[X]

Les pile ou face au poker

Publié le 14 juin 2009

Une situation de pile ou face survient lorsque deux adversaires ont des mains qui, l’une contre l’autre, ont une chance sur deux de sortir gagnantes.  L’exemple le plus commun de mains à pile ou face est une paire avant le flop qui se retrouve contre deux cartes supérieures.  Ce sont des situations où les adversaires se sentent généralement tous deux forts, haussant la possibilité que les jetons se retrouvent au milieu.  Quand ces pile ou face devraient-ils être joués et quand devraient-ils être évités ?

Séparons d’abord les parties à l’argent des tournois.  Les pile ou face n’ont pas la même importance dans les deux variantes et devraient être approchés différemment.  En partie à l’argent, lorsque nous prenons conscience que nous sommes probablement en situation de pile ou face, nous avons déjà mis une certaine portion de notre tapis au milieu.  Ainsi, pour des raisons purement mathématiques, nous devons jouer ces mains jusqu’au bout.  Nous les remporterons une fois sur deux et au long terme, elles créeront un profil nul.  Les coucher pour ne pas risquer son tapis ferait cependant perdre l’argent déjà investi dans le pot, pour une espérance à long terme négative.  En parties à l’argent, il faut jouer ses pile ou face.

Le raisonnement se complexifie drôlement en tournoi.  Le problème sous cette variante est essentiellement que de perdre un seul pile ou face pour son tapis vous élimine, sans l’option de remettre de l’argent sur la table, comme en parties à l’argent.  Ainsi, malgré que les côtes du pot soient parfois alléchantes, il est souvent préférable de coucher sa main en situation de pile ou face afin d’attendre une position plus confortable.

Cette déduction dépend essentiellement de votre niveau versus celui du reste de la table.  Admettons que vous vous retrouvez en tournoi d’une seule table contre les 9 meilleurs joueurs au monde.  Vous aurez beau jouer votre meilleur poker, vos adversaires auront un avantage sur vous.  À ce moment, peu importe le moment dans le tournoi, vous devriez sauter sur ces occasions de pile ou face.  En effet, comme vos adversaires sont meilleurs que vous, des cotes d’une chance sur deux pour votre tapis sont alléchantes contre des concurrents aussi féroces.  Il devient donc favorable de prendre ces pile ou face en relation avec vos chances de remporter le tournoi.  Cependant, en contrepartie, vous ne devriez pas être assis à une table ou vous êtes le poisson du groupe !  Le poker demande de trouver les situations avantageuses afin de maximiser ses chances de gain.  Il vaut mieux affronter des adversaires d’un niveau sous le votre !

C’est sous cette optique qu’il faut rester prudent par rapport aux piles ou face.  Si vous êtes l’un des meilleurs joueurs dans le tournoi, pourquoi risquer son tapis complet alors qu’une fois sur deux, vous serez ainsi éliminé ?  Doubler votre tapis ne double pas automatiquement vos chances de remporter le tournoi !  L’élément de survie prend alors une importante considérable.

En début de tournoi, alors que vous avez une grande marge de temps pour jouer (tapis profond en relation avec la hauteur des blinds), il est tout à fait correct de coucher des mains qui vous donneront la victoire une fois sur deux si les jouer met à risque une grande partie de votre tapis.  Vous prenez ainsi votre mal en patience et cherchez des situations à pourcentages de gain plus favorables.  Vous vous assurez avant tout de survivre, ce qui est essentiel en tournoi.

Cette conclusion est aussi vraie en fin de tournoi, mais pour des raisons légèrement différentes.  Dans les stades avancés des tournois, vos jetons valent beaucoup plus que ce qu’ils valaient au début et votre premier souci est de les protéger, ce qui signifie éviter les situations de pile ou face. Lorsque la bulle à éclaté (et qu’il ne reste donc plus que des joueurs qui se feront payer), vous êtes récompensé financièrement dès qu’un joueur se fait éjecter. Ainsi, il est souvent plus malin d’éviter de s’engager dans des pile ou face et d’attendre de meilleures opportunités.

Évidemment, en fin de tournoi, lorsque les blinds sont très élevés, il arrivera que vous devrez jouer ces mains.  Vous n’aurez simplement plus la marge requise afin d’attendre des situations plus favorables.  Ceci ajoute au facteur chance qui a une importance variable mais certaine en tournoi.  Plus les blinds sont élevés, plus l’élément chance est notable.  C’est pourquoi les structures lentes favorisent les bons joueurs tandis que les tournois rapides avec de petits tapis augmenteront le taux de succès des mauvais !

Discutez de cet article dans notre forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
L'épidémie moderne de relances au hold'em
Débutants: Êtes-vous du type tournoi ou partie à l'argent?
Quelle histoire racontez-vous?
Êtes-vous un joueur de poker du passé?
Qu'est-ce que le poker et une bouse de vache ont en commun?
HAUT DE LA PAGE