Le petit blind au Hold’em sans limites

Publié le 23 janvier 2008

La grosseur du tapis est un facteur important pour déterminer la bonne façon de jouer

Le petit blind est vraiment un mauvais siège dans une partie de poker, puisque c’est le joueur qui parle en premier lors du flop, du tournant et de la rivière. Cet handicap est encore plus apparent au hold’em sans limites, où le désavantage d’une mauvaise position est encore plus évident que dans les jeux avec limites, puisque tout votre tapis est potentiellement mis à risque lorsque vous misez dans le pot.

Pourquoi jouer une main si vous êtes le petit blind? Premièrement, vous avez la moitié de l’argent requis pour entrez dans le pot qui est déjà misé, si le pot n’a pas encore été relancé. Deuxièmement, le pot ne sera probablement pas relancé, puisqu’un seul joueur parlera après vous. Malgré tout, je crois que vous devriez y pensez très attentivement avant de faire le chasseur d’aubaines, comme vous le constaterez dans le texte qui suit.

La grosseur du tapis est un facteur critique pour mesurer la pénalité reliée à une mauvaise position. Avec un tapis extrêmement petit, comme seulement cinq fois la grosse mise à l’aveugle, il y a normalement une seule séquence de mises qui compte vraiment, car votre unique décision sera de faire tapis ou de vous coucher. Avant le flop, le petit blind a la seconde meilleure position à la table pour faire ce choix, puisqu’il y a seulement le gros blind qui parle après vous. Près de l’extrémité du spectre, comme obtenir 100 fois le gros blind, comme cela arrive au premier niveau des tournois de championnat du monde et dans plusieurs parties à l’argent, tout le poids d’une mauvaise position sur les trois dernières séquences de mises se fera sentir dans presque toutes les mains que vous jouerez. Ainsi, il n’y a rien de comparable à « la bonne façon de jouer le petit blind » sans connaître la grosseur du tapis impliqué.

En plus de la grosseur du tapis, il y a un autre facteur important pour décider d’entrer dans le pot lorsqu’on est hors position : la composition de votre main. Chaque main qui est jouée en mauvaise position demeure inférieure, mais l’effet le plus dommageable d’avoir à parler en premier pèse plus lourd sur une main de tirage que sur une main complétée au départ. Lorsque vous parlez en premier, vous misez sur le flop ou vous passez-égalisez; si vous n’améliorez pas votre sort sur le tournant, vous serez forcé de montrer votre faiblesse en passant ou en misant un gros montant d’argent alors qu’il ne reste seulement qu’une carte à tourner. Si vous êtes assez chanceux pour améliorer votre sort sur le tournant, il est préférable que votre adversaire ait à deviner si vous avez votre main au lieu d’être capable de voir quelle action vous ferez après que la carte du tournant ait été tirée. Dans les deux cas, vous souhaiterez parler après votre adversaire au lieu de parler avant lui.

N’importe quelle main peut être complétée avec le flop et devenir une main gagnante. N’importe quelle main peut donner lieu à un tirage. N’importe quelle main peut devenir une bonne main et un tirage. Par exemple, deux as peuvent passer de la paire la plus haute vers un tirage à la couleur, ce qui donnerait la main la plus forte. De plus, vous pouvez référer à votre main de départ comme étant une « main de tirage », si vous pensez rester après le flop sur un tirage à la quinte, un tirage à la couleur ou une combinaison des deux. Un exemple évident est 9h 8h. Certes, vous pouvez obtenir une paire forte, deux paires, un triple et même une main pleine. Vous pouvez obtenir une quinte ou une couleur. Cependant, la raison principale que vous restiez après le flop est que vous avez une chance d’obtenir une quinte ou une couleur. Le même principe s’applique si vous avez Ah 3h. Vous pouvez obtenir une grosse paire sur le flop et même deux paires, mais la raison principale pour laquelle vous misez dans le pot est la possibilité d’obtenir la couleur la plus forte. Comme je l’ai mentionné auparavant, il est plus facile d’obtenir quatre cartes assorties qu’une couleur. Faites attention aux mains de tirage lorsque vous êtes dans la position de la petite mise à l’aveugle.

Voyons comment la théorie se traduit dans l’action. Vous détenez une paire de deux alors que vous êtes le petit blind et vous avez 50 fois le gros blind dans votre tapis. Quelques personnes égalisent et c’est maintenant à vous de parler. Je crois qu’égaliser est approprié, même si j’ai une grosse appréhension pour la paire de 2. Après le flop, si vous jouez, vous devriez détenir trois 2 ou mieux encore et vous serez moins susceptible d’avoir un gros problème que si vous aviez obtenu un tirage. Un brelan peut amoindrir une mauvaise position, même s’il est préférable de parler en dernier qu’en premier.

Supposons que vous avez Jh 9h dans cette même situation avant le flop, dans laquelle vous avez 50 fois le gros blind en jetons et deux personnes qui égalisent. Selon moi, vous devriez vous coucher. Je vois tout le temps ce genre de main et même des mains de tirage beaucoup plus faibles que celle-ci qui sont jouées. J’ai déjà été reconnu pour jouer ce genre de mains lorsque je faisais face à des adversaires vulnérables, avec lesquels j’ai presque fait des duels. Cependant, je ne crois pas que ces mains doivent être jouées régulièrement et elles devraient être jetées la plupart du temps.

Changez la grosseur du tapis pour 20 fois la valeur de la grosse mise à l’aveugle et je vais presque toujours jouer la main. Premièrement, j’aurai rarement cette grosseur de tapis dans une partie à l’argent, alors ce sera sûrement une situation qui surviendra lors d’un tournoi. Lorsque vous avez peu de jetons dans un tournoi, vous devez prendre la chance de gagner quelques jetons afin d’avoir un peu de flexibilité. Un tirage n’est pas si difficile à jouer lorsqu’il y a 20 fois le gros blind. Vous devez soit prendre le contrôle du pot et essayez de le remporter sans combattre ou vous passez-relancez tous vos jetons. Il n’y aura pas de tour de mises sur la rivière pour deviner quand vous devez agir en premier et il y a une bonne chance que vous ne pourrez agir sur le tournant aussi. Tout ce que vous avez en face de vous avec cette grosseur du tapis est une mise et une relance.

Maintenant que j’ai discuté s’il fallait jouer une main médiocre en raison du rabais qu’il vous en coûte lorsque vous êtes dans la position de petite mise à l’aveugle, je vais maintenant vous indiquer comment gérer vos bonnes mains. La grosseur standard d’une relance dans la plupart des situations est la grosseur du pot ou un peu moins. Cependant, je crois que vous devriez relancer avant le flop d’au moins la valeur du blind. Si vous essayez d’obtenir le pot avec une main qui n’est pas assez de qualité pour une relance, cela vous donnera une meilleure chance de le faire. Si vous avez une main de qualité, cela évitera qu’un adversaire vous suive et gagne le pot en frappant de bonnes cartes sur le flop. Les relances faibles avec des as ou des rois sont assez fréquentes, mais c’est une mauvaise stratégie de poker. Si vous vous faites battre avec les cartes tirées sur le flop, vous allez perdre beaucoup de jetons lorsque vous relancerez au tour suivant, surtout si vous êtes hors position. Faites payer le gros prix à votre adversaire pour avoir essayé de vous battre avec une main plus faible.

Je recommande de miser 20 % à 25 % de plus que la grosseur du pot lorsque vous êtes dans la position d’un des deux blinds. Par exemple, si je suis le petit blind avec une structure à 50 $-100 $ et deux personnes qui égalisent, il y aura 400 $ dans le pot après que j’aie égalisé. Ainsi, si je choisis de relancer, je devrai mettre 500 $ de plus, pour un total de 600 $ en mises. Soyez certain de bien évaluer votre première égalisation si vous essayez de déterminer ce que serait la grosseur du pot de la relance.

Comme vous pouvez le constater, succomber au rabais de la moitié de la mise lorsqu’on est dans la position de petite mise à l’aveugle est une échappatoire fréquente lors d’une partie. La caractéristique d’un bon joueur de hold’em sans limites est son attitude envers la position qu’il occupe. Lorsqu’il est en position il se doit d’avoir l’agressivité du lion mais s’il est hors position, il doit alors se tenir plus tranquille.

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
L'épidémie moderne de relances au hold'em
Débutants: Êtes-vous du type tournoi ou partie à l'argent?
Quelle histoire racontez-vous?
Êtes-vous un joueur de poker du passé?
Qu'est-ce que le poker et une bouse de vache ont en commun?
HAUT DE LA PAGE