La France pourrait réglementer le poker en ligne

Publié le 9 mars 2009

La France a annoncé vers la fin du de la semaine dernière qu’elle pourrait ouvrir le marché des jeux d’argent en ligne, notamment du poker.

Le but avoué d’une telle décision serait de contrer le marché des paris illégaux, évalué à près de 10 milliards de dollars.  Cette transition, si elle venait à être complétée, serait effective le premier janvier prochain.

Le Ministre des Finances Eric Woerth affirme qu’il est devenu irréaliste de jouer à l’autruche dans ce dossier.  Les paris en ligne existent bel et bien et plusieurs Français y participent.  La loi actuelle ne suffit simplement pas dans le contexte que l’on connaît.

L’arrivée de la proposition est accueillie de façon mitigée chez les opérateurs de jeu en ligne.  Si un marché ouvert est évidemment idéal à leurs yeux, on critique cependant le taux élevé de taxation proposé.

En effet, les opérateurs de paris en ligne, notamment ceux exerçant un logiciel de poker, seraient taxés à 2%.  Ce taux grimperait à 7.5% pour les paris sportifs.

On affirme donc qu’un tel modèle serait difficilement viable économiquement.  Ces taux seraient trop élevés compte tenu du ratio limité de retour aux joueurs et des nouvelles pressions fiscales créées par un tel système.

Néanmoins, les experts de l’industrie s’entendent à dire que le passage d’un monopole d’État à un marché ouvert devrait être bénéfique à une majorité des opérateurs.  En effet, ces nouvelles charges pourraient être balancées par la possibilité de s’afficher légalement.  La plupart des opérateurs croient pouvoir exercer une forte compétition sur les institutions de l’État déjà en place et aller chercher d’importantes parts de marché, notamment grâce au domaine publicitaire qui leur serait désormais ouvert.

Le projet de loi inclut également des barèmes sur le ratio des gains devant être attribués aux joueurs.  Ces détails techniques seront discutés au Parlement à la fin mars ou début avril.

Discutez de cette nouvelle dans notre forum de discussion.

Comments

Powered by Facebook Comments