Un différentiel de crédit de 128M$

Publié le 30 août 2011

Suite aux accusations du vendredi noir du 15 avril dernier déposées contre les géants de l’industrie du poker en ligne, nous découvrions les tactiques financières utilisées afin de desservir le marché américain (pour un résumé complet, lire ce texte).  En effet, suite au passage de l’UIGEA en 2006, les institutions financières américaines étaient dans l’obligation d’empêcher toute transaction impliquant une salle de poker en ligne.  Afin de remédier à cette contrainte, de nombreux stratagèmes furent développés afin de masquer l’identité réelle des transactions.

Ainsi se multiplièrent les processeurs de paiements, soit les intermédiaires entre le joueur et la salle, permettant qu’aucune transaction directe entre les deux parties n’ait lieu.  Si cette solution fonctionna vraisemblablement, elle n’en était pas pour le moins sans risque.  En effet, ces processeurs étaient souvent démantelés, demandant un roulement incessant de nouveaux opérateurs.  De plus, les délais entre le dépôt par le joueur lors de la demande de transaction et l’arrivée réelle des fonds dans les comptes de la salle de poker en ligne étaient ainsi accentués.  Bien que le joueur pouvait utiliser les fonds déposés instantanément, ce dernier jouait à crédit pour la réalité financière de la salle.

Lorsque de nombreux comptes opérationnels furent saisis en avril dernier, cela signifiait aussi que beaucoup d’argent crédité aux joueurs (argent qui avait déjà pu être joué et perdu) n’était en réalité pas entre les mains de la salle.  Ce différentiel avait alors été évalué à quelques dizaines de millions de dollars, puis à 60 millions selon des informations ayant coulé en juin dernier.

Or, nous apprenons maintenant que ce crédit “non collecté ” pourrait atteindre jusqu’à 128M$ chez Full Tilt Poker.  Selon les informations publiées sur le crédible site “Subject:Poker“, ce montant représenterait d’ailleurs une large portion des obligations de la part de la salle envers ses joueurs.

Ce manque à gagner serait principalement originaire des transferts de fonds électroniques (communément appelés e-checks).  Via cet outil, le joueur déposait et recevait ses fonds instantanément dans le logiciel virtuel.  Or, la prise de fonds dans le compte en banque prenait normalement quelques jours avant de s’opérer.

Ces quelques jours de  délai suffisent-ils à expliquer un déficit de 128M$?

Évidemment pas.  En fait, dans les mois précédents le vendredi noir, Full Tilt Poker expérimentait de sérieux problèmes avec ses différents processeurs de paiement.  Sans en informer les joueurs, Full Tilt Poker créditait les fonds de jeu à ces derniers, dans l’objectif de les récupérer plus tard, lorsque le système de collecte serait rétabli.  Cette opération pour le moins périlleuse aurait été mise sur place afin d’amasser la clientèle étant incapable de déposer sur PokerStars, pour les mêmes raisons liées aux processeurs de paiement.   Ainsi, pendant une période difficile à correctement estimer, les joueurs ont pu déposer et jouer sur Full Tilt Poker sans jamais voir cet argent sortir de leur compte en banque.

En bref, afin d’assurer une continuité dans son service et de maximiser la clientèle de la salle, Full Tilt Poker avançait carrément les fonds des joueurs, sans les débiter.  Avec la saisie des comptes opérationnels par le Département de Justice américain, c’est un faramineux manque à gagner de 128M$ qui aurait ainsi été généré.

Le pis de tout ça?  Il est extrêmement peu probable que la compagnie puisse retoucher le moindre dollar de cet argent.  En effet, si les comptes opérationnels gelés pouvaient potentiellement être dégelés, récupérer les fonds dans les comptes en banque des joueurs américains “en dette” face à Full Tilt Poker équivaudrait à procéder à un retrait, ce qui est à la base même des accusations lancées contre la compagnie.  Ultimement, seuls 9M$ des 128M$ sont jugés comme potentiellement récupérables.

Par ailleurs, comment les négociations avancent-elles dans ce dossier?  Très peu d’informations coulent, mais un avocat en lien avec la cause publiant sur les forums de 2+2 s’est dit encouragé des derniers développements, affirmant qu’on communiqué officiel de la part de la salle était probable cette semaine.  Il s’agit toutefois là d’un bien mince espoir à travers les nouvelles décourageantes qui s’entassent depuis quelques mois.

Discutez du crédit de 128M$ de Full Tilt Poker sur le forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
Hold'em Manager et Poker Tracker fusionnent
Le virage casino d'Amaya, bon pour les joueurs de poker?
PrivateTable.com persiste et signe en Californie
L'équipe de rêve WPT-Montréal est de retour!
Negreanu peut-il battre le NL5000 6-max en ligne?
HAUT DE LA PAGE