Ajuster sa stratégie au milieu d’une main

Publié le 24 avril 2009

La plupart du temps lorsque vous êtes engagé dans une main de poker, vous allez réfléchir à vos décisions avant de les prendre. Par exemple, si vous suivez une relance avec K-Q, vous vous dites: “Si j’ai la top paire, je vais jouer cette main. Si j’ai un gut-shot et deux overcards, je vais jouer cette main. Si j’ai un tirage quinte bilatéral (open-ender) et deux overcards, je vais jouer cette main. Sinon, je la laisserai passer.”

Cependant, il peut se passer quelque chose qui vous fera changer votre stratégie au milieu d’une main. Votre adversaire peut effectuer une mise qui vous donne des informations à utiliser à votre avantage. Il peut également miser sur la river ce qui ressemble à une value bet et vous poussera à coucher une main que vous souhaitiez jouer.

Il est toujours bon de jouer une main avec un plan, mais il est essentiel d’être prêt à modifier votre plan si la situation l’exige. Á chaque main, vous devez réagir en fonction de vos cartes et des cartes communes, mais il est également très important de prendre en considération votre adversaire et ses tendances.

Voici une main que j’ai jouée récemment à l’EPT German Open 2009 de Dortmund, où j’ai terminé à la quatrième place. Il était tard lors du deuxième jour, et mon tapis n’était pas au mieux. J’avais bien eu quelques mains décentes, mais je n’avais pas encore effectué de bluffs sérieux. Nous étions huit, le joueur en deuxième position relança de 8,500 avec des blinds à 2,000/4,000 et antes à 500. Tout le monde se coucha autour de moi, en position de petite Blind avec pocket 5s. J’avais environ 70,000 jetons, et je savais que je n’allais pas coucher un pocket paire dans cette situation.

J’ai décidé de suivre au lieu de relancer, en pensant que la Big Blind rentrerait également dans le pot, et c’est ce qu’il se passa. Le flop donna A-8-3. Je cherchais à toucher un set, ou quelque chose comme 2-3-4 ou 3-4-6, et ce flop n’était pas le meilleur pour ma main, j’ai donc checké comme la Big Blind. Le relanceur initial effectua une nouvelle relance à 12,000 dans un pot à 29,500. Cela m’apparut comme une faiblesse.

D’après cette mise, j’étais quasiment sûr qu’il n’avait pas d’As, et n’avait probablement aucune paire non plus. Il me semblait qu’il avait une main comme K-J, ou quelque chose comme ça. Donc, lorsqu’il a misé 12,000, j’ai considéré plusieurs facteurs – ma lecture de son jeu, mon image tight, et la taille de mon tapis. J’ai décidé de relancer de 21,000 supplémentaires. Je voulais lui faire croire que j’avais un As et que je m’étais engagé dans le pot (alors qu’en réalité, j’aurais couché une sur-relance, me laissant avec près de 30,000 jetons).

La Big Blind se coucha, et après un long temps de réflexion, le relanceur initial se coucha également. Il m’a tout simplement donné un certain crédit en pensant que je ne me coucherai pas sur une relance supplémentaire.

Ce fut une situation où je n’aurais certainement pas engagé beaucoup de jetons sans un flop favorable. Mais j’ai ajusté mes décisions en fonction de mon adversaire. Soyez toujours prêt à ajuster votre plan, et vous gagnerez des jetons à la place d’un d’autre.

Profitez d’un bonus exceptionnel de premier dépôt de 100% jusqu’à 600$ sur Full Tilt Poker.  Il suffit de suivre le lien précédent et d’indiquer le code bonus PRINCEPOKER

Discutez de cet article dans notre forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
L'épidémie moderne de relances au hold'em
Débutants: Êtes-vous du type tournoi ou partie à l'argent?
Quelle histoire racontez-vous?
Êtes-vous un joueur de poker du passé?
Qu'est-ce que le poker et une bouse de vache ont en commun?
HAUT DE LA PAGE