Concepts Généraux

Publié le 17 décembre 2001

Quelle que soit la variante de poker jouée, certains principes sont cruciaux pour tout joueur sérieux qui désire avoir du succès. Voici les principaux :

-AGRESSIVITÉ ET PROFIT-

Les deux (2) concepts sont énormément inter-reliés. En fait, un joueur ne peut pas avoir du succès sans être agressif. Il faut maximiser toutes les situations ayant une espérance positive pour faire un profit à long terme. C’est la base de toute forme de gambling. La grande majorité des joueurs ne « poussent » pas assez leurs bonnes mains et cela a des répercussions immédiates sur leurs profits. Miser et relancer devraient être les deux (2) seuls mots dans votre vocabulaire lorsque vous jouez une main. Quoiqu’il soit vrai qu’il y a des situations où passer et égaliser est la meilleure stratégie (comme par exemple contre un joueur qui bluffe trop souvent), il reste que la plupart du temps, une approche agressive est optimale.

-LA POSITION-

Détenir une bonne position sur son adversaire est un des concepts les plus important de toute forme de poker. Avoir position sur un autre joueur, c’est parler après lui. Parler après que l’adversaire a agit est un grand avantage, puisque l’on détient une information supplémentaire sur la qualité de sa main que l’on n’a pas lorsqu’on est premier à parler. Si un adversaire mise ou passe, il nous envoie un signal sur la valeur de sa main. Généralement, si un adversaire passe, il n’a pas une main de grande qualité. Bien sûr, certains joueurs passent avec l’intention de relancer (embuscade) mais dans la plupart des cas, un check signifie une main de plus faible valeur. Dans le même ordre d’idée, certains joueurs misent seulement des mains très fortes. Il donc avantageux de savoir comment ces joueurs vont agir avant d’investir un montant dans le pot. Il y a un dicton qui dit que l’argent circule dans le sens des aiguilles d’une montre sur une table de poker, c’est-à-dire vers les joueurs qui parlent derniers. C’est pourquoi il faut être très sélectif quand on est dans les positions hâtives puisqu’on a pas d’information sur ce que détiennent nos adversaires. De la même façon, on peut relâcher ses standards dans une position tardive puisqu’on a l’avantage de savoir comment les autres joueurs ont agit.

-LES TYPES DE JOUEURS-

Le poker est un jeu de personne, un jeu psychologique. Chacun de nos adversaires est différent et la façon de jouer un main profitablement dépend beaucoup de qui est devant nous. La manière classique de catégoriser les adversaires est de les placer selon deux (2) grandes familles : lâche ou serré et passif ou agressif. Le premier qualificatif indique le nombre de mains jouées en moyenne par le joueur. On dira d’un joueur qui joue trop de mains qu’il est lâche. D’un autre côté, un joueur jouant moins de mains, ou simplement jouant des mains d’une meilleure qualité, est appelé serré. Le second qualificatif dépend de l’agressivité du joueur. Un joueur qui mise, relance et prend contrôle de la main est agressif. Son opposé est un joueur qui ne profite pas assez de ses bonnes mains, il est trop passif. L’idéal est le joueur serré-agressif. C’est un tueur, il ne joue pas beaucoup de mains mais quand il en joue une, il y met le paquet. Il est éduqué et il sait que son jeu a une espérance positive et que donc, à long terme, il y fait un profit. La grande majorité des professionnels et des grands joueurs du monde sont de cette catégorie. Dès qu’un joueur est qualifié de lâche, peu importe son agressivité, il aura beaucoup de mal à faire un profit. La raison est que même s’il est assez agressif et qu’il pousse ses bonnes mains, il perd trop en jouant des mains qui ne sont pas profitables à long terme. Il va de soit qu’un joueur qui est lâche-passif perd trop lui aussi, en plus de ne pas profiter de ses mains de bonne qualité. Les joueurs serré-passif peuvent être gagnants mais devant un adversaire qui l’étudie, il est trop prévisible, puisqu’il ne mise que ses mains exceptionnelles. On surnomme souvent ces joueurs des « roches ». Un roche, qui ne mise tellement pas souvent que quand elle le fait, un signal d’alarme géant se fait entendre, et faîtes vraiment attention parce qu’ils ont généralement la meilleure main.

-LES LIMITES-

La qualité de nos adversaires varie beaucoup en fonction de la limite jouée. Le jeu aux limites basses (en bas de 10-20$) est plutôt simple, direct et sans trop de complexité. Les joueurs sont généralement des joueurs récréatifs qui joue pour avoir du bon temps. Un jeu serré-agressif devrait être suffisant pour faire un profit. À ces limites, on ne profite pas de nos bons jeux, mais plutôt des erreurs de nos adversaires. Il y a généralement 2-3 joueurs d’un bon calibre à ces tables. Les autres joueurs sont souvent bien trop lâches. Plus on monte dans les limites, plus le calibre augmente et plus le nombre de joueurs de qualité sont présents. C’est normal, si vous étiez capable de battre la partie de 100-200, pourquoi voudriez-vous jouer du 2-4$ ? Les joueurs professionnels jouent dans les parties de 15-30$ et plus élevées dépendant de leurs calibres et de leurs fonds. Il est donc important à ces limites de tenter de déjouer ses adversaires, il faut varier son jeu, déguiser sa main puisque les autres joueurs nous étudient. Aux limites basses, la plupart des joueurs ne portent pas attention à ce que vous faites, il est donc inutile d’essayer de les déjouer puisque le simple fait de miser ou relancer est souvent la stratégie optimale.

-UNE BONNE SÉLECTION DES PARTIES-

C’est le concept le plus important du poker. Sans une bonne sélection de table, il est très difficile de faire un profit. Même si vous êtes le 10e meilleur joueur au monde, si vous êtes assis avec les neuf autres meilleurs, c’est vous qui perdrez. Il est primordial de jouer contre des joueurs qui sont d’un moins bon calibre que vous. Un joueur serré-passif peut réussir à faire un profit si ses adversaire sont vraiment terribles et ce, même s’il ne rentabilise pas complètement ses bonnes mains. C’est vraiment le secret du joueur gagnant. Tous les professionnels savent que s’ils veulent payer le loyer, ils se doivent de choisir des parties avec au moins un ou deux joueurs plus faibles. La grande majorité des parties en bas de 30-60, et plus spécialement aux basses limites, sont pleines de ces joueurs qui ne veulent que vous donner leur argent. Un joueur solide saura les reconnaître et s’ajustera pour bien en tirer profit.

-ÉTUDIEZ VOS ADVERSAIRES-

Je vous ai dit que le poker était un jeu de personnes. Chaque joueur joue différemment. Bien qu’il soit important de placer chaque adversaire dans une des quatre catégories de joueurs, il faut également porter attention à bien d’autres éléments. Est-ce que tel joueur mise avec la meilleure paire sur le flop ? Est-ce qu’il relance toujours avec des bonnes mains ? Est-ce qu’il check-relance ? Est-ce qu’il bluffe souvent ? En vous gardant à une stratégie de serré-agressif, vous ne jouerez pas beaucoup de mains. Le meilleur temps pour étudier vos adversaires est justement lorsque vous n’êtes pas impliqué dans la main. Vous n’avez pas d’attachement émotionnel, vous pouvez donc bien décortiquer le jeu des autres joueurs. Vous voyez donc comment le poker peut être complexe et difficile à maîtriser. Ces derniers concepts sont important pour toutes les formes de poker. Tout joueur sérieux devrait bien les connaître et bien les appliquer.

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
L'épidémie moderne de relances au hold'em
Débutants: Êtes-vous du type tournoi ou partie à l'argent?
Quelle histoire racontez-vous?
Êtes-vous un joueur de poker du passé?
Qu'est-ce que le poker et une bouse de vache ont en commun?
HAUT DE LA PAGE