La Relance (2e Partie)

Publié le 7 juillet 2006

RELANCER POUR ÉVITER LA CARTE GRATUITE
De la même façon qu’il est acceptable dans certaines situations de relancer le flop dans le but d’obtenir une carte gratuite sur le tournant, relancer dans le but de prévenir votre adversaire d’obtenir une carte gratuite, ou relativement peu coûteuse est aussi une bonne stratégie.
Voici un exemple. Vous tenez A-10 en 5e position. Sur le flop seulement 3 autres joueurs sont actifs: le gros blind et les positions 8 et 9. Le flop donne A-9-7. Le gros blind mise. Avec aucune relance avant le flop, il y’a aucune façon de savoir ce qu’il tient. Vous pouvez être battu s’il tient Ak-Aq-ou AJ, s’il a A-9, A-7, 9-7 vous être aussi battu. D’un autre coté, il mise peu être avec A-6 et tente de gagner le pot tout de suite si personne tient un ace. Vous réfléchissez aux possibilités des joueurs en position 8 et 9, vous n’êtes pas certain d’avoir la meilleure main. Par contre, il est probable que si les positions 8 ou 9 avait A-K, A-Q ou A-J, ils auraient relancé avant le flop. Ils ont peut-être appelé avec des mains comme A-5 suited, c’est plus probable qu’ils détiennent des connecteurs ou un petite paire. Il est aussi possible qu’un d’eux est un brelan.
Que devriez-vous faire? Oui appeler la mise n’est pas une mauvaise idée mais relancer est probablement mieux. Si les joueurs en position 8 -9 tiennent des mains comme 10-9 ou 9-8, ils peuvent appeler la mise du flop en espérant attraper leur carte miracle sur le tournant ou peu être même un tirage pour la séquence. Par contre s’ils sont raisonnables et prudent, ils n’appelleront pas une relance du pot avec une 2e ou 3e paire.
Est-ce une forme de relance pour amincir le terrain? Oui, tout a fait. Mais dans ce cas si, vous le faites après le flop pour définir ou partiellement définir les mains de vos adversaires. Si c’est le genre de flop qui aide vos adversaires, assez pour qu’ils collent dans l’espoir de vous battre s’il peuvent voir une autre carte pour simplement une autre mise, alors une forte relance les forcent à jeter leur main.
Si vous relancer avec force les positions 8 et 9 jettent, vous êtes donc en tête-à-tête contre le gros blind et vous avez l’avantage de parler en dernier sur le tournant et à la rivière. Vous pouvez aussi avoir la meilleure main. A moins que le gros blind frappe une très bonne main, comme deux paires ou un brelan, c’est très probable qu’il ne misera pas sur le tournant. Cela vous donne donc l’opportunité de passer derrière lui. Si sa main est perdante et qu’il est un joueur agressif, passer derrière lui peu l’inciter à bluffer la rivière et donc vous pourrez relancer.
S’il n’est pas particulièrement agressif mais a l’habitude d’appeler trop souvent avec un jeu marginal, vous pouvez miser le tournant et la rivière sans avoir peur d’une relance, mais uniquement avec la certitude qu’il appellera votre mise.
Si par contre, votre adversaire détient un brelan ou deux paires, votre stratégie sera perdante. Vous serez appelé sur le flop, et si vous relancez le tournant, vous aurez sûrement affaire à un passe mise, dans ce cas vous devriez jeter votre main puisque dans les petites limites il est plus rare de voir un bluff lors d’une relance.
RELANCER POUR DÉFINIR VOTRE MAIN
Finalement vous pouvez tentez de voir où votre mains se situe par la vertu d’une relance ou sur relance. En évaluant la suite du jeu, l’action de l’adversaire et sa réaction vous trouverez des indices à savoir si votre main est marginale ou non. Parfois la lecture du jeu de l’adversaire peu devenir difficile et cette technique est intéressante puisqu’elle peut vous éviter des pertes beaucoup plus onéreuses que votre mise.
RÉSUMÉ
La plus part du temps lors de votre relance vous n’aurez pas la certitude que vous détenez la meilleure main. Souvent vous rencontrerez des joueurs qui prennent la relance de façon personnelle et auront comme réponse une sur relance automatique même si leurs mains ne le justifient pas. Même s’ils font de mauvais jeu, cela peu devenir assez confus dans votre esprit.
Vous vous demanderez «’que peuvent-il avoir” C’est une autre raison pourquoi il est très important de connaître vos adversaires. Une fois que vous aurez compris leur façon de jouer vous pourrez vous adapter beaucoup plus facilement à leur jeu.
Pour terminer, vous cherchez sans doute la phrase philosophique de ces principes, la voici: vous voulez être assez agressif pour optimiser vos gains. Optimiser est le mot clef! Vous ne jouez pas pour maximisez vos opportunité de gains. Sinon vous joueriez simplement toutes les mains et vous seriez rapidement ruiné. Vous ne jouez pas non plus pour minimisez vos opportunités de perte. Sinon vous ne jouerez que les très fortes mains et vos adversaires s’adapteront très rapidement.
Écrit par : Lou Krieger
Traduit par: Jean-François Autate (Sharpeï) pour Princepoker.com

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
Sam, mon ami paresseux
Repérez le tilt avant qu'il ne gagne sur vous!
L'évolution constante du poker
Les bûcherons et les aventuriers
La variance au poker
HAUT DE LA PAGE