S’ajuster aux parties à moins de joueurs

Publié le 5 janvier 2010

La grande majorité du poker joué en salle, particulièrement lors des tournois, est un poker dit full handed, soit avec des tables de neuf ou dix joueurs.  Dans un tournoi de poker à plusieurs tables, les joueurs sont assurés de jouer sur des tables pleines, du moins jusqu’à l’obtention des toutes dernières tables, puis évidemment à la table finale.  Habitués à leur stratégie en table pleine, plusieurs joueurs se retrouvent déboussolés alors qu’il ne reste que quatre ou cinq joueurs en lice.  Voici quelques ajustements généraux que devriez garder en tête pour un jeu dit short handed, soit de six joueurs ou moins.

En tournoi comme en partie à l’argent, lorsque la table est short handed, il faut automatiquement ouvrir plus de mains.  L’explication est presque intuitive :  Les blinds viennent plus souvent et vous êtes donc forcés de gagner plus de pots pour les renflouer.
De plus, avec moins de mains distribuées, la main moyenne de la table est beaucoup moins forte que sur une table pleine.  Conséquemment, la valeur relative de toutes les mains augmente.

En partie à l’argent short handed, considérant des tapis normalement profonds à 100 big blinds, il sera très rare de simplement appeler le blind (limper) avant le flop.  Une stratégie de base preflop appelle à relancer, ou à se coucher.  On relance toutes les mains qu’on relançait déjà en full handed, en y ajoutant toutes les petites paires et les cartes connectées de la même couleur.  On élargit énormément sa gamme de main selon la position.  Par exemple, ouvrir K9 du bouton est chose standard sur une table de quatre ou cinq joueurs.

Les joueurs effectuant la transition des tables pleines aux tables à peu de joueurs font souvent la même erreur.  Sachant qu’ils doivent ouvrir plus de mains, ils le font avec des mains qui semblent bonnes, mais qui les mettront souvent dans le pétrin.  À titre d’exemple, il est tout à fait correct de coucher KJ UTG, autant full handed que short handed.  Il s’agit d’une main qui la grande majorité du temps, permettra de gagner un petit pot, ou menacera de nous en faire perdre un gros.  Il est préférable de privilégier des mains telles que 78s avec lesquelles on saura aisément se situer au flop.

Après le flop, l’agressivité en position est l’élément clé à utiliser.  En comparaison aux parties full handed, votre adversaire aura une main faible plus souvent.  De plus, même s’il avait une main potable avant le flop, les chances sont qu’il a raté.  Deux cartes ne formant pas une paire ratent un flop environ deux fois sur trois.  Il est donc important d’être agressif.  Souvent, vous remporterez des pots où vous êtes derrière, simplement parce que votre adversaire et vous avez raté, mais que vous êtes en position de mettre la pression.

Il est également beaucoup plus fréquent de miser ses tirages au flop.  Il s’agit d’une forme de semi-bluff nécessaire pour balancer son agression.  De plus, cela permet de bâtir un plus gros pot pour les tours de mises suivants.  Lorsque vous complèterez, cette stratégie vous permettra de plus souvent amasser le tapis complet de vos adversaires.

L’ajustement aux parties short handed n’est certainement pas facile.  Puisque ces parties sont généralement offertes en ligne, c’est souvent devant son écran que l’on procède à l’adaptation.  Si vous jouez plus d’une table, il est conseillé d’en réduire le nombre afin de faire la transition.  La vitesse de jeu est évidemment plus rapide short handed et vous aurez à prendre plusieurs décisions difficiles dans une période abrégée.  De plus, la variance est beaucoup plus haute puisque les tapis iront au milieu avec des mains beaucoup plus marginales qu’un full handed.  Néanmoins, le joueur réussissant son passage tombera souvent en amour avec cette formule !  Plus d’action et plus de décisions difficiles signifient également un meilleur avantage pour le bon joueur sur ses adversaires.  Je connais peu de joueurs capables de retourner au jeu full handed après s’être adapté aux parties short handed !

Discutez de cet article dans notre forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
Sam, mon ami paresseux
Repérez le tilt avant qu'il ne gagne sur vous!
L'évolution constante du poker
Les bûcherons et les aventuriers
La variance au poker
HAUT DE LA PAGE