La motivation au poker

Publié le 3 janvier 2011

Éditorial d’Olivier “latinsnake” Racine

Je tiens tout d’abord à vous souhaiter une excellente année 2011 et comme on se le dit entre joueurs de poker, du run good aux tables!

LA MOTIVATION AU POKER

Si le poker est si populaire comme discipline, c’est en grande partie dû au fait que tous les joueurs peuvent rêver aux grands honneurs. Par contre, un élément fondamental distingue les joueurs qui y parviendront de ceux qui continueront d’y rêver sans y arriver et c’est le niveau de motivation qui les anime. Il existe plusieurs sources par lesquelles nous puisons un bon degré de motivation: la curiosité, l’atteinte des objectifs, l’admiration et la motivation fondamentale. Dans sa quête de succès, le joueur bien motivé arrive à se concentrer plus aisément dans son cheminement et dispose d’un esprit plus ouvert aux formes d’apprentissage. Ce que vous devez retenir, c’est qu’au poker, un bon niveau de motivation est au coeur d’un apprentissage réussi et que la motivation est votre arme secrète pour gravir les échelons.

La curiosité

Nombreux sont les joueurs qui attrapent la piqûre dès leur première partie. Cet intérêt prend souvent la forme de curiosité. Une curiosité qui les pousse à apprendre des techniques et à forger des stratégies leur permettant de défier leurs adversaires et de pouvoir les surpasser.
Au départ, c’est simplement tenter de devenir meilleur que nos amis.

Souvent, on commence à jouer en organisant une petite partie entre chums, par pur plaisir et curiosité. Cette dernière deviendra peu à peu un élément motivateur essentiel qui poussera les intéressés à y accorder plus de temps et de réflexion dans le perfectionnement de leur jeu. Graduellement, en essayant d’assouvir cette curiosité, cette première joute se transforme en une rencontre mensuelle, bimensuelle, hebdomadaire, etc..

Dans l’évolution d’un joueur de poker, j’appelle cette étape l’appel du poker. Le joueur cherche des moyens afin de jouer plus souvent dans le but de tester ses idées et de développer ses stratagèmes. Je me souviens de mes débuts, il y a environ 7 ans, alors que j’organisais une partie hebdomadaire avec mes amis et que je mettais plusieurs heures par semaine à faire des petits tournois gratuits sur Internet. J’avais toujours hâte à la prochaine partie et le poker devenait progressivement une obsession: je voulais y jouer le plus souvent possible, désirant m’améliorer et peut-être en tirer quelques profits à long terme, mais surtout d’être meilleur que mes amis. Je me concentrais simplement sur mes décisions, sans trop de connaissances, en mode essais-erreurs, dans le but de dénicher des stratégies efficaces. J’étais curieux et intéressé à m’améliorer.

Cette curiosité déclenche évidemment une forte motivation à apprendre. Il est avantageux pour le nouveau joueur d’en profiter au maximum, car durant cette période, la motivation du joueur est à son summum. Une motivation plus naturelle que durant tous les autres stades de son apprentissage. Curieux, notre esprit est attentif et ouvert à mieux comprendre le jeu. Malheureusement, cette dose de motivation ressentie lors de nos débuts tend généralement à  s’estomper. C’est un effet tout à fait naturel puisque cette curiosité est principalement déclenchée par un vif intérêt envers quelque chose qui nous est encore inconnu, mais avec lequel on deviendra plus familier au fil du temps. Certains joueurs perdront l’intérêt initial et se contenteront de jouer par pur plaisir. Pour ceux qui demeureront de fervents intéressés, il leur sera nécessaire de trouver d’autres sources de motivation pour maintenir une bonne croissance dans leur évolution.

Motivation par objectifs

Les objectifs, qu’ils soient vagues ou concrets, poussent le joueur à se défier lui-même. Ils sont précieux afin de pouvoir nous aider à nous situer dans la satisfaction de nos ambitions.

Un petit bémol mérite d’être souligné: les objectifs mesurables et quantifiables peuvent être dangereux pour un joueur de poker. Pourquoi? Car ils peuvent influencer vos prises de décisions aux tables. Je vous déconseille de vous fixer des objectifs de gains ou de mains jouées dans un laps de temps prédéfini. Par exemple, si vous vous fixez un objectif mensuel de gains et que la variance vous a joué des tours au début du mois, vos prises de décisions pourraient manquer d’objectivité à la fin du mois, si vous vous situez loin du résultat espéré. Aussi, disons que vous vouliez jouer 25 000 mains dans le mois et qu’avec 5 jours à faire, il vous en reste encore la moitié, votre concentration ne sera pas uniquement sur les jeux que vous devez faire. Vous penserez au nombre de mains restantes pour atteindre votre objectif et ceci pourrait vous jouer de vilains tours. Un joueur de poker n’a nul besoin de se mettre de la pression additionnelle, il en vit déjà suffisamment.

De mon côté, chaque mois, un objectif revient: prendre les meilleures décisions à chaque main jouée. Ce pourrait être tout autre chose: apprendre une nouvelle stratégie par semaine, mieux gérer ses émotions, éviter le tilt, faire preuve de discipline, etc. Chaque joueur profite de la liberté de définir ses propres objectifs qui agiront à titre de motivateurs.

Motivation par admiration

Une autre source de motivation qui pousse le joueur à devenir meilleur se retrouve dans son désir d’imitation, dans son admiration d’un autre joueur, supérieur à lui. Souvent, ce modèle sera un mentor ou un coach. D’autres fois, il sera simplement une idole (les vedettes du poker qui jouent à la télévision incarnent souvent ce rôle). Bref, être aussi bon, voire supérieur à l’autre joueur devient alors une grande source de motivation. Lorsqu’on a identifié cette personne, on est suspendu à ses lèvres et on enregistre le plus d’information possible par admiration et par respect. Si vous avez la chance de côtoyer des joueurs meilleurs que vous, vous devriez avoir le réflexe d’en profiter. Posez-leur des questions, étudiez leur façon de jouer, comparez-vous à eux.

Cet aspect m’est personnellement une grande source de motivation. J’ai un mentor, même s’il ne le sait pas. Je profite constamment de son expertise pour améliorer mes prises de décision aux tables. Je lui lève mon chapeau, car je ne connais pas de joueur aussi astucieux que lui. C’est Gabriel H. Morin (aka GabyGaby), à qui je dis merci. Sans qu’il le veuille, il me motive grandement à m’améliorer. Ce qui compte pour moi, c’est de comprendre ce que Gabriel fait, de penser aussi loin que lui et d’être réceptif à tout ce qui peut sortir de sa bouche. J’ai d’ailleurs fait beaucoup de progrès d’apprentissages stimulés par ma seule ambition de devenir un jour, aussi bon, voire meilleur, que lui.

Motivation fondamentale de s’améliorer

Au-delà de ces sources de motivation, certains joueurs découvriront en eux une motivation fondamentale de tout simplement vouloir apprendre et s’améliorer, dans l’unique but d’être meilleur, de dominer. C’est cette motivation intérieure qui distingue les joueurs qui réussiront à percer dans le monde du poker. Il est primordial de toujours vouloir s’améliorer sachant que le poker est un jeu en perpétuelle évolution et une discipline impossible à maîtriser à la perfection. On parle ici de développement personnel et de persévérance (une des qualités essentielles pour devenir un bon joueur tel que discuté dans mon dernier article). Le joueur fondamentalement motivé sera prêt à passer plus de temps à étudier ses adversaires, à analyser ses mains jouées et à identifier plusieurs sources d’information qui pourraient favoriser son développement. Il ne se contentera pas de seulement jouer. Il évoluera donc rapidement.

Ce qui est bien avec l’apprentissage au poker, c’est que rien ne nous est imposé. On peut y aller à notre propre rythme et apprendre de la façon qu’on préfère. Avec le temps, on découvrira et réalisera les possibilités infinies d’apprentissages ainsi que notre propre potentiel de croissance. C’est là que les grands rêves deviennent tangibles.

La vocation

Le plus haut niveau de motivation n’est atteint que par une infime partie de joueurs. Ce sont les joueurs qui considèrent le poker comme une vocation. Habituellement, ces rares individus sont des joueurs largement gagnants qui ne se posent pas de question: ils prévoient jouer au poker pendant toute leur vie et trouveront sans cesse des moyens de s’améliorer en étant innovateurs et créatifs. Le poker est le centre de leur vie.

Soyez sans crainte, ce n’est pas nécessaire de voir le poker telle une vocation pour bien réussir. Ce n’est pas le cas pour moi et j’arrive tout de même à bien m’en sortir!

Afin d’assurer une croissance constante à votre évolution en tant que joueur de poker, il est essentiel que vous soyez en mesure de garder un haut niveau de motivation. Rappelez-vous simplement qu’au centre de la motivation au poker, l’élément-clé est l’apprentissage et que vos apprentissages dépendent uniquement de vous. Vous deviendrez un expert seulement si vous y mettez les efforts.

Avez-vous des trucs pour retrouver votre motivation lorsque vous êtes découragés, impatients ou ennuyés par le poker? Laissez-moi savoir en laissant un commentaire, en m’écrivant au latinsnake99@gmail.com ou en venant discuter sur ce sujet précis du forum de discussion PrincePoker.com

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
L'épidémie moderne de relances au hold'em
Débutants: Êtes-vous du type tournoi ou partie à l'argent?
Quelle histoire racontez-vous?
Êtes-vous un joueur de poker du passé?
Qu'est-ce que le poker et une bouse de vache ont en commun?
HAUT DE LA PAGE