Ces mauvais joueurs de poker tight et agressifs

Publié le 12 juillet 2010

Le poker a bien évolué ces dix dernières années.  Jadis, seuls quelques individus s’attardaient réellement à développer une théorie optimale, l’apprentissage étant plutôt un processus d’essai-erreur jumelé avec une déduction intuitive.  De nos jours, au contraire, la théorie du jeu est excessivement développée et documentée.  Tout néophyte peut rapidement s’instruite gratuitement suite à quelques clics de souris.  Rapidement, il y apprendra les règles d’un jeu tight et agressif.  Cette approche face au poker s’est illustrée comme profitable et il s’agit sans contredit du système le plus prôné.  Être TAG fait-il cependant de n’importe qui un meilleur joueur?  Rassurez-vous!  Un fish ne se transforme pas si soudainement en requin.  Voyons les failles des mauvais joueurs tight et agressifs afin de mieux savoir les exploiter.

Repérer les mauvais TAGs est possiblement l’étape la plus difficile.  Après tout, ils amènent un tapis complet à la table tout comme vous, puis leur jeu preflop apparaît correct, tout comme leurs statistiques de base d’ailleurs.  Pourtant, il sont systématiquement des joueurs perdants.  Pourquoi?

Établir son propre range

L’erreur principale se situe sur une pensée trop étroite du mauvais TAG.  Ce dernier connaît son propre range preflop et il l’applique systématiquement.  Il comprend le principe d’établir le range de son adversaire et tente de jouer conséquemment.  Cependant, il manque une pièce d’importance au puzzle:  Il ne pense que rarement à son propre range, celui qu’il projette.

Les joueurs TAG se ressemblent souvent et vos adversaires ne sont pas tous idiots.  Ils repéreront  votre style de jeu et tenteront de s’y adapter.  Tout comme vous tenter d’établir le range de votre adversaire avant d’agir, votre adversaire jouera différemment selon ce qu’il croit que le mauvais TAG possède.  Le range que vous projetez change le range logique de votre adversaire.  Sans penser à ce que vous projetez vous-mêmes, il est impossible d’efficacement cerner le range réel de l’adversaire.

Ne pas sur estimer ses côtes implicites

La compréhension des côtes implicites est souvent perçue comme l’éclair de génie dans le développement du joueur TAG.  Le poker n’est alors plus simplement de savoir qui possède la meilleure main maintenant, mais on ajoute à profit l’idée des gains potentiels puis de l’espérance d’abandon (fold equity) afin de rendre une situation d’apparence négative en une situation profitable.   Une bonne utilisation des côtes implicites permet le développement d’un jeu agressif facile à appliquer, sans les risques d’une agression non calculée.

Mais voilà.  Plutôt que de garder le portrait large et malléable, le mauvais TAG tente systématiquement de mettre tous ses jetons au milieu dès qu’il frappe un tirage à la couleur au flop, sans même penser au range de son adversaire.  Il appelle avec toutes ses petites et moyennes paires, même dans les 3bet pot hors position, tant et aussi longtemps que le montant investi ne représente pas plus de 10% du tapis effectif.  Oui, de manière théorique, si vous amassez le tapis complet de l’adversaire lorsque vous frappez, le jeu est profitable.  En réalité?

Avec quelles mains exactement appelez-vous preflop hors position, puis tombez-vous prêt à investir tout votre tapis après le flop?  Probablement qu’avec ces paires qui frappent un brelan, puis ces rares deux paires fortes qui frappent un flop magique, aisément repérable pour votre adversaire.

La réalité de ces mauvais TAG est qu’ils appellent systématiquement avec ces paires, pour check-folder dès qu’ils ratent.  Lorsqu’ils touchent enfin, leurs adversaires auront depuis longtemps repéré le manège, puis ne paieront qu’une fraction de leur tapis.  Le mauvais TAG surestime de beaucoup son potentiel de gain parce qu’il ne se soucie pas du range qu’il représente.

Le jeu post-flop en général

Le jeu preflop du joueur TAG, bon ou mauvais, sera souvent semblable.  Évidemment, le bon joueur exploitera mieux les situations à 3bet-light et saura placer un squeeze mieux que quiconque.  Néanmoins, ce n’est pas sur cette première ronde de mise que la différence majeure entre le bon et le mauvais TAG se situe.

Le mauvais TAG joue souvent comme un robot après le flop.  Certains savent que le C-Bet est important, alors ils tirent une fois au flop, puis abandonnent dès qu’ils sont suivis, sauf lorsqu’ils disposent d’une forte main évidemment.  D’autres ont compris que beaucoup de joueurs float, alors ils lancent systématiquement deux mises, bâtissant souvent des pots beaucoup trop larges alors qu’ils sont clairement battus.  Ils s’en rendraient compte s’ils prenaient le temps de s’arrêter pour réfléchir à chaque situation précise!

Il n’y a pas de recette miracle afin de bien jouer post-flop, sinon de développer une capacité d’observation et d’adaptation exceptionnelle.  Une telle aptitude est difficile à acquérir et c’est exactement pourquoi le poker est un jeu si intéressant.  Le jeu avant le flop est facile.  Le vrai poker se joue après le flop.  Gardez ça en tête.

Suite à cet article, certains lecteurs confirmeront leur stratégie contre ces mauvais TAG, ou développeront leur approche afin de les dominer.  D’autres au contraire se reconnaitront dans le portrait tracé.  La bonne nouvelle pour ceux-là est qu’ils sont déjà à mi-chemin afin de trouver la voie du succès.  Comprendre les concepts n’est pas suffisant à les appliquer correctement.  Ces derniers ne précèdent pas une bonne stratégie poker, ils s’y intègrent afin de la rendre malléable et imprévisible.    Un simple pas en arrière afin de s’analyser soi-même permettra souvent de comprendre ce qui cloche.  Reprenez le temps de réfléchir vos décisions et évitez les automatismes du mauvais TAG.  Le poker gagnant ne découle pas d’une ligne rigide, c’est tout le contraire!

Discutez des mauvais joueurs de poker tight agressifs sur le forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
Sam, mon ami paresseux
Repérez le tilt avant qu'il ne gagne sur vous!
L'évolution constante du poker
Les bûcherons et les aventuriers
La variance au poker
HAUT DE LA PAGE