Comment lire une main – partie 1

Publié le 13 août 2009

À l’origine, tout nouveau joueur de cartes regarde son jeu et décide de sa «’stratégie” selon ses cartes. À moins d’avoir une expérience d’autres jeux de cartes ou même d’autres jeux de stratégie, le nouveau joueur de poker aura le même réflexe à ses débuts. Au Hold’em, il recevra un As et une Roi et croira qu’il est invincible. Souvent, il ignorera les signaux d’alerte de ses adversaires. Nous avons tous cru pendant un certain temps qu’une paire d’As ne se jetait pas et ce, même avec deux As rouges et un board composé d’un 8-9 et 10 de Pique, avec des relances et des sur relances!

Avec le temps, le débutant devient soit pauvre, et il abandonne, ou meilleur et intrigué, et il amorce son apprentissage. Jean-Guy Roy, dans son excellent article sur les divers niveaux de pensée explique mieux que quiconque le processus. ( voir  Pokerstove. Sinon, voyons un peu ce que signifie chaque catégorie de %.

Un joueur ultra serré, une roche, jouera moins de 11% des mains où il doit payer. En gros, on parle donc de quelqu’un qui joue toutes les paires, sauf 6-6 et moins, jouera aussi tous les AK à A10, de la même suite ou non, ainsi que A9s KQs, KJs, K10s, KQoff, AJoff et A10off. Évidemment, toutes les roches ne sont pas identiques, mais presque, alors ce résumé se veut passablement précis pour un tel genre de joueur.  La seule véritable exception, et vous la reconnaitrez facilement se retrouve habituellement chez les roches qui jouent avec un mini stack, du montant minimal, et qui vont généralement pousser n’importe quel As avec un acolyte (kicker) décent ou n’importe quelle paire, 77 et plus. Ils ne représentent pas vraiment une grande menace, et devraient être joués de manière très ABC.

Un joueur serré jouera quant à lui 15 à 20% des mains pour lesquelles il doit payer. Il jouera donc  toutes  les mains ci-haut, plus A8s, A7s, K9s, QJs, Q10s, J10s, K10offQJoff, Q10s. À 20%, il ajoutera habituellement A9off, 66, 55, K9s, Q9s, J9s, 10-9s, A8s, A7s, A6s Évidemment, beaucoup de ces joueurs préféreront jouer plus de paires et moins de combinaisons avec des 9, mais ça vous donne tout de même un bon aperçu. À vous de corriger selon vos adversaires.

Un joueur aux alentours de 25 à 30% ajoutera quant à lui beaucoup de mains marginales. Le mauvais joueur ajoutera beaucoup de mains contenant un K ou une Q, allant jusqu’à K6s ou K7off. Le bon joueur ajoutera quant à lui des mains qui peuvent lui rapporter gros. Il ajoutera donc  des mains tel 9-7s, 10-8s, 9-10off. Il ajoute donc des mains qui lui donnent une chance de frapper un monstre et d’en profiter.

Un joueur maniaque quant à lui, jouera plus de 40% des mains, certains allant jusqu’à 80-85% des mains.  Arrêtons nous à 40%, la balance étant ensuite facilement imaginable. Le joueur qui joue 40% des mains pour lesquelles il doit payer jouera bien sur toutes les mains ci haut mentionnées, tous ses As et K, indépendamment de son kicker, presque toutes les cartes de la même suite ou connectées, tel  J7s et 8-7off.

Fort de ces informations, vous pouvez enfin commencer à «’lire” vos adversaires. La balance dépend de votre détermination à y arriver. Le processus est simple et vous pourrez graduellement améliorer votre lecture et vous approcher d’un Piquette, qui est à ce jour le meilleur lecteur que j’aie connu. Une telle science par contre demande du temps d’analyse et se fait bien mal en jouant 12 tables avec MSN et Facebook sur l’autre écran et un film à la télé! Par contre sur un nombre limité de tables, comme 4 ou moins, l’analyse se fait bien. À ce stade d’apprentissage, il vaut la peine de prendre un peu de temps pour se consacrer à l’étude.

Discutez de cet article dans notre forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
L'épidémie moderne de relances au hold'em
Débutants: Êtes-vous du type tournoi ou partie à l'argent?
Quelle histoire racontez-vous?
Êtes-vous un joueur de poker du passé?
Qu'est-ce que le poker et une bouse de vache ont en commun?
HAUT DE LA PAGE