La Théorie du Jeu – 2e Partie

Publié le 16 octobre 2005

Dans la première partie de cette série, nous avons vu comment certaines décisions peuvent être approchées d’une façon mathématique, même si elles sont fondamentalement basées sur le jeu de personnes. Dans cet article, nous verrons comment appliquer directement cette approche dans vos décisions de poker.
La théorie du jeu est applicable quand il y a un élément d’inconnu. Si vous jouez aux échecs, le tableau entier est dévoilé devant vous. Bien que la stratégie précise de votre adversaire vous est inconnue, il n’en reste pas moins que tous les éléments nécessaires à votre prise décisionnelle vous sont dévoilés.
Le poker est plutôt un jeu d’information incomplète. Bien que vous puissiez parfois avoir un indice ou deux qui vous portent à croire que vous votre adversaire est faible ou fort, il reste toujours un élément d’incertitude. Cette marge d’erreur fait en sorte que la théorie du jeu est pratiquement toujours applicable à chacune de vos décisions.
Disons par exemple que vous relancez d’une position intermédiaire avec une paire de 8, et que votre adversaire fait tapis par-dessus vous. Le premier réflexe que vous devriez avoir est de calculer la cote du pot. Disons pour les fins d’exemple qu’elle est de 2 :1. Devriez-vous jouer la main, ou non?
La réponse se trouve évidemment dans la gamme de main possible de votre adversaire. Prenons les mains possibles de deux adversaires:
Joueur A (serré) : AA-88, AK et AQ
Joueur B (lâche) : AA-22, AK-A2, KQ-KT, QT, QJ et JT
Pour déterminer la gamme de mains possibles de votre adversaire, vous vous êtes servi de tout votre arsenal : votre habileté, votre expérience, votre talent et d’une multitude de facteurs qui varient selon votre calibre de jeu. Un meilleur joueur aura une lecture plus précise qu’un autre joueur et sera capable de prendre une meilleure décision.
Quand vous avez déterminé quelles mains sont plausibles dans cette main, la situation devient mathématique. Puisque le joueur est tapé, la question est simple : « Est-ce que mes chances de remporter la main avec 88 sont meilleures que les cotes du pot? » Une cote de 2:1 signifie une probabilité d’environ 33,3%. Autrement dit, si vous pensez avoir 33,4% de chances de remporter la main avec 88, vous faîtes un appel profitable.
La seule façon de répondre à cette question est en comparant 88 avec la gamme de main possible de chaque joueur. À la table, il n’y a tout simplement pas de temps pour faire ces calculs. Il faut avoir fait des simulations avant et avoir une idée générale des pourcentages de gagner. Avec l’aide de PokerStove, on arrive aux résultats suivants :
88 vs Joueur A : 30,4%
88 vs Joueur B : 50,4%
La conclusion est très simple, vous devriez vous coucher contre le joueur A et appeler le joueur B.
Cet exemple est assez simpliste. La plupart du temps, il faut considérer d’autres facteurs. En premier lieu, tout le monde bluffe de temps en temps. Dan Harrington, dans son excellent livre Harrington on Hold’em estime à 10% les chances qu’un joueur bluffe en moyenne. Dans ce cas, vous n’auriez qu’à gagner le pot beaucoup moins souvent que 33,3% pour rendre un call profitable.
De plus, peut-être avez-vous remarqué un tell quand le joueur a misé. Selon ce tell, et la certitude avec laquelle vous avez qu’il est fiable ou non, vous devrez ajuster ces pourcentages selon chacune des situations.
Autrement dit, votre habileté vous aide à déterminer la gamme de mains possibles de l’adversaire, ensuite, c’est juste un calcul simple.
La théorie du jeu est partout au poker et même si vous ne le saviez pas, vous l’utilisez souvent dans vos décisions. Maintenant, vous pourrez l’appliquer plus facilement. Intégrer la théorie du jeu dans votre processus décisionnel est une étape indispensable dans votre passage de joueur moyen à expert.

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
L'épidémie moderne de relances au hold'em
Débutants: Êtes-vous du type tournoi ou partie à l'argent?
Quelle histoire racontez-vous?
Êtes-vous un joueur de poker du passé?
Qu'est-ce que le poker et une bouse de vache ont en commun?
HAUT DE LA PAGE