Cours de Texas Hold’em – 1ère Partie

Publié le 27 mai 2001

Cette série cible les joueurs de Hold’em débutant. Le but est d’introduire de nouveaux joueurs à ce jeu excitant et leurs donner une assez bonne formation pour les rendre confortables à jouer du poker de casino.
Le Texas Hold’em est parmi les variantes les plus populaires jouées dans les salles de poker de casinos. Bien que jouer d’une façon experte demande une grande habileté, le Hold’em s’apprend facilement et donne l’illusion d’être simple. C’est un jeu subtil et complexe, joué typiquement avec neuf ou 10 joueurs par table, et est plus rapide, et plus rempli d’action que le stud. Le Texas Hold’em est également la variante de poker croissant le plus rapidement dans le monde, et c’est cette variante qui est utilisée pour déterminer le champion du monde à la Coupe du Monde de Poker.
Dans cette série, je vais vous présenter un bref cours de Texas Hold’em destiné aux joueurs débutants. Vous ne serez pas un expert à la conclusion de cette série, mais vous aurez assez d’information pour vous permettre de tenir votre bout dans la plupart des parties de basses limites.
SI VOUS N’AVEZ JAMAIS JOUÉ AU HOLD’EM
Bien que le Hold’em puisse ressembler au stud à sept cartes, c’est un jeu bien différent. Parce que les joueurs de Hold’em forment la meilleure main de poker en combinant des cartes communes au centre de la table avec deux cartes cachées qui sont seulement à eux, c’est plus difficile pour un adversaire de tirer que dans un jeu comme le stud à sept cartes. Par exemple, si l’on vous donne une paire de valet et que votre adversaire détient une paire de neuf, la présence d’une paire de cinq parmi les cartes communes vous donne chacun deux paires. À moins que l’un des cinq ait permis à un autre joueur de compléter une suite, le seul joueur aidé par cette paire de cinq serait un joueur assez chanceux d’avoir un autre cinq dans sa main.
LES MISES DE BLINDS
Avant que les cartes soient données, les deux premiers joueurs à la gauche de la position du donneur doivent poster les mises de blind, qui sont utilisées au lieu d’ante pour inciter de l’action. Dans une partie de Hold’em 10$-20$, les blinds sont généralement de 5$ et 10$. Chaque blind est considéré actif. Parce que les blinds représentent une mise forcée, chacun des blinds peuvent relancer (mais seulement à la première tournée) quand l’enchère a fait le tour de la table et c’est à leur tour d’agir.
Contrairement au stud, où la position est déterminée par les cartes visibles, le joueur ayant le bouton agit le dernier à chacune des tournées de mise, à l’exception de la première.
LA DONNE ET LA STRUCTURE DE MISE
Deux cartes sont données face vers le bas à chaque joueur et il y a une tournée d’enchère. Dans la première tournée, les joueurs peuvent soit égaliser ou relancer la mise du blind, ou bien coucher leurs mains. La plupart des casinos permettent une mise et trois ou quatre relances par tournée d’enchère, avec une exception. Lorsque seulement deux joueurs contestent le pot, il n’y a pas de limite sur le nombre de relances permises. Quand la première tournée d’enchère est complétée, trois cartes communes,- appelées le flop – sont tournées face vers le haut au centre de la table. Il suit alors une autre tournée d’enchère. Pendant cette tournée et à chaque tournée successive, les joueurs peuvent passer (checker) ou miser si personne n’a misé quand c’est à leur tour d’agir. S’il y a une mise, par contre, les joueurs ne peuvent plus passer. Une fois confrontés à une mise, les joueurs peuvent se coucher, égaliser, relancer ou re-relancer.
UNE QUATRIÈME CARTE COMMUNE
Appelée le tournant, est ensuite retournée. Il y a une autre tournée d’enchère. Ensuite, la cinquième et dernière carte commune – connue sous le nom de rivière – est placée au centre de la table, suivi de la dernière tournée d’enchère. La meilleure main de cinq cartes utilisant n’importe quelle combinaison des deux cartes privées d’un joueur et des cinq cartes communes est la main gagnante.
C’est tout ce qu’il y a sur le déroulement du jeu. Cependant, parmi cette simplicité se trouve une élégance et un raffinement qui fait du Texas Hold’em la variante de poker la plus populaire dans le monde.
SAVOIR QUAND LES GARDER ET QUAND LES COUCHER
Bien que le Hold’em est excitant, exaltant, et agréable, vous devriez en savoir un peu avant de plonger et sortir votre argent même si c’est la partie avec la limite la plus basse de la maison. Voici quelques renseignements que j’aurais aimé connaître quand j’ai fait la transition du stud à sept cartes au Texas Hold’em.
LE HOLD’EM RESSEMBLE AU STUD, MAIS SE JOUE DIFFÉREMMENT
Avec un total de sept cartes, et certaines tournées face vers le haut et d’autres vers le bas, le Hold’em ressemble au stud à sept cartes. Mais cette similarité futile n’est qu’une analogie du genre « ça goûte comme du poulet ». Une différence majeure est que 71 pourcent de votre main est défini sur le flop. Ce qui en résulte est que vos meilleures valeurs au Hold’em sont établies tôt; vous pourrez voir 71 pourcent de votre main pour une seule tournée d’enchère. Rester pour le tournant ou la rivière demande que vous ayez une main solide, un tirage à une main potentiellement gagnante, ou bien une bonne raison de croire que miser sur une tournée future pourrait faire coucher votre adversaire. Parce qu’il n’y a que deux cartes additionnelles données après le flop, et parce que les cinq cartes communes jouent dans les mains de chacun, il y a moins de tirage au Hold’em qu’au stud.
LES DEUX PREMIÈRES CARTES SONT CRITIQUES
Vous entendrez souvent certains joueurs dire que n’importe quelles deux cartes peuvent gagner. Bien que c’est vrai à la base, il reste que ça ne mène pas très loin. La vérité est ceci : bien que n’importe quelles deux cartes peuvent gagner, elles ne gagneront pas assez souvent pour justifier de les jouer. Comme dans toutes les formes de poker, vous devez avoir des standards de départ. Les joueurs n’ayant pas de standards ont le pire trop souvent.
POSITION, POSITION, POSITION
Il existe un vieux dicton dans le domaine de l’immobilier qui dit que les trois caractéristiques d’une propriété sont « l’emplacement, l’emplacement et l’emplacement ». Au Hold’em, c’est la position, la position et la position. C’est tellement important que certaines mains qui ne peuvent être jouées profitablement à partir de positions hâtives, sont des mains avec lesquelles vous voudrez peut-être relancer quand vous êtes dernier à parler. Dans une partie typique à neuf joueurs, la position hâtive inclue les blinds et les deux joueurs à leur gauche. Les cinquième, sixième et septième joueurs à parler sont dans les positions intermédiaires, et les huitième et neuvième joueurs sont en position tardive.
LE FLOP DEVRAIT COMPLÉTER VOTRE MAIN
Peu importe comment belles vos deux premières cartes peuvent sembler être, un flop défavorable peut les rendre sans valeur. Un concept clé est que le flop doit compléter votre main. Si le flop ne solidifie pas votre main ou n’offre pas un tirage à une main très forte, vous devriez probablement la laisser aller. Supposons que vous avez appelé sur la première tournée d’enchère avec AdJd et le flop est Qd 5d 3s. Vous n’avez pas une main forte en ce moment. Par contre, ce que vous avez est un potentiel extrêmement grand. Si un autre carreau tombe sur le tournant ou la rivière, vous faîtes une couleur, pas n’importe quelle couleur, ne vous en déplaise, mais la meilleure couleur possible, puisque votre as empêche quiconque d’en faire une plus élevée. Même si vous ne faîtes pas une couleur, mais attrapez un valet ou un as à la place, cela pourrait être suffisant pour gagner le pot.
AU-DELÀ DU FLOP
Comme règle générale, vous ne devriez pas continuer au-delà du flop sans une bonne paire et une bonne carte de côté ou acolyte, ou un tirage à la suite ou à la couleur avec au moins deux adversaires pour faire en sorte que le pot est assez gros pour en valoir la peine.
LA TEXTURE DE LA PARTIE
La relative agressivité ou passivité exprimée par les joueurs est également important pour déterminer d’en appeler des mises ou relances. Un sens pour la texture de la partie et comment cela devrait influencer votre jeu peut-être obtenu seulement avec expérience. Dans l’absence de cette expérience, soyez prudent. Ça coûte moins cher. Pour avoir du succès au Hold’em, vous devez être patient, faire attention à la position et vous consoler dans le fait que les bonnes mains sont moins souvent tirées que les meilleures mains au stud à sept cartes.
Lou Krieger est l’auteur d’une rubrique de stratégie de poker pour le magazine Card Player. Vous pouvez visiter son site internet à www.loukrieger.com.

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
L'épidémie moderne de relances au hold'em
Débutants: Êtes-vous du type tournoi ou partie à l'argent?
Quelle histoire racontez-vous?
Êtes-vous un joueur de poker du passé?
Qu'est-ce que le poker et une bouse de vache ont en commun?
HAUT DE LA PAGE