PartyGaming s’entend avec les autorités américaines

Publié le 9 avril 2009

En décembre dernier, le cofondateur de Party Gaming Anurag Dikshit plaidait coupable devant la Cour du district Sud de New York devant les accusations de violation du Wire Act de 1961.  Il avait alors reconnu avoir illégalement accepté des clients provenant des États-Unis. Il a plaidé « en être venu à croire » qu’il aurait aidé les joueurs à agir contre la loi américaine et affirmait vouloir prendre pleine responsabilité pour ses actions.  Il s’était entendu pour payer une compensation de 300 millions au gouvernement.  Il faisait aussi face à deux ans d’emprisonnement.

Nous apprenons maintenant que Party Gaming en est venu à une entente de non persécution avec la Cour.  L’entente stipule que le gouvernement ne portera aucune charge contre PartyGaming ou aucune sous division pour avoir fourni des services de jeu en ligne aux clients américains précédemment à l’introduction de l’UIGEA.

En contrepartie, PartyGaming s’est engagé à verser la somme de 105 millions d’ici les trois prochaines années et demie.  Les paiements seront versés à un rythme de deux par année et se termineront le 30 septembre 2012.  PartyGaming a ainsi admis avoir fourni un marché de jeu illégal entre 1997 et le 13 octobre 2006, soit le jour de l’introduction de l’UIGEA (Unlawful Internet Gambling Enforcement Act).

La nouvelle a été bien accueillie en bourse avec une hausse de 13% de la valeur des actions.  Cette entente représente une bonne nouvelle pour Party Gaming.  Elle libère enfin la compagnie du poids judiciaire qui la suit depuis plus de deux ans.  Cela lui permettra aussi de se réinstaller aux Etats-Unis advenant une régulation de l’industrie du poker en ligne.

Discutez de cette nouvelle dans notre forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments