Ces inepties entendues à la table de poker

Publié le 28 juin 2010

Nous avons tous déjà vu ce scénario:  un joueur relance,  plusieurs se couchent et un autre suit.  Le flop tombe 9-5-5 et comme s’il venait d’apprendre qu’il était atteint d’un cancer incurable, l’un des  joueurs présent se tient la tête à deux mains, soupirant afin que tous apprennent la terrible nouvelle.  Le pauvre, – que dis-je- le martyr avait un 5 en main, puis le destin se joue de lui.. encore!  Quelle situation improbable!  Quel sort misérable!

NON.   La situation n’a rien d’exceptionnel, puis le seul acte misérable est cette attitude rechigneuse inutile.  Comprenez bien ceci:  une fois que votre décision de coucher votre main est prise, le reste de la main est absolument futile.  La décision avant le flop a été prise avec les critères existants avant le flop.  Quelle aspiration le joueur se lamentant désire-t-il accomplir?  Est-ce un simple manque d’attention?  Se passe-t-il plutôt un message à lui même?  Ce dernier serait alors:  “Ahhhh j’aurais touché si fort, j’aurais pu faire fortune!  Vaut mieux que je joue n’importes quelles cartes, après tout, on ne sait pas ce qui en retournera après  le flop!”.

Lorsque votre main est couchée, elle n’existe plus.  S’attarder aux résultats qu’elle aurait engendrés est contre-productif.  Au contraire, un cadeau du ciel serait d’être en mesure d’oublier votre main au moment exact où elle quitte vos mains.  Concentrez-vous sur ce qui est important, soit l’action qui se déroule maintenant, puis l’analyse des mains potentielles de vos adversaires toujours actifs.

D’autres inepties souvent entendues vont comme suit:

Il n’y a pas de mauvaises cartes, juste des mauvais flops:  Non, il y a des bonnes mains qui offrent un potentiel de flop très positif, tout comme des mauvaises qui ne sauront que  très rarement s’avérer les meilleures après le flop. ” Il y a des mauvaises cartes qui frappent des flop extraordinaires” serait plus juste.  Cela demeure un fait rare.  Pourquoi un joueur voudrait-il jouer à contre-courant du potentiel de ses mains de départ?   Il s’agit d’une ineptie tentant de justifier un jeu beaucoup trop loose du joueur impatient.

Je veux être assis ici ou là, c’est mon siège chanceux!: Si vous entretenez de telles superstitions, il est fort probable que votre esprit soit mal conditionné à bien comprendre des principes fondamentaux du poker comme ceux de la variance  et du long terme.  La main actuelle n’est pas influencée physiquement par la précédente et n’influencera pas la prochaine.  Tout est aléatoire.  Votre siège chanceux ou malchanceux n’a rien à voir.  Par contre, entretenir ce type de croyance peut inconsciemment vous pousser à tout faire pour les valider! C’est comme le joueur qui affirme: je ne peux pas battre ce joueur-là, il a toujours la meilleure main.  Il croit tellement qu’il va perdre que son jugement s’en trouvera parfois altéré, le faisant jouer de manière à confirmer cette croyance.

Les joueurs à cette table jouent n’importe quoi, impossible de les mettre sur une main pour les battre: Pffffff.  Levez-vous et donnez-moi ce siège au plus vite s’il vous plaît!  Cette excuse est aussi commune que pitoyable.  Disons-le crument: si vous ne pouvez battre un joueur qui joue n’importe quoi, vous ne pourrez certainement pas battre de talent un joueur sélectif.  Il suffit de ne pas jouer leur jeu et de rester patient et attentif.  Ces tables sont les plus faciles à battre.

Pas le choix de suivre, je dois défendre mon blind: Ce n’est jamais plaisant de perdre l’argent obligatoirement investi sans lutter, mais c’est la froide réalité du poker que tous subissent à chaque orbite.  Jouer hors position est la meilleure manière de vous vider les poches.  Pas d’ego à la table,  seulement un esprit clair et rationnel!

Alors j’ai reçu AA sur le gros blind… STOP!  Personne n’est intéressé à votre histoire de badbeat.  Vraiment.  Personne ne veut l’entendre.  Si vous voulez conserver vos amis autour de la table, ne devenez pas cette victime autoproclamée qui se sent obligée  de crier haut et fort ses mains malchanceuses.  Tout le monde a son lot d’histoires du genre.  Gardez-les pour vous.

Quel article moralisateur rétorquerez-vous!  Après tout, que suis-je supposer de faire à la table, agir comme un robot sans émotion ni plaisir?

La meilleure manière d’être réinvité lors de la prochaine partie est au contraire de vous amuser, de rester positif et souriant même si le jeu ne tourne pas pour vous.  Félicitez vos adversaires lorsqu’ils vous battent, ne leur enseignez pas.  Racontez des anecdotes originales et intéressantes si vous en avez, pas encore cette fois ou vous avez perdu cet énorme pot contre ce donk.  En bref, traitez le poker comme un jeu, mais restez rationnel!  Ce combo vous assurera à la fois plaisir et argent.  N’est-ce pas l’accomplissement ultime visé par tout joueur de poker?

Discutez des inepties entendues à la table de poker sur notre forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
L'épidémie moderne de relances au hold'em
Débutants: Êtes-vous du type tournoi ou partie à l'argent?
Quelle histoire racontez-vous?
Êtes-vous un joueur de poker du passé?
Qu'est-ce que le poker et une bouse de vache ont en commun?
HAUT DE LA PAGE