Une croissance plus rapide que Facebook!

Publié le 17 septembre 2010

L’industrie du jeu en ligne a connu une plus importante croissance que celle des réseaux sociaux tels Facebook l’année dernière au Royaume-Uni.  Cette affirmation découle d’une étude menée par la firme d’analyse de marché Nielsen et reprise sur le site E Gaming Review.

3.2M de personnes supplémentaires ont visité les sites de jeu en ligne cette dernière année, soit une hausse de 40% par rapport à l’année précédente.  En comparaison, c’est un gain de 2.2M de nouveaux utilisateurs qui fut enregistré dans l’industrie des réseaux sociaux virtuels.

C’est le géant de la loterie Camelot qui affiche la plus importante progression, doublant presque ses visites dans les douze derniers mois, approchant le cap des 10M.  Les efforts de PartyGaming sur le vieux continent ne sont également pas en reste.  Leur base de joueurs est passée de 700 000 utilisateurs à 1.9M, pour une progression de 186%.

L’étude se prononce aussi sur la démographie derrière cette expansion.  Une statistique intéressante démontre que près de la moitié des joueurs en ligne gagnent des salaires dépassant £30,000 annuellement.  De plus, si la progression est la plus importante parmi les hommes d’âge moyen, les femmes constituent néanmoins 46% de la clientèle actuelle.

La conclusion de Neil Beston, représentant de la compagnie Nielsen, va ainsi:  “Bien que la croissance phénoménale des sites de jeu en ligne à travers les deux dernières années a été menée par des hommes et femmes de tout âge, elle apparait être particulièrement concentrée par les hommes d’âge moyen, de bonne éducation et avec des revenus élevés.”

Discutez de la progression du marché du jeu en ligne sur le forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
La Corée du Nord permet le gambling pour financer l’État
La saga Weinstein s’invite sur la planète poker
Le New Jersey, Nevada et Delaware partageront leur bassin de joueurs
Caesars émergera officiellement de la faillite demain
Le litige impliquant Ivey et le Borgata se tourne vers le manufacturier de cartes
HAUT DE LA PAGE