Interpréter les 3-bet

Publié le 20 décembre 2008

Nous savons tous qu’un 3-bet est supposé représenter de la force.  Quand un joueur 3-bet avant le flop, il annonce qu’il croit avoir la meilleure main.  Cependant, une des clefs afin de faire de l’argent au poker est d’être capable d’interpréter quand un 3-bet signifie ce qu’il est supposé de signifier, de quand un adversaire l’utilise pour représenter une grosse main afin de tenter un jeu.

Le point central du sujet est que vous n’aurez que très rarement des côtes profitables afin d’appeler un 3-bet avec vos petites paires.  Lorsqu’il y a eu une relance et une sur relance devant vous et que vous possédez une main telle qu’une paire de 6, vous voudrez normalement vous coucher et attendre un meilleur spot.  Vous pourrez parfois vous en sortir avec un « call » avec de très profonds tapis mais vous avez réellement besoin d’avoir une lecture précise indiquant que vous vous ferez payer lorsque vous complèterez votre main.  J’appelle personnellement avec des paires de 9 ou de 10 dans une situation favorable contre un adversaire précis mais des mains comme des paires de 7 ou de 8 ne se jouent tout simplement pas assez bien, particulièrement hors position.

Une exception, bien sûr, est lorsqu’un joueur en particulier 3-bet à répétition.  Cela suggère qu’il ne le fait pas nécessairement avec une excellente main et cela peut devenir profitable de le confronter sur son jeu.  Attention, lorsque je dis « à répétition », je n’implique pas seulement quelques fois tôt dans une session.  Si un adversaire vous 3-bet 2 fois tôt dans la partie, vous pouvez être porté à penser qu’il a une lecture de votre jeu et vous agresse alors qu’il n’a pas une main de qualité.  Or, il est aussi fort probable que l’adversaire a simplement reçu deux très fortes mains consécutives.  À moins que l’adversaire ait sans cesse utilisé le 3-bet ou encore, qu’il ait montré une main faible après avoir 3-betté, vous ne voulez pas automatiquement le confronter sur son jeu. Lorsqu’il aura utilisé cette arme de façon abusive et seulement là, il sera alors temps de le confronter lors de sa prochaine tentative, sachant maintenant qu’il n’aura pas la main de qualité qu’il représente la plupart du temps.

Une autre chose à surveiller est le «petit » 3-bet.  Disons que nous sommes dans une partie à 1$/2$.  Je relance à 6$ et le joueur suivant 3-bet à 10$ ou 12$ au lieu d’une sur relance standard à 15$ ou 18$.  Lorsque mes adversaires font de petits 3-bet, je vais généralement les appeler.  Je ne donne pas beaucoup de respect à ces tentatives.  Parfois, il s’agira de très fortes mains mais la plupart du temps, ils auront plutôt une main faible avec laquelle on pourra les sortir du pot, même hors position.

Un très petit 3-bet n’est pas une stratégie que j’utilise souvent, pour la simple raison qu’elle n’a pas beaucoup d’utilité.  Si vous essayez de voler un pot, vous voulez rendre un call de vos adversaires difficile.  Si vous avez réellement une grosse main, vous voudrez obtenir le maximum de valeur lorsque vous recevrez un call.  Dans les deux cas, un plus gros 3-bet est une meilleure tactique.

Faire face à un 3-bet peut parfois sembler redoutable.  Soyez certains d’avoir une bonne lecture de votre adversaire avant de faire votre prochain jeu.

Discutez de cet article dans notre forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
Sam, mon ami paresseux
Repérez le tilt avant qu'il ne gagne sur vous!
L'évolution constante du poker
Les bûcherons et les aventuriers
La variance au poker
HAUT DE LA PAGE