Entrevue avec Mitch Garber, CEO d'Harrah's Interactive Entertainment

Publié le 26 avril 2010

Peu de gens ont une influence aussi importante dans l’industrie du jeu que Mitch Garber.  En novembre 2009, il apparut d’ailleurs dans le top 10 des personnalités les plus influences de ce domaine dans le classement bâti par le Global Gaming Business Magazine. Fier d’une réputation exemplaire, il est aujourd’hui CEO de Harrah’s, après un séjour remarqué de deux ans chez Party Gaming.  Sous son influence, les bureaux d’Harrahs et des Séries mondiales de poker trônent aujourd’hui en plein centre-ville de Montréal.  À l’aube de changements importants présumés dans l’industrie du poker en ligne américaine, PrincePoker.com a eu le privilège de s’entretenir avec le prospère homme d’affaires.  Voici ce qu’il nous fut permis d’apprendre. Point important, ce Montréalais d’origine a passé l’entrevue complète en nous parlant un excellent français. Ses longues absences n’ont pas laissé de trace dans son élocution !

Première chose toute, M. Garber se dit heureux d’être de retour à Montréal avec sa famille.  Lors de ses emplois précédents, notamment avec Party Gaming, il eut l’obligation de s’installer outre-mer, à Tel-Aviv, à Londres et à Gibraltar.  Bien qu’il voyage toujours sur une base fréquente, particulièrement vers Las Vegas ou vers Londres, il est enchanté que sa famille soit définitivement installée ici.  Tant de déplacements lui font davantage apprécier le calme familial de sa demeure.  Cet aspect fut d’ailleurs important dans ses choix de carrière récents.

Mitch Garber joue-t-il lui-même au poker ?

M. Garber ne se qualifie pas de joueur en tant que tel, bien qu’il insiste sur le fait qu’il sait jouer.  « Pas tout à fait shark, pas tout à fait fish ! » dit-il.  Bien qu’il ne puisse jouer dans les Casinos sous la propriété d’Harrah’s, il s’installe parfois sur les tables de petites mises du Bellagio ou du Mirage.  C’est avant tout un divertissement, lui permettant toutefois de garder le contact avec les joueurs.  Il reconnaît l’importance de ce jeu pour bien des joueurs et y accorde un respect conséquent. Le fait de jouer le garde conscient de cet aspect chez tous les joueurs, de toutes les limites. Il arrive que des joueurs le reconnaissent, donnant lieu à comiques situations.  Néanmoins, il insiste sur le fait que le poker est avant tout son industrie.  Il préfère travailler à son développement avec les WSOP et Harrah’s, c’est là qu’il excelle !

Nous lui avons également demandé s’il jouait en ligne.  Il dit avoir essayé plusieurs salles, mais dans le cadre exclusif d’une future marque Harrah’s en ligne.  Il cherche à repérer les attributs qu’il aime, puis ceux à éviter.

PrincePoker a demandé à M. Garber de nous résumer son cheminement.  Comment devient-on avocat spécialisé en droit du jeu, un domaine pour le moins émergent, qui n’existait pratiquement pas lorsqu’il a décidé de s’y consacrer ?

Garber a d’abord travaillé en partenariat avec Cookie Lazarus, avocat montréalais bien connu, puis cherchait à développer sa propre niche.  M. Lazarus travaillait alors avec beaucoup de célébrités, bien qu’il touchait déjà ce domaine. Garber y a vu un potentiel de développement important, puis a décidé de s’y consacrer.  Il a vu juste et ce fut le point de départ de sa carrière dans cette industrie.  Il avoue lui-même avoir profité d’un synchronisme idéal. Il est le premier à admettre que dans la vie, cela prend une combinaison de travail, de préparation, mais aussi de chance ; la chance qui nous place au bon endroit au bon moment. Le fait de développer des contacts au fil du temps ne nuit pas non plus.

Lorsqu’il a quitté les bureaux de M. Lazarus, il a reçu de nombreuses offres, qu’il qualifie aujourd’hui encore de très alléchantes.  Il a finalement arrêté son choix sur Party Gaming, un défi à la hauteur de ce qu’il recherchait.  C’est après son départ de ce dernier emploi qu’il fut approché par Harrah’s.

Pourquoi établir les bureaux de Harrah’s à Montréal ?

Les bureaux d’Harrah’s furent établis à Montréal à la demande claire de Mitch Garber.  Il s’agissait d’une condition importante à l’acceptation de l’emploi.  Il affirme néanmoins qu’il s’agit d’une position stratégique, principalement par rapport aux activités de la marque WSOP.  Montréal se trouve en effet à mi-chemin entre Las Vegas et Londres, ce qui permet une collaboration avec les bureaux des deux côtés de l’Atlantique dans la même journée.

Nous avons interrogé M. Garber sur la situation légale du poker aux États-Unis.  En effet, il semble y avoir deux courants qui s’y affrontent.  Le premier est celui de l’application des mesures de l’UIGEA, puis l’autre, une tendance à la légalisation, avec le projet notamment de B. Frank.  Les deux tendances sont-elles inconciliables ?

« Effectivement, elles sont inconciliables, mais avec les nombreux appuis vers un projet de légalisation, il s’agit de la tendance qui semble vouloir prévaloir » nous dit M. Garber.  Il affirme que les ressources pour bien gérer une telle industrie sont maintenant disponibles.  De plus, le gouvernement américain voit les importantes recettes qui pourraient découler de la régulation puis de la taxation du jeu en ligne.

Nous avons demandé à M. Garber s’il savait quelle structure un tel projet prendrait, puis quelle serait la place des salles actuelles dans ce portrait futur.

« Je ne peux savoir quelle attitude prendrait le gouvernement face aux salles actuelles, mais je sais avec certitude que Harrah’s serait à l’avant-plan d’une industrie du jeu légal aux États unis, si une telle tendance se réalise éventuellement. »

Nous lui avons demandé si une future salle de poker en ligne Harrah’s serait ouverte à une clientèle mondiale, ou au contraire réservée à la clientèle américaine.  M. Garber a affirmé qu’il s’agissait d’une implication importante, mais que cela dépendrait essentiellement de la composition d’une possible future loi américaine.  Il espère évidemment un marché mondial.

Questionné à savoir si la régulation serait de niveau fédéral ou étatique, M. Garber affirme que la légalisation serait de niveau fédéral, mais que l’application de la loi serait sujette à l’approbation des États, pour chacun d’entre eux.  Ainsi, si un État désire que le jeu en ligne demeure illégal sur son territoire, il aura le pouvoir de le faire.

Selon lui, les trois critères de base pour l’introduction du poker en ligne légal aux États-Unis sont en place.  Premier critère : la légalité. Ce point est en train de se régler. Second point : limitation des joueurs et exclusion. Il est maintenant très facile pour un site en ligne de s’assurer de l’identité des joueurs qui désirent s’inscrire. Un mineur ou un joueur provenant d’un endroit géographique où le jeu en ligne est interdit sera maintenant dépisté aisément. De même, un joueur pathologique pourra facilement être exclu. Finalement, la rentabilité pour l’État. Les États américains, encore pris avec des problèmes budgétaires majeurs, verront d’un bon ?il la venue de milliards de dollars supplémentaires.

Qu’en est-il de Harrah’s et des autres grandes corporations du jeu telle MGM ?  Qu’est ce que cela signifie pour ces compagnies, puis pour les salles de poker déjà existantes ?

M. Garber affirme que toutes ces compagnies cherchent à se placer sur l’échiquier, advenant une ouverture du marché.  Il ne sait pas ce qui arrivera aux autres sites, mais il avoue que ces derniers bénéficient d’un avantage à certains niveaux, puisqu’ils sont déjà installés, puis font vraiment le maximum avec les ressources et possibilités actuelles.   Néanmoins, advenant une légalisation, il est persuadé que le futur de l’industrie passe par l’arrivée de nouvelles marques, dont celle d’Harrah’s.  D’ailleurs, une telle marque permettra des programmes de fidélité originaux jumelant l’expérience en ligne et live. Des points pourraient ainsi être échangés contre des entrées WSOP, des nuits et voyages à Vegas et ailleurs, puis tout ce qui touche de près et de loin la marque Harrah’s.

M. Garber venait de prendre place comme CEO de Party Gaming lors de l’introduction de l’UIGEA en 2006.  Il avait alors pris la décision de bloquer l’accès aux joueurs américains, coupant ainsi plus de la moitié de la clientèle de Party Gaming.  Nous lui avons demandé, quatre ans plus tard, voyant la position de sites comme Poker Stars et Full Tilt Poker sur le marché, s’il croit toujours que cette décision était la bonne.

« Oui, je crois que c’était la bonne décision et je reprendrais la même aujourd’hui », répond-il sans hésiter.

Il dit qu’en tant que CEO responsable d’une compagnie responsable cotée en bourse, étant confronté à des activités potentiellement illégales faisant l’objet d’une nouvelle loi confirmant le statut illégal de l’activité en question, il n’avait d’autre choix de prendre la seule décision responsable, soit de quitter le marché en question.

M. Garber fut ensuite à l’origine d’une restructuration majeure de la compagnie, passant par de nombreuses acquisitions et par le développement de nouveaux marchés.  Il fut extrêmement compétent et efficace dans son rôle.  Non seulement réussit-il à garder Party Gaming hors des eaux troubles, il réussit à en redresser les finances sur une période d’à peine deux ans.  Il fut estimé par des sources extérieures que son aventure chez Party Gaming lui aurait rapporté plus de 30M$ en salaire et bénéfices.

Harrah’s est déjà présent en ligne aux Royaumes Unis, en association avec 888.  Comment se passe cette première expérience ?

« Très bien.  On ne peut voir le produit qu’en étant résident des Royaumes Unis mais le produit connaît un bon succès et s’installe bien dans le marché. »

Que réserve le futur pour Harrah’s ?  Où seront concentrés les efforts afin de contrer la baisse de rentabilité des Casinos à Las Vegas ?

Le jeu en ligne est une avenue importante sur laquelle Harrah’s envisage son futur. Évidemment, il ne s’agit que d’une branche d’un plan global beaucoup plus large.  Néanmoins, son importante n’en est pas pour autant diminuée.  Avec les revenus à la baisse dans les Casinos, la compagnie cherche à se diversifier afin de retrouver la profitabilité d’antan.

Il fut annoncé en novembre 2009 que Jeffrey Pollack, le Président des Séries mondiales de poker, quittait son poste après quatre ans de service.  Ce dernier sera-t-il remplacé ?

M. Garber fut longtemps le porte-étendard de son département.  M. Garber affirme que son équipe et lui ont effectué un excellent boulot, et qu’il est sincèrement désolé de son départ.  Cependant, toute son équipe est toujours en place.  Ainsi, le travail lors des WSOP se poursuivra sans problème.

Ultra Internet Media (Everest Poker) cherche à se dégager de sa dernière année de contrat de commandite suite au remplacement du logo d’Everest Poker par celui de FTP sur la télé française RTL9.  Quel contrôle Harrah’s peut-elle et doit-elle avoir sur ses partenaires diffusant les reportages WSOP ?  Des développements ont-ils eu lieu dans ce dossier ?

M. Garber a semblé particulièrement intéressé par cette question, avec de nombreuses choses qu’il aurait aimé nous dire.  Néanmoins, pour des raisons légales évidentes, il s’est excusé, à regret, de ne pouvoir parler de ce dossier.  Néanmoins, il semble qu’il s’agisse d’un dossier chaud et actuel pour Harrah’s.

Vous avez une fiche personnelle impressionnante, passant du groupe FireOne, à Party Gaming, pis à Harrah’s.  Un tel emploi représente-t-il une finalité en soit ?  Quels peuvent être les objectifs de Mitch Garber à présent ?

Monsieur Garber s’est dit très heureux de son emploi actuel avec Harrah’s.  Ayant maintenant 45 ans, il affirme que son plan avec Harrah’s se projette sur une période de cinq ans.  Il affirme qu’une compagnie de l’ampleur d’Harrah’s Interactive Entertainment ne se restructure pas du jour au lendemain.  Il ne sait pas ce que le futur lui réservera après cette période, mais il insiste sur le fait que son mandat s’inscrit dans un plan quinquennal.

Merci à M. Garber pour le temps qu’il nous a consacré ! Au cours de cette entrevue, il nous aura permis de constater qu’il est possible de diriger une importante compagnie en gardant un équilibre fort entre famille, amis et travail.

Discutez de cet entretien avec Mitch Garber sur notre forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
Découvrez « La Voûte », nouvelle salle de jeux divers dans les Laurentides
Charles-Alexandre Sylvestre à Radio Poker!
Ce soir! Laurence Grondin à Radio Poker
Ce soir! Jonathan Duhamel à Radio Poker!
Joe Hachem lance un cri du cœur aux jeunes champions de poker
HAUT DE LA PAGE