Loto-Québec veut se lancer dans le poker en ligne

Publié le 18 novembre 2009

Le président et chef de la direction de la société d’État, Alain Cousineau, en a fait l’annonce, mardi, à l’issue d’une allocution devant les membres de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Lors de l’allocution, M. Cousineau a souligné que le phénomène du jeu virtuel par internet ou d’autres moyens de communication mobiles comme les téléphones portatifs est en forte progression, particulièrement auprès des jeunes adultes.

Loto-Québec s’estime en mesure d’offrir du jeu responsable en ligne et de proposer une solution de rechange légale susceptible de rassurer la clientèle québécoise.

«Ce qu’on vise au départ, c’est le poker, qui est le jeu le plus populaire sur internet à l’heure actuelle, a précisé M. Cousineau. Le poker en passant n’est pas un jeu où la société a un avantage maison. Ce sont les joueurs entre eux qui s’échangent des gains et des pertes. Nous on prend une commission sur les transactions.»

«Le pari sportif à travers le monde c’est aussi la deuxième activité, je dirais, en Europe en particulier. Sauf qu’au Canada, le parti sportif sur événement est illégal. C’est évident qu’on ne proposera pas du pari sportif sur événement: on propose du pari sportif qui implique au moins trois choix, comme on le fait déjà ici», a-t-il poursuivi.

Il ajoute finalement : « Pour le moment, a-t-il dit, nous privilégions une entente de collaboration avec les cinq autres provinces qui ont déjà commencé à offrir des jeux en ligne, un partenariat qui pourrait s’inspirer de celui que nous avons déjà pour les tirages pancanadiens comme Lotto Max. Dans tous les cas, insiste monsieur Cousineau, notre proposition s’inscrira dans la continuité des activités historiques de Loto-Québec visant à canaliser l’offre de jeu et à encadrer la consommation pour minimiser les coûts sociaux. »

La société d’État a d’ailleurs déjà demandé au gouvernement du Québec d’apporter les modifications réglementaires requises pour lui permettre de se lancer dans ce marché.

La man?uvre offre par ailleurs une occasion d’affaires qui n’est pas négligeable: des études démontrent que le jeu en ligne représente un marché mondial de 25,3 milliards $ en 2009, soit une croissance de 300 pour cent depuis 2004.

Au Canada, le secteur connaît une croissance annuelle de 30 pour cent depuis 2003 et les analystes s’attendent à ce qu’il dépasse le milliard de dollars d’ici à 2012. Les revenus provenant du Québec sont évalués autour de 80 millions $ en 2009.

Pendant ce temps, les revenus et bénéfices générés par les produits traditionnels de Loto-Québec, soit les casinos, les appareils de loterie vidéo et les loteries, ont plafonné depuis quelques années.

En entrevue à LCN, Alain Cousineau souligne qu’il en va du mandat même de Loto-Québec de prendre sa place dans le jeu en ligne. «[La société Loto-Québec] a été créée pour essayer de canaliser l’offre de jeu qui existe de toute façon dans des canaux qui sont contrôlés et dans des milieux où on peut mieux aménager la consommation des jeux de hasard et d’argent.»

Il indique que les sites de jeu en ligne de Loto-Québec mettront en ?uvre des contrôles d’âge «impeccables» et «extrêmement sévères».

Plus de questions que de réponses dans ce dossier jusqu’à présent.  Que signifie ce projet vis-à-vis du marché actuel ?  Est-ce que Loto-Québec envisage devenir un joueur supplémentaire dans l’industrie du poker en ligne ou la société envisage-t-elle des politiques restrictives sur l’accès aux sites concurrentiels ?

PrincePoker suivra ce dossier de prêt, plus d’informations devraient suivre sous peu.

Discutez de cette nouvelle dans notre forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments