Les Maniaques – 1ère Partie

Publié le 10 novembre 2005

Comment devrions-nous jouer lorsque ce trouve à notre table… un maniaque? Bonne question! Tout d’abord, voici la définition du maniaque : quelqu’un avec une agressivité trop élevée et un faible jugement. En fait, si l’expression «Soi sélectif mais soi agressif’ est la devise mondiale du poker, le maniaque est celui qui n’a compris que la moitié du message. Il est agressif, certes, mais se perd complètement dans l’aspect sélectif de cette leçon.
Même si la plupart des joueurs, même occasionnels, savent que l’agression sans limite et sans réflexion est un passeport pour la banqueroute (du moins à long terme) la présence d’un maniaque à la table affecte vraiment les différents choix stratégiques que vous aurez à faire et ce à n’importe quel niveau de la main. Pire encore, le maniaque va même jusqu’à intimider plusieurs joueurs. D’ailleurs, même si la plupart de ces joueurs augmenteront leur profit à long terme à l’instar de notre maniaque, beaucoup d’entre eux rentreront à la maison priant de trouver un jeu plus calme et moins viscéral.
Les Maniaques, bien sûr, adorent ce genre de situations. Ce qu’il aime par-dessus tout c’est coucher ses adversaires… plus il intimide la table, plus il est heureux. Si bizarrement ce portrait nous fait penser au jeune voyou de cours d’école traînant dans nos souvenirs ce n’es pas un hasard… vous avez là une fidèle image de ce qu’est un maniaque au poker. Malheureusement, même si vous vous rendez compte rapidement qu’il joue «lâche’ lorsque vous vous retrouvez heads-up et qu’il passe son temps à faire des relances ou faire sur-relance à chaque fois qu’il en a la chance, cela peut être très déconcertent et intimidant.
Quand le maniaque relance, vous saurez rarement quelle main il a. Es-ce qu’il a le max ou est-ce qu’il bluffe? Puisqu’un maniaque est capable de relancer avec absolument rien dans ses mains, il est difficile de lire son jeu avec certitude. Quand quelqu’un relance main après main vous savez qu’il ne peut avoir un excellent jeu à tous les coups. Mais là n’est pas a difficulté, la difficulté réside dans le fait de savoir QUAND il a une bonne main.
Commençons par décrire les caractéristiques d’un maniaque typique. Premièrement… si vous misez, il va miser plus et ce même s’il n’a pas les cartes pour soutenir son geste. Si vous optez pour passer, il misera. Lui par contre n’utilisera pas souvent le «passe’, sauf s’il est en première position ou qu’il détient la nut et tente de vous avoir en passant et relançant.
Quand vous misez, le maniaque normalement relance. Si vous faite un re-relance, il sera plus enclin à miser 4 fois plus plutôt que de vous laisser le crédit d’une bonne main et simplement égaliser. Il est l’incarnation d’un joueur d’action. Il veut avoir le plus d’argent dans le pot et ce le plus souvent possible. Les maniaques sont menés par leur ego! Mise, relance ou re-relance sont l’indice de mesure des habitudes des maniaques. Il aime mieux vous voir coucher que vous battre au dévoilement. Les maniaques sont aussi autodestructeurs et se retrouvent ruinés régulièrement… mais emmènent souvent d’autres joueurs dans leurs chutes.
Avec un maniaque à votre table vous DEVEZ être alerte au changement que sa présence apporte au jeu. À cause de son habitude insatiable de relance et re-relance, la plus part de vos jetons seront rapidement à risque. Vous perdrez sûrement plus qu’à l’habitude… la victoire en contre partie sera proportionnelle. Si vous êtes un joueur gagnant, un maniaque aura pour effet d’augmenter votre taux de mains gagnantes mais ce à long terme.
Lors d’une partie avec maniaque les relances pourront être à long terme mesurable mais par contre il y aura une hausse dramatique des fluctuations au niveau du jeu à chaque heures. À court terme, vous serez susceptible à plusieurs rebondissements (bons et mauvais) puisque plus de jeton seront en jeu, que vous jouez ou non la main. Si votre fond de roulement est limité, ou vous avez de la difficulté à vous adapter à ce genre de jeu, votre mise la plus sûre est d’éviter les parties où l’on retrouve les maniaques.
C’est là la clef, et c’est malheureusement là que plusieurs joueurs s’y perdent. Bien que la plupart des joueurs savent que le poker est un jeu à très long terme et que les résultats journaliers n’ont presque aucune valeur lorsqu’on regarde le plein portrait, il y’a toujours certain joueur qui désire jouer jusqu’à ce que le vent tourne en leur faveur. Cette attitude ressemble à celle des gamblers. Les joueurs aux courses de chevaux sont toujours en train de vouloir gagner assez pour la journée, même si leur jeu en est un à long terme aussi. Les gageurs dans le sport utilise le superbowl habituellement pour faire balancer les livres à la fin de l’année. Une partie en sort donc « even » et l’autre plus perdant encore. L’ironie est que tout cela n’a pas d’importance. Miser sur les chevaux, sur les sports ou au poker c’est toujours à voir sur une longue période et non au jour le jour.
Souvent lorsqu’un joueur de poker se retrouve à la banqueroute à cause d’une bonne main d’un maniaque, son désire sera d’encore et toujours vouloir revenir « even » avant de quitter. Ce n’est pas si mauvais en soi. Ce qui est mauvais c’est de combiner ce désir avec des actions irréfléchies et trop de risques. Cette façon de faire vous emmène rapidement à vous perdre vous-même.
Dans la seconde partie de cette série, nous verrons comment ajuster votre jeu contre un maniaque.

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
Sam, mon ami paresseux
Repérez le tilt avant qu'il ne gagne sur vous!
L'évolution constante du poker
Les bûcherons et les aventuriers
La variance au poker
HAUT DE LA PAGE