Représenter un bluff

Publié le 9 octobre 2009

User de tromperie est essentiel au poker.  Lorsqu’on la mentionne, on réfère souvent à celui qui réussit à représenter une main beaucoup plus forte que celle qu’il détient.  C’est l’exemple du bluff typique.  Je mise alors que ma main est inférieure à celle de mon adversaire et il se couche.  Or, l’autre coté de la médaille de la tromperie est tout au moins autant intéressant.  Plutôt que de représenter une forte main lorsque je suis faible, j’essaie de laisser croire à mon adversaire que je le bluff alors que j’ai une main puissante.  En connaissant bien le processus de pensée de l’opposant, on arrive à lui soutirer de gros pots dans des moments cruciaux, alors qu’il nous suit avec une main bien plus faible qu’il le ferait pour un tel pot ordinairement.  Lorsque accompli, ce type de tromperie est tout aussi satisfaisant que le bluff standard !

Afin d’obtenir les conditions idéales pour ce type de tromperie, il faut avoir une image active et agressive à la table.  N’hésitez pas à jouer beaucoup de pots en position, particulièrement en début de tournoi.  Assurez-vous de garder les pots petits et éviter d’être passif lorsque vos adversaires se montrent faibles.  Vous amasserez ainsi plusieurs pots et vos adversaires auront l’impression que vous désirez carrément contrôler la table.  C’est à ce moment qu’ils deviendront plus enclins à essayer de vous stopper.  C’est alors à vous de frapper.

Jouer des mains bien camouflées telles que des moyennes cartes connectées de la même sorte (6 et 7, 9 et 8, 8 et 6, etc) devient alors doublement intéressant. Lorsque vous frapperez de bons tirages sur le flop, vous pourrez continuer avec une ligne agressive.  Encore mieux, de par votre image à la table, vous serez dans le siège du conducteur lorsque vous les complèterez.  Alors que vous détenez la noix, votre adversaire trouvera votre agressivité suspecte.  « Suis-je encore en train de me faire bluffer par ce maniac ? » pensera-t-il.

Vous vous retrouvez donc au tournant ou à la rivière avec une main forte et un adversaire qui croit que vous pouvez très bien être sur un bluff.  Que faire alors ?  C’est la deuxième bonne nouvelle !  Un bluff est souvent associé avec une grosse mise, dans l’espoir de faire coucher votre adversaire.  C’est exactement ce que vous allez faire.  Vous misez fort !  Votre adversaire sera inconfortable devant la mise mais du coup, sentira encore plus fortement que vous tentez de le sortir de la main.  Exaspéré par toutes les mains précédentes qu’il vous a vu jouées, il est dans un esprit parfait pour tenter de vous coincer sur « un de vos nombreux bluffs ».  Votre adversaire suit, vous amassez un large pot alors que votre concurrent grommelle votre fortune.

Le poker est un balan qu’il faut savoir reconnaître et utiliser.  Suite à cette main, il est probable que vous adversaires vous craignent désormais.  Après tout, lorsque vous misez et qu’ils se couchent vous gagnez puis, lorsqu’ils vous suivent enfin, vous l’emportez encore.  Vous avez maintenant un ensemble de circonstances qui favorisent un bluff conventionnel.  Constatez ceci : Ce n’est pas la chance qui vous permet d’amasser tous ces jetons.  C’est votre capacité à bien analyser l’image que vous avez à votre table et ainsi l’utiliser à votre avantage.  Ce n’est pas tout de connaître vos adversaires, il faut aussi savoir ce qu’eux pensent de vous à tout moment !

Discutez de cet article dans notre forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
Sam, mon ami paresseux
Repérez le tilt avant qu'il ne gagne sur vous!
L'évolution constante du poker
Les bûcherons et les aventuriers
La variance au poker
HAUT DE LA PAGE