traduit par: Jean-François Autate pour Princepoker.com

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
Un argument à votre table de poker?
DÉBAT: Devriez-vous payer la bulle dans les tournois live?
Conseils pour fixer des objectifs de poker réalistes pour l'année 2014
Oubliez votre "poker face" et surveillez vos bras!
Sam, mon ami paresseux
HAUT DE LA PAGE