L’Art de Bluffer – 4e Partie

Publié le 12 avril 2006

Voici la 4e partie de 4 sur le bluff: Un regard vers le mystère du bluff.

Le bluff, une question de position:

Dans la plus part des cas, agir dernier – après avoir vue ce que vos adversaires font – est un grand avantage. Inversement, lorsque vous bluffer, agir en premier est grandement favorable.
Par Exemple, si votre adversaire check et que vous misez, il aura tendance à réaliser que vous prenez avantage du fait qu’il démontre de la faiblesse. Résultat, il est plus enclin à appeler votre mise ou peut-être même surenchérir s’il est du type très agressif.
Par contre, miser en première position démontre une image de puissance et de stabilité… après tout, vous misez contre quelqu’un qui à peu être une très forte main. Votre adversaire, bien sur, réalisera cela et sera plus enclin à coucher une main marginale qu’il ne l’aurait fait si vous aviez misé après son check.

Bluffer plus d’un adversaire a la fois

La possibilité de perdre un bluff augmente exponentiellement lorsque l’on additionne des joueurs. Le plus d’adversaire, le plus de chance que quelqu’un appel le bluff.
Disons que vous faites face à un seul adversaire et vous croyez que votre bluff réussira 33% (1/3) du temps. Cette probabilité est assez bonne, particulièrement lorsque l’argent dans le pot excède la probabilité d’un bluff gagnant. Supposons que le pot contient 90$ et le prix d’une mise est de 30$. Si la situation se reproduirait plusieurs fois et que vous estimez vos chances de gain à 33%, vous miseriez 30$ à deux reprises et perdrez 60$ mais vous gagneriez 90$ à la 3e fois. A long terme, c’est une opportunité valable. Mais qu’arrive t’il si vous ajoutez un 3e joueur dans cette main. Encore une fois vous figurez que vos chances d’un bluff gagnant sont de 33%. La présence du 3e joueur augmentera, bien sur, la valeur du pot. Disons que le pot contient 130$ maintenant.
Malgré le fait que le pot augmente avec la présence du 3e joueur, les chances de perdre votre bluff ont elle aussi augmenté dramatiquement. En fait, vos chances contre un seul adversaire qui était de 33% du temps (1/3) sont maintenant passées a 11,11% (1/9).
Il n’y a pas de magie ici. Nous ne fessons que multiplier des fractions. 1/3 multiplié par 1/3 égal 1/9. Même si la valeur du pot a augmenté, il n’a jamais augmenté au point de justifier un bluff.

La menace implicite

Le bluff est beaucoup plus efficace contre un petit nombre de joueur. Le moins, le mieux. Trois adversaires c’est presque trop, et même courir sur un bluff contre 2 adversaires peu s’avérer périlleux.
Il y a une exception pourtant. Assumons qu’il n’y a aucune autre carte a venir. Si vous êtes premier à parler et que vous jouer contre 2 adversaires, vous pouvez bluffer si vous croyez que le dernier joueur à agir était sur un draw et l’a manqué.
Supposons que vous jouez au Texas Hold’em et qu’il y’a 2 cartes de même couleur sur le flop. Si le 3e joueur ne fait qu’appeler le flop et le tournant, les chances qu’il soit en attente de sa couleur et qu’il aille manquer sont grandes. Si tel est le cas, il couchera très certainement sa main si vous misez sur la rivière, même s’il suspecte votre bluff. Au dévoilement, il ne pourrait probablement même pas battre votre bluff.
Par contre votre autre rival, le joueur en position intermédiaire, à beaucoup à craindre. Si vous misez, non seulement doit-il se soucier a savoir si vous avez une bonne main ou non, mais il doit aussi penser au joueur à sa gauche. Même si le joueur en position intermédiaire à une main marginale – le genre de main avec laquelle il appellerait si vous étiez l’un contre l’autre – il la couchera sûrement. Après tout, il doit penser à deux choses : Votre main est peu être plus forte que la sienne, et le 3e joueur à peut-être aussi une meilleur main. Si vous décidé de bluffer et que le joueur en position intermédiaire est un joueur expérimenté – assez pour coucher une main marginale au lieu de l’appeler- utiliser cette technique de menace implicite est un gage de victoire.
Voila donc le moment de conclure ce mini cours sur le bluff gracieuseté de Lou Krieger. Espérons que cela vous à aidez et que vous serez en mesure de gagner plusieurs bluff… Mais n’oubliez pas l’adage de Krieger vue dans la 2e Partie ; «’Le bluff c’est comme le vieux conseil de maman ; tout est bon lorsque fait avec modération”
Écrit par : Lou Krieger
Traduit par: Jean-François Autate (Sharpeï) pour Princepoker.com

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
L'épidémie moderne de relances au hold'em
Débutants: Êtes-vous du type tournoi ou partie à l'argent?
Quelle histoire racontez-vous?
Êtes-vous un joueur de poker du passé?
Qu'est-ce que le poker et une bouse de vache ont en commun?
HAUT DE LA PAGE