Retarder sa mise pour maximiser ses gains

Publié le 27 juin 2006

Ok chers amis,
Me voici aux Séries Mondiales de Poker 2004. Le Binion’s Horseshoe a été acheté par des nouveaux propriétaires. Ce n’est toutefois pas le changement qui m’a le plus frappé. L’Amérique est devenu folle du poker…complètement folle. Un nombre incroyable de 343 personnes ont payé 25,000$ pour jouer l’évènement principal au Bellagio. Et hier j’ai traversé l’espace au Binion consacré aux satellites. Je n’en croyais pas mes yeux. L’an dernier, il y avait peut-être 3 ou 4 tables où l’on y jouait. Cette année, j’ai compté au moins 23 tables d’action intense. Des hordes et des hordes de nouveaux joueurs…Que Dieu bénisse l’Amérique, que Dieu bénisse le WPT au Discovery Channel, et que Dieu bénisse Chris Moneymaker. On est vraiment au paradis du poker!
J’ai réussi à gagner un siège pour le tournoi de Hold’em sans limite de 2000$, et ce via un satellite à une table. J’ai été chanceux lorsque j’ai décidé de jouer ma paire de rois (KK) doucement, tandis que les deux blinds floppaient la paire supérieure. En bonus, j’ai eu droit à une leçon de poker d’une charmante demoiselle doté d’un bon buste. Elle m’a expliqué à quel point il est dangereux de ne pas relancer avec KK avant le flop. Que Dieu la bénisse! De toute façon, j’ai triplé et je suis parvenu à survivre face au reste des joueurs pour gagner mon siège, et ce pour la modique somme de 230$.
Ça peut être très fatigant de jouer un tournoi et de patienter 2 heures avant de recevoir une belle main. Finalement, vous trouvez KK, relancez trois fois les blinds, et tout le monde se couche. Merde! Quel est le bon jeu alors?
Dans la majorité des cas, il s’agit du bon jeu à faire. Si vous relancez trois fois les blinds en position médiane avec AJ, vous devez faire la même chose avec KK. De cette manière, vos adversaires plus observateurs ne pourront savoir les cartes que vous jouez. Si tout le monde se couche, ce n’est pas la fin du monde. Au moins vous n’avez pas perdu.
Dans le satellite dont je vous parlais tout à l’heure, j’ai eu KK en première position sur une table agressive de 9 joueurs. Je me suis dit que si je ne faisais qu’appeler, un joueur en position tardive relancerait, me permettant ainsi de sur-relancer pour le total de mes jetons, et ce avant le flop. C’était un plan adroit…qui n’a pas fonctionné. Tout le monde s’est couché jusqu’aux blinds, qui n’ont qu’appelé. J’ai donc dû me croiser les doigts et espérer qu’aucun des deux n’aient deux paires.
Au Hold’em limite, il n’y a que très rarement des raisons de jouer doucement ses grosses mains, particulièrement aux basses limites. Si vous avez KK, je vous recommanderais de relancer à chaque fois. La raison la plus évidente est que vous voulez que le pot soit le plus gros possible, pour remporter les plus de jetons possible. Une autre bonne raison est que vous êtes mieux de joueur KK contre 1 ou 2 adversaires plutôt que contre la table au complet. Moins de joueurs vont appeler deux mises, et donc heureusement vous ne perdrez pas contre celui qui joue 56 en coeur. Après le flop, le refrain demeure le même. Si vous voyez J 3 7 et que votre adversaire mise, relancez. Ne faites pas dans la dentelle. S’il a JT ou KJ, et que le tournant amène un as, bien que cela ne vous aide nullement, cela risque de freiner vos ardeurs. Le pot que vous remporterez ne sera que plus petit…
Comme d’habitude, je suis toujours aussi contradictoire. Dites vous que la plupart du temps, ce n’est pas payant d’être trop astucieux.
À la semaine prochaine,
Dave
Écrit par Dave Colclough le 26 avril 2004
Traduit par Benoit Piquette le 22 mai 2006 (Rocket Piquette)

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
Sam, mon ami paresseux
Repérez le tilt avant qu'il ne gagne sur vous!
L'évolution constante du poker
Les bûcherons et les aventuriers
La variance au poker
HAUT DE LA PAGE