Les pros FTP seront-ils du NAPT?

Publié le 19 février 2010

Andrew Feldman, éditorialiste chez ESPN, fut le premier à mentionner cette possibilité.  Depuis, de fortes rumeurs laissent entendre que Full Tilt Poker pourrait empêcher ses pros de participer au NAPT, cette nouvelle série de tournois commanditée par PokerStars.

Depuis que l’industrie du poker est en expansion, il existe une collaboration implicite de presque tous ses acteurs.  Si c’est bon pour le poker, c’est le plus important.  Cette mentalité s’est non seulement prouvée efficace, elle a également uni la communauté de joueurs, peu importe les intérêts particuliers qui peuvent s’opposer dans le large schéma.

Cette ère serait-elle maintenant terminée ?  Alors que les salles majeures en ligne commanditent aujourd’hui non seulement les joueurs, mais également les circuits de championnat eux-mêmes, une scission semble se dessiner.

On constatera déjà que les « pros rouges » Full Tilt Poker ne jouent pas dans un championnat tel que le Party Poker’s Premier League.  Il semblerait maintenant que la direction du site voudrait empêcher ses pros de participer au NAPT (North American Poker Tour), le plus récent circuit de tournois présenté par PokerStars.

Cette exigence créerait un précédent mal venu.  Jusqu’à maintenant, les pros FTP pouvaient jouer tous les tournois, peu importe les liens qu’ils pouvaient détenir avec des salles compétitrices.  Rares étaient ceux manquants des rendez-vous aussi classiques que le Pokerstars Caribbean Adventure aux Bahamas et la série à Aruba (UB), pour ne nommer que ceux-là.

Une telle décision protègerait-elle vraiment Full Tilt Poker ou l’effet serait-il plutôt inverse ?  Une grande partie des pros rouges du site ont bâti et défendent leur réputation sur le circuit international.  Une brèche à même l’unité de l’équipe Full Tilt Poker serait certainement plus dommageable que la présence de leurs pros, bien identifiés au nom du site d’ailleurs, lors des tournois « compétiteurs ».

Cette philosophie, si elle s’avère vraie et appliquée, demeure surprenante dans le contexte actuel.  Après tout, pourquoi courir le risque de faire un pied de nez à l’industrie qui apporte tant de succès à Full Tilt Poker elle-même ?  Si la salle décide de pincer l’industrie qui la supporte, l’industrie pourrait bien elle-même pincer en retour.

Cet éloignement se présente au moment où l’attitude contraire semble beaucoup plus appropriée.  En effet, ce n’est plus un secret que les salles actuelles se préparent à l’arrivée d’un compétiteur de taille, soit l’entrée des produits Harrah’s sur l’univers virtuel.  Le modèle actuel aura besoin de se consolider s’il veut mener et remporter la bataille à venir.

Discutez de cet article dans notre forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
Le plus large tournoi de l’histoire du Canada, ici même au Playground Poker Club!
Duel d’égo entre William Kassouf et Stacy Matuson
Ils ne sont plus que 32 à aspirer au titre!
Six Québécois dans l’argent au tournoi principal du championnat des Bahamas!
Marc-André Ladouceur termine 3e et empoche 71 000 $
HAUT DE LA PAGE