Qu’est-ce que le poker et une bouse de vache ont en commun?

Publié le 30 septembre 2012

logo_officiel1

Mike Caro est reconnu comme l’un des plus grands experts en terme de stratégie de poker, de psychologie et de statistiques. Reconnu comme “Le génie fou du poker” (The Mad Genius of Poker), Doyle Brunson dit de lui: “Mike Caro a enseigné à plus de joueurs à gagner au poker que quiconque dans l’histoire.» L’Université de Poker de Mike Caro, la stratégie de jeu et de vie (MCU), est accessible en ligne via www.poker1.com

Un article par le génie fou du poker – The Mad Genius of Poker- , Mike Caro.

N.D.L.R. Cet article de Mike Caro date de 1980, soit bien avant que la majorité d’entre vous ait découvert le poker. Repris en 1996 par Card Player, il illustre selon nous tellement bien la réalité du poker que nous avons jugé opportun de le ressusciter un autre 16 ans plus tard. Merci encore à Monsieur Caro qui nous a accordé le droit, surtout le privilège, de traduire ses articles.


Si vous regardez dans presque n’importe quel dictionnaire, le poker sera défini comme un jeu de cartes.  Bon, je ne suis pas le président des États-Unis (bien que je devrais l’être, parce que je peux m’étouffer avec des bretzels aussi bien que n’importe qui d’autre), mais si je l’étais, je jouerais au poker tout le temps – sans cartes.

Il y aurait quelque chose à gagner, des forces concurrentes, des paris à faire, des possibilités  de relancer des paris adverses, des moments pour se coucher et économiser les ressources, ainsi que des chances de bluffer. Le pot finirait par aller à un seul gagnant. Ce serait du poker.

Bien sûr, ce ne sont pas toutes les importantes escarmouches de la vie qui sont du poker. Certaines impliquent plus d’un gagnant et certaines n’ont pas de gagnants à tous. Et pas de perdants.  Souvent, ces autres confrontations ont des corrélations intéressantes avec la stratégie de jeu en général, mais pas avec le poker.

Mike Caro

Trois éléments au poker

Le poker est un jeu qui se définit par lui-même. Je me moque que les dictionnaires définissent le poker comme un jeu de cartes, car les cartes ne sont pas ce qui rend le poker du poker.  En fait, il y a seulement trois choses qui font du poker le poker, et si ces trois choses sont présentes, vous êtes en train d’y jouer.

Voici les trois conditions qui doivent être réunies pour vous permettre de jouer au poker:

1. Il doit y avoir quelque chose à se disputer qui détient une certaine valeur avant que la mise commence. Sans cela, il n’y a aucune raison théorique de parier, à moins de ne pouvoir être battu. Nous enseignons cette vérité lors des cours pour les débutants à l’université du poker de Mike Caro. La plupart de ces étudiants n’ont jamais joué au poker auparavant. Nous donnons une seule carte à chaque étudiant et leur demandons de parier sur leur valeur. Habituellement, sur une table pleine de joueurs, les paris et les appels seront faits avec les as, les rois, les reines, les valets, et encore plus bas. Ensuite, nous expliquons que seul  celui ayant en main un as aurait du miser ou appeler. Nous démontrons que si vous misez ou appelez avec n’importe quoi d’autre, n’importe quel adversaire peut vous vaincre totalement, sans aucun risque, simplement s’il décide de ne jouer que lorsqu’il détient un as.  Cela ne lui coûte rien d’attendre. Toutefois, quand il y a quelque chose d’intéressant à se disputer dès le commencement, c’est différent.  Au poker, le «quelque chose» qui vaut dispute est habituellement les blinds et les ante, qui sont nécessaires avant que l’action commence. Ceci signifie que chacun a quelque chose de valeur à défendre et à obtenir, et ça vaut soudain la peine de prendre des risques.

2. La valeur exacte de ce dont vous disposez doit être tenue secrète –  vous la connaissez, mais pas vos adversaires.

3. Si le dernier pari n’est pas volontairement compensé par personne, alors le joueur qui a misé gagne tout l’argent automatiquement. La force ou la faiblesse de ce que ce joueur a en main n’importe aucunement. Dans le cas contraire, si la dernière mise est suivie, un seul gagnant sera déterminé en comparant les forces.

Ces trois éléments sont uniques au poker. Et, pour autant que je suis concerné, dès lors que ces éléments existent, vous jouez au poker. Ceux qui aiment ergoter peuvent faire valoir qu’il y a quelques autres jeux qui contiennent ces éléments, ou – en étirant nos esprits – pourraient être considérés comme les contenant. Très bien, alors je dis que ces jeux sont du poker.  Ces ergoteurs peuvent aussi argumenter qu’il n’y a pas toujours qu’un seul gagnant au poker – il y a des jeux où les mains hautes et les mains basses partagent le pot. N’en demeure pas moins que le but est de gagner tout le pot. Ou vous pouvez penser à des variantes hautes-basses comme ayant deux pots distincts. Je me fiche sous quel angle vous tentez de l’approcher, mes concepts tiennent.

OK, qu’est-ce qui manquait de ma définition du poker? Des cartes, non? Les cartes ne sont pas nécessaires pour jouer au poker.  À l’université de Mike Caro, nous utilisons cet exemple pour introduire les concepts qui définissent le poker …

Visite au pâturage

Vous allez à la ferme pour le week-end.  Comme tout le monde non?  Seulement vous et sept de vos amis. Tout le monde s’ennuie, parce que les vaches sont toutes parties en ville en ces jours fériés.

Quelqu’un dit: «Je parie que je peux trouver la plus grosse bouse de vache.” Une “bouse” est un gros tas de merde compacté, au cas où vous seriez un citadin. Évidemment, tout le monde pense que c’est une excellente idée.  Il est décidé que chaque ami parie 1$ – et l’argent combiné sera mis dans un pot au milieu de la table de la cuisine du ranch. Une personne chanceuse gagnera tout l’argent dans le pot. Des sacs en papier brun sont passés à chaque concurrent dans le but de dissimuler les bouses de vache respectivement trouvées.

Maintenant tout le monde se dirige vers le pâturage, se précipite sur la recherche de la plus grosse bouse de vache, et retourne à la table 10 minutes plus tard, tel que convenu. Ensuite, ils évaluent leurs trouvailles, les pesant contre les 8$ qui sont disputés sur la table. Ils font des paris supplémentaires. Quelqu’un gagne. Mais, attendez!  Si Elizabeth n’a pas trouvé de bouse de vache et mise tout de même, elle pourrait gagner, en dépit de son sac de papier brun vide, mais à cause de son courage.  Cela se produira si personne n’appelle son pari.

Mais si un ou plusieurs adversaires égalisent le pari final, alors vous aurez besoin d’ouvrir tous les sacs concurrents et de comparer les bouses de vache.  Ensuite, la plus lourde va remporter. Et c’est tout ce qu’il y a au poker. Ce n’est pas forcément un jeu de cartes.

Maintenant vous pensez, qu’en est-il alors du vidéo poker? Il n’y a aucun élément de secret.  Il n’y a pas de dernière mise à suivre. En vertu de la définition de Mike Caro, certaines confrontations de la vie réelle seraient du poker, mais le jeu largement joué et populaire de vidéo poker n’aurait en réalité aucun élément significatif en commun avec le poker.  Bonne réflexion. Maintenant, nous nous comprenons les uns les autres. – MC

Traduit suite à une entente spéciale avec Mike Caro.  Toute utilisation totale ou partielle de la version originale ou traduite de cet article est interdite sans la permise écrite de Mike Caro.

Discutez de ce que le poker et les bouses de vache ont en commun sur le forum de discussion

Les faussetés du poker sans -limite

J’aime à réfléchir sur les choses. Pourquoi même le plus intelligent des chiens, comme un berger allemand par exemple, n’arrive-t-il pas à comprendre les statistiques? Des trucs comme ça.

Si vous avez immédiatement conclu que cette réflexion est une perte de temps, vous avez probablement décidé avec sagesse qu’ils ne le peuvent pas parce “qu’ils ne le peuvent pas”, puis avez passé à autre chose dans votre vie. Ce n’est pas mon cas.

Marooned

Ma vie est alors foutue et l’a été ainsi pendant des décennies comme je lutte, souvent futilement, afin de saisir le «pourquoi» au-delà de l’évidence. La partie la pire est que parfois, après avoir passé 12 heures à penser plus profondément que de la merde de baleine, je n’arrive toujours pas à esquisser une réponse.


J’appelle cela une journée complète et j’ai alors le sentiment que j’ai accompli beaucoup de choses. Non, je ne fume rien, mais merci de vous en préoccuper.

Qu’est-ce que cela a à voir avec le poker? Rien du tout, sauf peut-être que l’une des choses qui occupe mon esprit récemment est la nature contrastée entre le poker limite et sans limite.

Il existe de nombreuses théories concernant les différences entre le limite et le sans limite. Il y a aussi tous les semblants de conseils qui tombent à court d’être de la théorie, parce qu’ils semblent n’avoir aucune raison rationnelle exigeant leur énonciation. Aujourd’hui, je vais brièvement aborder trois de ces fausses idées sélectionnées. Dans l’avenir, je pourrai en examiner d’autres plus en détail, mais pour l’instant, nous allons nous concentrer sur certains malentendus fondamentaux.

Le poker sans limite est plus noble

Une fois, j’ai entendu la femme d’un homme rétorquer avec une fierté claire dans sa voix quand un ami lui a dit qu’il était dans une partie de Stud 7 cartes 50$/100$. “Bill lui est dans une partie sans limite là-bas” comme si cette partie avait un prestige particulier.


Cette partie en particulier était une hold’em sans limite avec des blinds de 2$/5$ et conséquemment, était beaucoup plus petite que la partie limite de stud 50$/100$. La plupart des joueurs expérimentés comprennent que c’est une idée fausse de penser à l’expression «sans limite” de cette façon. “Sans limite” ne décrit pas la grosseur d’une partie de poker.

L’expression décrit seulement le type de paris.

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
L'épidémie moderne de relances au hold'em
Débutants: Êtes-vous du type tournoi ou partie à l'argent?
Quelle histoire racontez-vous?
Êtes-vous un joueur de poker du passé?
Qu'est-ce que le poker et une bouse de vache ont en commun?
HAUT DE LA PAGE