Suivre est une arme

Publié le 9 août 2009

Article de stratégie du pro Académie Full Tilt Poker, l’un des grands avantages de mon travail est de pouvoir jouer au poker de temps en temps et d’être toujours en relation avec le jeu. J’ai besoin d’appliquer les idées et les techniques que j’apprends en travaillant avec certains des meilleurs joueurs du monde. Ce sont des recherches essentielles, du moins, c’est ce que je dis à ma femme et à mon patron.

Cet été, mes « recherches » se sont bien passées. J’ai gagné un tournoi au buy-in de $500 au Venetian, ainsi que quelques autres gains. D’un point de vue général, je pense que j’ai bien joué. Je suis heureux d’avoir pu mettre en pratique ce qu’Allen Cunningham, Chris Ferguson et d’autres m’ont appris.

Cependant mon jeu n’a pas été sans faille. J’étais particulièrement mécontent lors d’une main cruciale jouée lors du 1er jour d’un tournoi que j’ai gagné. Je l’ai vraiment mal jouée, mais je pense que j’ai appris de cette erreur.

J’avais environ 200 000 jetons, et les blinds étaient de 1 500/3 000 avec des antes à 500. Au moment de la main, j’étais sur le déclin Les deux short-stacks sur ma gauche ont tenté de me voler à plusieurs reprises; et après 13 heures de jeu, j’étais un peu fatigué.

En début de parole, j’ai eu Ah-Qs. J’ai ouvert par une relance à 9 000, et j’étais prêt à suivre all-in contre l’un des short-stacks. Mais ils se sont couchés, comme tous les autres, jusqu’aux blinds.

La petite blind était en verve, ayant triplé son tapis lors des trois grosses mains précédentes. Je trouvais que la grosse blind, quant à elle, était un joueur de qualité : tight, mais intelligent. Les deux blinds ont suivi.

Le flop fut brutal: Ac-Jc-Th. J’étais connecté – je n’avais aucun doute. Mais il se pouvait que l’un de mes adversaires le soit plus que moi. La petite blind checka, tandis que la grosse blind misa 18 000.

J’ai donc tenté d’interpréter l’action: avec quoi aurait-il pu miser? J’en conclu un éventail de possibilités. Un gros tirage en était une – peut-être même Kc-9. Un set ou une double paire étaient également des possibilités. J’imaginais également qu’il ait pu toucher la nuts. C’était en effet le parfait moment pour miser avec une quinte Brodway. Cette mise m’aurait forcé à relancer si j’avais eu deux paires ou un set. Il m’aurait impliqué à ce pot très rapidement.

Si j’avais eu les idées claires à ce moment là, voici le processus de réflexion que j’aurais du faire: Jay, tu peux être devant sur  ce coup là, mais il y a beaucoup plus à perdre qu’a gagner. Tu n’as plus beaucoup d’avance. Couche-toi. Ce n’est pas grave si tu es victime d’un semi-bluff.

Un peu plus mauvais, mais toujours raisonnable, j’aurais également pu penser comme ce qui suit: Définis ta main Jay. Tu peux relancer, et voir ce qu’il se passe. Prend une décision une fois que tu as vu la réaction des autres joueurs face à ton agression, et utilise ces informations pour faire le bon choix.

Malheureusement, mon esprit n’était pas clair, et voici le mieux que j’ai pu faire: Attaquer. Je ne sais pas. Se coucher ne semble pas bon. Je peux être devant. Relancer semble vraiment dangereux. Hmm. Errr. « Je suis ».

Et c’était vraiment une mauvaise décision. J’ai suivi car je n’ai rien trouvé de mieux à faire. Sans surprise, ma main s’est fait battre et j’ai perdu beaucoup de jetons. J’ai eu de la chance de rebondir après une erreur de cette ampleur.

Les jours qui ont suivi j’ai analysé mon tournoi et j’ai réalisé que ce n’était pas mon unique faux pas. Lorsque je suis à cours d’idées, j’ai tendance à me rabattre sur un call. Dans ces cas, suivre n’était pas un choix stratégique; c’était une sorte de compromis entre relancer ou se coucher, qui n’a pas les avantages d’une action plus excessive.

Le call, comme toutes les autres actions à la table, doit être une arme. Gavin Smith et Erick Lindgren sont les maîtres du call efficace – Gavin a écrit un très bon conseil à ce sujet.

Depuis ce tournoi, les raisons de mes calls sont plus stratégiques. S’il m’apporte un avantage, très bien. Sinon, il y a d’autres options.

Profitez d’un bonus exceptionnel de premier dépôt de 100% jusqu’à 600$ sur Full Tilt Poker.  Il suffit de suivre le lien précédent et d’indiquer le code bonus PRINCEPOKER

Discutez de cet article dans notre forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
L'épidémie moderne de relances au hold'em
Débutants: Êtes-vous du type tournoi ou partie à l'argent?
Quelle histoire racontez-vous?
Êtes-vous un joueur de poker du passé?
Qu'est-ce que le poker et une bouse de vache ont en commun?
HAUT DE LA PAGE