Miser sur le flop au Hold’em sans limites

Publié le 28 février 2008

Le tour de mise sur le flop est évidemment extrêmement important au hold’em sans limites. Il y a trois nouvelles cartes tournées, ce qui peut changer radicalement le rang des cartes des joueurs par rapport à ce qu’ils avaient avant le flop. Vous n’avez pas à être fier si vous avez deux as noirs et que les cartes tournées sur le flop sont Qh Jh 9h. S’il y a plusieurs joueurs dans la main, la meilleure stratégie peut sûrement être passer-se coucher. Une grosse paire ou même deux paires ou un set, ne seront pas souvent pas assez forts lorsqu’il y a une possibilité de quinte ou de couleur sur le tableau. Donc, votre première tâche sur le flop consiste à vous réorienter sur la nouvelle situation et évaluer combien vaut votre main maintenant.

Le moment où les joueurs misent sur le flop est celui où les tirages ont le plus de valeur, parce qu’il vous reste encore deux chances pour compléter votre main. Cependant, la seule façon d’être certain de voir les deux cartes est de faire tapis avant que cela n’arrive. Ce qui est terrifiant dans n’importe quel tirage est de mettre un montant d’argent considérable dans le pot sur le flop et qu’un adversaire vous oblige à faire tapis lorsque vous n’attrapez pas votre carte sur le tournant. Pour éviter ce scénario, vous avez beaucoup plus de chance si vous êtes en position avantageuse par rapport à votre adversaire. Lorsque j’enseigne, je mets beaucoup l’emphase sur la façon de jouer vos mains de tirage en fonction de la position et il est certainement préférable de parler en dernier lors de ces situations. Une bonne position au sans limites est beaucoup plus importante que d’avoir 10-9 assortis plutôt que d’avoir une paire de huit, deux mains qui sont presque équivalentes au poker avec limites.

S’il vous reste peu de jetons, il n’y a rien de mal à faire tapis sur le flop avec un tirage à la quinte ou un tirage à la couleur en assumant la possibilité que votre adversaire puisse se coucher. Cependant, lorsque vous jouez pour un montant d’argent élevé, ce type de main n’est pas un assez gros tirage pour jouer tous vos jetons. Par exemple, si vous faites tapis sur le flop contre un set, vous êtes défavorisé à 3 contre 1. Vous avez besoin de plus, comme un tirage à la couleur combiné avec un tirage à la quinte (idéalement une bilatérale, mais au moins la possibilité d’avoir la séquence (« gutshot »)). Si vous croyez que votre adversaire a seulement une paire qui est plus élevée que la carte la plus haute dans le jeu, une main comme la main la plus forte lors d’un tirage à la couleur (avec un as dans le trou) ou un tirage à la couleur combiné avec une paire sont des mains avec lesquelles il est possible de faire tapis. Vous pouvez être un peu défavorisé avec quelques-uns de ces tirages si vous êtes relancé, mais normalement vous aurez une chance que votre adversaire se couche ou que vous aurez assez de mises dans le pot pour jouer si votre adversaire a relancé à nouveau en faisant tapis.

À la lumière de ce que l’on vient de voir, lorsque j’ai un gros tirage et que mon adversaire mise, je vais souvent relancer si je suis en meilleure position que lui. S’il relance à nouveau en faisant tapis, je fais tapis aussi et j’essaie de gagner. S’il égalise ma relance j’obtiendrai alors une carte gratuite – si j’ai choisi de la prendre.

Lorsque je suis en situation de tirage ordinaire, je préfère habituellement égaliser. Notez que les côtes du pot ne sont pas suffisantes pour égaliser. Cependant, dans cette position, vous avez de nombreux éléments qui pourraient justifier que vous égalisiez. Vous serez peut-être récompensé si vous obtenez la carte que vous voulez ou vous aurez peut-être la chance de soutirer le pot de celui qui mise s’il passe sur le tournant ou s’il effectue une très faible mise. Cependant, sans position, j’égalise rarement avec un tirage. Je prends soit l’avance et j’espère que tout le monde se couchera (ou je fais mon tirage sur le tournant si je suis égalisé) ou je passe et me couche tout simplement. Comme vous pouvez le constater, un tirage est une main beaucoup plus forte lorsque vous êtes en bonne position.

Certaines personnes jouent au hold’em sans limites avec la philosophie de relancer ou de se coucher; je ne fais pas cela. Lorsque je fais face à une mise lorsque j’ai une main et une position, j’ai une méthode simple de jeu (lorsque j’ai un gros tapis). Je ne relance pas à moins d’être prêt à endosser ma main avec tout mon argent ou si je bluffe à moitié. Puisque la plupart du temps, lorsque je joue, je ne veux pas faire cela, j’égalise tout simplement, car je veux utiliser ma position.

Oui c’est vrai qu’il est ennuyeux d’égaliser avec une main qui ne vaudra pas davantage. Cependant, mon adversaire ne sait pas ce que j’ai. Il a les mêmes problèmes que moi à essayer de deviner les cartes qui seront données sur le tournant et, en plus, il n’est pas en bonne position. Ainsi mon égalisation lui a donné un problème à un coût relativement bas pour moi. Laissez-moi vous donner un exemple d’une main qui m’a été envoyée par un de mes étudiants. Il a une bonne main qui n’a aucune chance d’être meilleure, il a décidé de relancer et il s’engage ainsi à perdre tous ses jetons.

Il a écrit : « Je viens juste de terminer une session avec des mises à l’aveugle à 1 $-2 $ à neuf joueurs dans une partie à l’argent au hold’em sans limites. La main suivante est tournée alors que j’ai environ 475 $ dans mon tapis. J’ai Js 10s deux positions avant le croupier. J’égalise, le joueur suivant se couche et le croupier et les deux blinds égalisent. Cinq d’entre nous voient le flop, qui est 9-8-7, tout en trèfle (ma couleur est du pique; la bonne église, mais le mauvais banc). Le petit blind mise 15 $, le gros blind se couche, le joueur suivant égalise et c’est maintenant à mon tour de parler. J’y vais à fond. Je suis en train de penser que je ne veux pas leur donner une carte gratuite, alors qu’il est évident qu’au moins un d’entre eux est dans un tirage. Je relance de 45 $. Le croupier égalise spontanément et le petit blind fait tapis avec 10 $ de plus. J’égalise, tout comme le croupier. Le tournant s’avère être un roi non assorti. Je pense que je ne peux pas lui donner une carte gratuite, alors je fais tapis; il égalise et je sais que je suis cuit. Il a retourné une couleur d’as élevée. Alors, ma question sur cette main est, est-ce que j’aurais dû passer sur le tournant pour voir ce qu’il ferait? Il n’était pas un joueur extrême, mais j’étais vraiment certain qu’il avait seulement un Ac. Est-ce que c’était une mauvaise lecture ou j’ai seulement été malchanceux qu’il ait obtenu la couleur? »

Malchance? Mon étudiant a joué une main dans laquelle il y avait quatre adversaires avant le flop, sur le flop des cartes assorties sont apparues et il a couru une couleur lorsqu’un adversaire a égalisé spontanément une mise et a relancé. Une couleur est la première main que vous devriez anticiper d’un adversaire dans cette situation. Lorsqu’il y a trois parties à une couleur sur le tableau et que vous avez plusieurs adversaires, il est rarement approprié d’être impliqué fortement sans avoir une couleur. Si tout mon argent va dans le pot sur le flop et que je n’ai pas de couleur, cela signifie que je me ferai prendre à « bluffer » avec un set élevé ou avec l’as isolé d’une couleur assortie. Dans les deux cas, je me ferai sortir. J’égaliserais seulement sur le flop si je détenais une main comme deux paires ou une quinte. Lorsque votre tapis est commis dans le pot dans une partie à l’argent sans limites, c’est lorsque vous avez une bonne raison de penser que votre main est la meilleure ou que vous vous faites prendre à courir et que vous avez une bonne raison d’être chanceux.

La main ci-dessus en est une parmi celles que je garderais, s’il y avait des bonnes chances que ma main soit bonne, alors j’égaliserais si quelqu’un en face de moi miserait. S’il y a une faiblesse dans les joueurs agressifs au sans limites d’aujourd’hui, c’est le fait de ne pas utiliser la position à son plus grand potentiel. Je peux comprendre que le style de jeu « relancer ou se coucher » soit si populaire, car pour utiliser la position de façon optimale, vous devez être capable de voir et de lire vos adversaires, ce que vous ne pouvez faire sur Internet. Lors d’une réelle partie sans limites, alors que vous pouvez voir votre adversaire et qu’il parle en premier, je ne crois pas que ce style de jeu « relancer ou se coucher » soit la façon optimale de jouer, tout comme le pense des joueurs expérimentés tels Johnny Chan et T.J. Cloutier, qui sont mes amis. Ces joueurs ont plusieurs bracelets de champion du monde pour prouver qu’égaliser a sa place dans l’arsenal des joueurs de poker.

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
L'épidémie moderne de relances au hold'em
Débutants: Êtes-vous du type tournoi ou partie à l'argent?
Quelle histoire racontez-vous?
Êtes-vous un joueur de poker du passé?
Qu'est-ce que le poker et une bouse de vache ont en commun?
HAUT DE LA PAGE