L’entente entre FTP, PokerStars et le DoJ finalisée

Publié le 31 juillet 2012

La nouvelle que tous espèrent officiellement entendre depuis plus de quinze mois est enfin tombée.  Diamond Flush, la journaliste ayant jadis couvert le dossier sur Subject:Poker et opérant maintenant son site personnel le confirme:  PokerStars achète officiellement les actifs de Full Tilt Poker et la démarche de transfert avec le DoJ est désormais conclue.

À tout seigneur tout honneur, vous pouvez lire la nouvelle à sa source ici, en version anglophone. Voici toutefois notre complet résumé des différentes informations pertinentes découlant de cette annonce:

Tel que cela était pressenti, l’entente désormais approuvée par le gouvernement américain permet à Full Tilt Poker de volontairement remettre les actifs de la salle au DoJ, qui lui se chargera de vendre ces derniers à PokerStars.    En échange, le gouvernement accepte d’annuler toutes les charges de blanchiment d’argent déposées contre la salle.   Aucune autre accusation civile ou criminelle n’est pour autant abandonnée contre les individus liés à la salle.

C’est la colossale somme de 547M$ que PokerStars paiera au cours des trois prochaines années.  Comme c’est le cas pour Full Tilt Poker, toutes les charges de blanchiment d’argent déposées contre la salle sont aussi abandonnées.  Cela n’a toutefois aucune incidence sur les autres accusations civiles ou criminelles déposées contre les individus travaillant chez PokerStars.

Le transfert de propriété devra se faire sous une période maximale de 90 jours et dès l’ouverture, tous les fonds de joueurs non américains seront disponibles pour être retirés, et ce, sans aucune condition. La somme de ces fonds de roulement est estimée à 194M$.  Les autres valeurs monétaires (points FTP, médailles, etc) ne font pas partie de l’entente, mais PokerStars disposerait d’un plan afin de transférer cesdites valeurs.

Les joueurs américains, qui ne pourront pas pour autant reprendre le jeu sur la salle, devront quant à eux compléter une demande de récupération de fonds déposée au Département de Justice afin de récupérer l’argent gelé sur le site.  150M$ seraient ainsi payés aux joueurs américains.

Isai Scheinberg, à la tête de PokerStars, devra démissionner de son poste dans les 45 jours.  Il ne pourra plus jouer aucun rôle actif dans la compagnie.

L’entente stipule également que ni Full Tilt Poker, ni PokerStars n’admettent avoir agi à tort, ce qui ne change ultimement rien à la suite des procédures sur les différentes charges déposées lors du Black Friday.  Cette dernière stipule aussi explicitement que ni PokerStars, ni Full Tilt Poker ne pourront offrir de poker aux États-Unis, et ce, jusqu’à ce qu’une loi le permette.  Ainsi, s’il est clair qu’aucune des deux salles ne rouvrira sur le marché américain à court terme, cela demeure possible advenant une régulation du jeu chez nos voisins du sud.

Les actifs saisis de Full Tilt Poker incluent notamment tous les comptes des joueurs, toutes les données de jeu ainsi que celles de la compagnie, toutes les propriétés tangibles et toutes les propriétés intellectuelles.

PokerStars confirme d’ores et déjà que la relance de Full Tilt Poker est désormais une priorité.  Si cette dernière doit obligatoirement être faite d’ici 90 jours, on peut ainsi espérer un dénouement beaucoup plus rapide.

La nouvelle a rapidement été confirmée par PokerStars et le DoJ.

Discutez de la conclusion de l’entente entre Full Tilt Poker, PokerStars et le DoJ sur le forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
PrivateTable.com persiste et signe en Californie
BREAKING - PokerStars  et Full Tilt au New Jersey dès le 1er octobre
Pas de poker légal en Californie en 2014
PokerStars se retire du festival de Montréal au Playground
Au tour des provinces de l'Atlantique de vouloir du jeu en ligne
HAUT DE LA PAGE