Pourquoi le poker est-il bon pour vous

Publié le 26 janvier 2010

Il n’y a pas si longtemps encore, le poker était une activité avec un lustre terni de féroces préjugés.  Placé là haut avec le gangstérisme, la débauche et l’escroquerie, nul n’aurait osé s’attarder sur les bienfaits de ce jeu.

Or, la popularité croissante, la médiatisation et l’abondance de ressources stratégiques sur le poker ont graduellement changé les mentalités.  Soudainement, le poker n’était plus qu’un autre jeu du Casino vous assurant une faillite inexorable.  Les esprits s’ouvraient et laissaient place à la véritable nature du poker, soit celle d’un jeu stratégique, demandant le meilleur des capacités humaines.  Ce qu’on attribuait jadis à la chance était maintenant un facteur manipulable, sous la maîtrise des meilleurs joueurs seulement.  En étudiant ce qui différencie les excellents joueurs des autres, on relève les qualités intrinsèques au poker.  Voici donc pourquoi le poker est bon pour vous :

Le poker développe votre raisonnement logique

C’est un fait.  Si le meilleur joueur est gagnant, le pire sera automatiquement un perdant.  Personne ne désire être du désolant côté de cet inéluctable équilibre.  Pour vaincre, il faut penser plus rationnellement, plus rapidement et au-delà du niveau de pensée de ses adversaires.  Le poker force l’humain à toujours se dépasser mentalement.  Il faut d’abord atteindre un niveau suffisant, puis toujours se réinventer afin de demeurer au sommet.

Le poker développe votre patience

Un joueur raisonnable sait que son profit réel sera une question de long terme et non de résultats expéditifs.  Si le facteur chance s’efface avec le temps, nul n’a le contrôle sur son influence au moment présent.  La patience devient dès lors un atout clé. Sans elle, le joueur devient son pire ennemi.  Le poker requiert une patience sans borne ;  une patience dans le court terme lorsque le jeu ne tourne pas de son côté, puis une patience sur le long terme afin d’optimiser ses gains.

Le poker vous apprend le long terme

En lien direct avec le fait précédent, le poker vous apprend à vous concentrer sur le long terme.  Dans la vie, les récompenses à court terme sont souvent beaucoup plus gratifiantes que celles qui tardent.  Ces dernières semblent fanées par l’attente et difficiles à concevoir.  On pense et agit à court terme pour regretter ensuite.  Le joueur de poker apprend rapidement qu’une mauvaise décision maintenant peut avoir un bon résultat, et vice-versa.  Le résultat à court terme ne définit pas la qualité de la décision sur cette même période de temps.  Pour s’évaluer judicieusement, c’est sur le long terme qu’il faut s’attarder.

Le poker vous apprend à apprendre

L’apprentissage général dépend de la réponse à nos actions.  Si elle est positive, nous renforçons le geste, si elle est négative, nous l’écartons.  Au poker, le cycle d’apprentissage action / résultat est très rapide.  Afin de s’élever, le joueur se doit de rationaliser les bons et mauvais coups dans une stratégie globale de manière répétitive.  Cela développe intuitivement sa capacité d’apprentissage.  Cette rationalisation se démontrera alors dans bien d’autres aspects de la vie du joueur.

Le poker développe votre concentration

Le poker, particulièrement dans les variances sans limites, met théoriquement tous vos jetons à risque à chaque décision de chaque main jouée.  Toute erreur peut conséquemment s’avérer excessivement coûteuse.  Afin d’éviter ce guet-apens, une concentration sans faille est nécessaire.  Si cette qualité ne se développe pas du jour au lendemain, la lourde conséquence d’un manque d’attention oblige le joueur à effectuer un travail acharné sur cette faculté.

Le poker développe votre sens du réalisme

Dans la vie, la plupart des humains pensent ce qu’ils veulent quand ils le veulent sans réelle répercussion sur leur quotidien.  Le joueur de poker ne peut se permettre ce luxe.  Au contraire, il apprend de la manière la plus cruelle possible qu’il ne peut se mentir à soi-même.  Le déni en ce qui a trait à votre talent, vos adversaires ou votre niveau de chance résultera d’une perte d’argent.  Il n’y a pas de détour.

Le poker développe votre discipline

S’il y a un défaut répandu plus que tout autre, c’est possiblement celui du manque de discipline.  Répondre à ses impulsions est facile et agréable.  Pourquoi s’en priver ?

Au poker, la discipline est la qualité la plus récompensée sur le long terme.  C’est ainsi, car elle affecte toutes les autres qualités d’une manière directe.  La discipline est la maîtresse de la patience, du réalisme, de la concentration et du raisonnement logique.  C’est cette qualité qui permet de ne pas déroger de ces importantes vertus.  Appliquer ces compétences n’est profitable que si le joueur le fait de manière systématique.  Les joueurs avec le meilleur contrôle de soi sortiront vainqueurs au bout du compte.

Le poker aide à s’ajuster aux situations changeantes

Chaque nouvelle information lors d’une main de poker modifie la décision que vous prendrez.  Le joueur de poker s’ajuste constamment afin d’englober tous les facteurs décisionnels qui lui sont fournis.  Cette qualité que développe le joueur de poker se répercutera dans son processus décisionnel général, qu’il s’agisse de choisir sa prochaine destination vacances ou sa future paire de souliers !

Le poker dépersonnalise les conflits

Prendre les affronts à la table de poker comme une attaque personnelle est la pire des attitudes que peut adopter un joueur de poker.  Il met alors ses émotions et son ego en jeu, alors qu’il devrait faire exactement le contraire.  Émotions riment avec irrationalité.  Au contraire, les batailles à la table sont d’un niveau impersonnel.  Il faut donc écarter ses émotions de l’équation et surtout, ne pas chercher la revanche dans une telle discipline.  Apporter cette attitude aux conflits hors poker aidera souvent à les affronter d’une manière beaucoup plus rationnelle et donc, plus efficace.

En conclusion

Ces qualités ne sont qu’un échantillon des nombreuses facultés humaines qui sont développées grâce au poker.  Le poker est un microcosme d’une méritocratie à son état le plus pur.  Comme on le dit communément : « au plus fort la poche ! ».  Si d’une perspective extérieure, le poker peut sembler négatif pour ses attributs de jeu froid, cruel et inflexible, ce sont exactement ces facteurs qui en font une discipline si méritoire.  Le bon joueur développe des qualités qui outrepassent la table de poker.  Non seulement sera-t-il récompensé de ses efforts au poker, il s’en trouvera grandit dans de nombreuses sphères auxquelles il n’aurait jamais songé.

Discutez de cet article dans notre forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
L'épidémie moderne de relances au hold'em
Débutants: Êtes-vous du type tournoi ou partie à l'argent?
Quelle histoire racontez-vous?
Êtes-vous un joueur de poker du passé?
Qu'est-ce que le poker et une bouse de vache ont en commun?
HAUT DE LA PAGE