Le poker en ligne serait victime du plan de censure en ligne Australien.

Publié le 22 mars 2009

L’Australie est sur le point de devenir la première Nation occidentale à appliquer un rigide plan de censure sur le net.  Le gouvernement australien annonçait en octobre dernier qu’il réservait un budget de plus de 125 millions afin de mettre en ?uvre un plan de Cyber-Safety. L’objectif annoncé de cette pratique serait de bloquer l’accès au contenu inapproprié ou illégal pour les enfants.  L’emphase serait axée sur la protection contre la pornographie infantile.   Des détails sur le projet étaient rapportés par PrincePoker dans cet article en octobre dernier.

Cette liste de sites interdits a depuis été bâtie.  Ironiquement, ce document qui devait rester secret s’est retrouvé en ligne dans les mains du site wikileaks.  Ce dernier prévoit la publier avec imminence.  Wikileaks a par le passé publié de telles listes pour la Thaïlande, le Danemark et la Norvège.  L’authenticité du document apparaît donc fiable.

Les rares personnes à l’avoir consulté affirment que le plan de censure est large et alarmant.  Il s’agirait en général « d’une encyclopédie condensée de dépravation et de matériel potentiellement très dangereux ».

Or, près de la moitié des sites figurant sur cette liste ne seraient pas liés à la pornographie infantile.  En effet, on y trouverait plusieurs sites de poker en ligne, des liens youtube et d’autres vers de la pornographie hétérosexuelle et homosexuelle régulière.  Plusieurs sites à caractère religieux seraient aussi bloqués.

Plusieurs sites tout à fait inoffensifs, notamment celui d’un dentiste ( ! ), seraient aussi par erreur victimes du plan de censure.

La fuite de cette liste est une terrible nouvelle pour le gouvernement australien.  Le professeur Bjorn Landfelt de l’Université de Sydney estime qu’elle pourrait devenir le pire cauchemar de bien des parents.  En effet, cette fuite pourrait avoir l’effet pervers d’alimenter la curiosité des jeunes envers ces sites bannis.

Le plan de censure est supposé s’élargir jusqu’à viser plus de 10 000 sites.  Les critiques pleuvent sur ce projet.  Plusieurs estiment qu’il s’agit carrément d’une entrave à la liberté.  D’autres avancent qu’un tel plan ralentira la vitesse du service internet à un niveau critique.  On rappelle finalement qu’un système de censure devient toujours plus ou moins corrompu.  À titre d’exemple, la Thaïlande a aussi adopté une telle liste dans l’espoir de freiner l’accès à la pornographie infantile.  Or, lorsque cette liste a fuit, plus de 1200 sites critiquant la famille royale y figuraient.

Discutez de cette nouvelle dans notre forum de discussion.

Comments

Powered by Facebook Comments