Quand on sait que l’adversaire ne peut appeler

Publié le 14 octobre 2009

À l’occasion, on se retrouve dans une situation où l’on sait que notre adversaire ne peut se permettre d’appeler et on peut alors miser et gagner le pot sans résistance. Ces situations sont rares mais lorsqu’elles surviennent-plus souvent qu’autrement lors de tournois- c’est une opportunité de ramasser un pot orphelin, sans résistance de la part de l’adversaire.

Un adversaire avec un petit tapis qui jette son jeu main après main, en attente d’une grosse main avec laquelle il pourra pousser son tapis nous offre une chance en or de voler ses blinds. Il ne peut se permettre d’appeler de façon lousse. Il ne peut prendre de risques avec des mains spéculatives tel 10-9 assortis, et s’il appelle une mise ou une relance, il s’engage presque automatiquement à mettre tous ses jetons en jeu.

Lorsque vous avez un tapis large et un adversaire qui semble attendre une main qui lui permettra de pousser tout ses jetons, vous pouvez habituellement relancer sans égard à vos cartes et gagner le pot. Mais vous devez vous synchroniser correctement.

Si votre adversaire sera tapis sur son prochain blind, qui arrivera dans une ou deux mains, il jouera n’importe quelles deux cartes raisonnables, même des cartes aussi faibles que 8-7 assorti. Quand votre adversaire se retrouve dans cette situation désespérée, vous devez avoir vous-même une main décente pour relancer. Si vous tentez de voler sans une forme de main quelconque, il aura possiblement le meilleur de la main même si sa main est aléatoire lorsqu’il vous appelle.

Mais si votre adversaire n’a pas atteint ce stage de désespoir, possiblement qu’il lui reste assez de jetons pour survivre quelques tours de table, il sera très sélectif quant à la main qu’il choisira pour risquer son tapis et sera plus enclin à laisser tomber ses mains marginales avant le flop. Lorsque votre adversaire se trouve dans cette zone où il lui reste un petit tapis, mais pas suffisamment petit pour qu’il ait à pousser tout son tapis sur l’une des prochaines mains sans égard à ses cartes, il sera probablement très sélectif sur les mains qu’il jouera. À ce moment vous pouvez relancer avec n’importe quelles deux cartes et il abandonnera probablement, à moins d’avoir une très forte main, mais les possibilités qu’il en ait une sont bien minces.

Il peut avoir une main avec laquelle il appellerait dans une partie à l’argent en limite ou même en sans limite, lorsque vous avez tous deux des tapis profonds et votre adversaire est prêt à prendre une chance parce que, en frappant sa main, il a l’opportunité de prendre tous vos jetons. Il peut même appeler plus tôt dans le tournoi, alors que les blinds sont plus petits relativement à vos tapis. Mais il ne peut appeler maintenant, pas tandis que votre tapis est grand et le sien petit, et qu’il entre dans une zone où son n’a pas plus de 10 fois le gros blind en jetons et que ses seules alternatives se résument à pousser son tapis ou à jeter ses cartes.

Dans cette situation, vous pouvez continuer à bousculer votre adversaire jusqu’à ce qu’il frappe une grosse main et vous relance. À ce moment vous pouvez soit appeller et voir ce qui survient ou vous coucher, dépendant de la qualité de votre main.

La majorité des joueurs recherchent des situations où ils peuvent miser leur tapis lorsqu’ils arrivent au point où ils ont moins de 10 gros blinds comme tapis. Rendus à ce point, vous êtes officiellement en situation de crise, avec un mini tapis et la majorité des joueurs vont alors chercher à pousser leur tapis et soit doubler leur tapis, soit quitter le tournoi de ?avec honneur? , plutôt que de voir leur tapis mourrir jeton par jeton.

Nous jaserons plus de miser ou relancer lorsque vous savez que votre adversaire ne peut appeller lors de notre prochain article

Lou Krieger.

Vous pouvez visiter Lou Krieger en ligne et voir ses livres à www.loukrieger.com . Son blogue est disponible à http//loukrieger.blogspot.com et lui écrire directement à loukrieger@aol.com
Traduit avec sa permission pour PrincePoker.com

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
Sam, mon ami paresseux
Repérez le tilt avant qu'il ne gagne sur vous!
L'évolution constante du poker
Les bûcherons et les aventuriers
La variance au poker
HAUT DE LA PAGE