Les erreurs communes des débutants au poker

Publié le 18 février 2010

Le poker, particulièrement dans ses variantes sans limite, est un jeu qui peut rapidement s’avérer cruel.  Une bonne session de plusieurs heures et pouf !  Une ou deux erreurs au mauvais moment et les gains se transforment en pertes.  La réaction innée de bien des joueurs est de blâmer la malchance : « Si seulement je n’avais pas eu deux plus petites paires que lui » ou « si seulement il n’avait pas complété sa couleur ! » justifieront ces montagnes russes subies par leur tapis de jetons.  Si nous savons déjà que la variance peut effectivement avoir un effet direct sur le court terme, il n’en reste pas moins que plusieurs erreurs d’apparence anodines en sont souvent l’élément déclencheur.  Parcourons ces nombreuses erreurs qui différencient le joueur gagnant du joueur perdant.

La patience

Particulièrement chez les joueurs débutants, le manque de patience est certainement l’élément le plus commun déclenchant les erreurs coûteuses qu’ils commettent.  Le joueur débutant devrait jouer une gamme de main assez étroite afin de délaisser toutes ces combinaisons qui lui créeront des problèmes après le flop.  En effet, le joueur novice risque d’être déclassé par ses adversaires dans ses stratégies postflop. Conséquemment, il vaut mieux se restreindre à des mains très fortes comme les grosses paires et les cartes hautes (AA-AK-KK-QQ-AQ) ainsi qu’aux suited connectors (89 en piques par exemple) dont il est facile de se départir lorsqu’on rate.  Or, ces débutants font souvent le contraire.  Un joueur relance et ils découvrent A9.  Ils suivent.  Le flop vient A-7-4 et l’adversaire mise sur deux ou trois tours.  Le débutant appelle et découvre qu’il est battu par un meilleur As.  Il se dit alors que c’était inévitable : « Nous avions tous les deux cet As !  Je n’étais quand même pas pour me coucher ! ».  Or, en se restreignant lui-même aux As très forts, c’est le débutant qui profiterait des joueurs qui jouent des mains telles que Ax, KJ, QJ, etc.

Fixer ses objectifs

Ce point peut paraître très simple, mais il demeure contre-intuitif pour bien des joueurs qui se présentent à la table avant tout pour le plaisir du jeu.  L’objectif du poker est de faire de l’argent, ce n’est pas de gagner toutes les mains !  L’ego de bien des débutants les empêche de sauver un ou deux tours de mises lorsqu’ils sont battus.  Bien évidemment, parfois ils découvrent un bluff de l’adversaire et s’élèvent au statut de héros.  Néanmoins, sur le long terme, il perdra en suivant systématiquement ses mains jusqu’au bout.  Il faut garder l’objectif réel du jeu en tête ! »

Les décisions très délicates.

Toute erreur au poker est coûteuse, cela va de soi.  Cependant, aucun joueur n’est parfait et jouer un poker sans erreur est impossible.  L’objectif est donc de faire moins d’erreurs que vos adversaires.  Dans une décision très difficile impliquant beaucoup de vos jetons, vous coucher sera rarement la pire des décisions.  Après coup, vous découvrirez souvent que ce n’était pas le jeu optimal.  Vous disposez cependant toujours de jetons afin de chercher à profiter de situations futures avantageuses plus évidentes et faciles à jouer.

Les bluffs

Un bluff devrait être occasionnel et servir à balancer votre jeu.  Il se doit d’être bâti de manière réfléchie en ayant en tête les différents scénarios possibles et comment y réagir.  Rater au flop et systématiquement miser fort en espérant que son adversaire se couche est une recette menant à la catastrophe.  Bien évidemment, vous gagnerez plusieurs petits pots en n’ayant rien du tout en main.  Ne vous désillusionnez pas !  Faites le calcul de ce que cette tactique vous permet de gagner et soustrayez les gros pots perdus lorsque votre adversaire vous appelle.  Les bluffs trop fréquents et mal bâtis sont un trou sans fond pour vos jetons.

D’autres joueurs ont un problème semblable, mais inversé.  Ils ne bluffent que rarement et n’en abusent pas.  Cependant, dès qu’ils font face à une mise, ils croient systématiquement être bluffés !  Ils appellent donc avec des mains marginales et perdent de gros pots alors qu’ils devraient depuis longtemps avoir abandonné leur main.  C’est un problème encore plus grand que le bluffeur exagéré puisqu’en jouant ainsi, ils n’ont même pas la possibilité de remporter le pot lorsque les adversaires décideront de coucher leur main.

Agressivité

Il ne fait aucun doute que l’agressivité est le facteur clé d’un poker gagnant.  Cela ne signifie pas que vous devez soudainement vous mettre à miser et relancer à chacune de vos décisions !  Il existe deux types d’erreurs chez les débutants liés à l’agressivité.

Il y a les joueurs qui en manquent.  Ils jouent timidement et se contentent d’appeler les mises de leurs adversaires.  Il ne maximisent ainsi pas le potentiel de gain lorsqu’ils détiennent la meilleure main, mais paient le prix fixé par leurs adversaires lorsqu’ils sont battus.

Il y a finalement ces joueurs qui savent que l’agressivité est reine, mais qui n’ont aucune idée de comment la doser.  À moins de connaître parfaitement vos adversaires et d’être d’un niveau hautement supérieur, jouer la plupart des mains en s’efforçant de toujours avoir l’initiative mènera à l’évaporation rapide de votre pile de jetons.  Le concept de l’agressivité ne dit rien sur le volume de mains jouées.  Le débutant devrait d’abord ne jouer qu’une gamme de mains très serrée, mais en s’assurant l’initiative de l’agression.  C’est avec le temps qu’il apprendra à élargir ses mains de départ, tout en gardant l’agressivité développée.

Une seule de ces erreurs lors d’une session peut vous assujettir à des pertes quasi assurées.  Ce sont ces nombreuses difficultés qui font du poker un jeu à la fois complexe et captivant.  La bonne nouvelle est que même les joueurs expérimentés sont victimes de ces erreurs de temps à autre.  La perfection n’est donc pas nécessaire afin de vaincre vos adversaires !  La mauvaise est que plusieurs autres erreurs de base existent, et qu’elles sont tout autant périlleuses.  Elles seront présentées dans la deuxième partie de cet article.

Discutez de cet article dans notre forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
L'épidémie moderne de relances au hold'em
Débutants: Êtes-vous du type tournoi ou partie à l'argent?
Quelle histoire racontez-vous?
Êtes-vous un joueur de poker du passé?
Qu'est-ce que le poker et une bouse de vache ont en commun?
HAUT DE LA PAGE