Pyramidez Vos Jetons

Publié le 23 mars 2010

Je constate régulièrement que certains joueurs sont peu méthodiques quant à la manière de gérer leurs jetons. Les articles traitant du sujet sont « rares comme de la hummm de pape » ; je ne connais rien quant à la régularité de Benoit XVI, mais je peux vous dire que dans la cinquantaine de bouquins que j’ai lu sur le poker, je n’ai trouvé qu’un seul et bref article sur le sujet. Pour les intéressés, il s’agit de Gambling Theory and Other Topics de Mason Malmuth (p. 299-301). Et je n’ai (presque) rien trouvé à ce sujet sur le net.

D’abord, l’étiquette est très simple à ce sujet : vous devez garder vos jetons de plus grande valeur à l’avant, et s’il y a lieu, au-dessus de la pile. Pour le reste, c’est une question de style qui vous appartient entièrement.

Voici ce qu’on entend par pyramider vos jetons : vous faites des piles d’hauteur égale (10, 20 ou 30 jetons) regroupées un peu à la manière d’un triangle de boules au billard. Supposons que vous avez 60 jetons. 30 jetons blancs, 20 jetons bleus et 10 jetons noirs. Bien vous devriez placer les 3 piles de 10 jetons blancs immédiatement devant vous. Celles-ci constituent la base de la pyramide. Juste au-delà de celles-ci (c’est-à-dire un peu plus loin de vous), vous placez les 2 piles de jetons bleus (centrées par rapport à la base). Finalement, la pile de jetons noirs serait complètement à l’avant (c’est-à-dire la plus éloignée par rapport à vous). Juste pour être sûr d’être bien compris, l’adversaire en face de vous devrait voir la pile de jetons noirs à l’avant, suivi des 2 piles de bleus et des 3 piles de blancs. Vous aurez deviné que les jetons noirs possèdent la plus grande valeur, et les blancs, la plus petite. Au fin du reste de l’article, disons qu’1 noir = 10 bleus = 100 blancs ; donc 1 bleu = 10 blancs.

Lorsque vous gagnez d’autres jetons, vous débutez une nouvelle pile à la droite de la base de la pyramide. Et la pile suivante sera au-delà de cette dernière, et ainsi de suite. Lorsque vous misez des jetons, prenez-les (autant que possible) de ces dernières piles, pour conserver la structure de votre pyramide.

Il y a 2-3 bonnes raisons derrière l’idée de pyramider vos piles de jetons :
1. Toujours savoir précisément la taille de votre stack.
2. Sauver du temps.
3. Induire vos adversaires à mésinterpréter la taille de votre stack.

Toujours être conscient du nombre de jetons que vous possédez, au moins à 5 ou 10% près, vous évitera 2 inconvénients considérables. Si vous poussez all-in, vous pourrez dire instantanément combien vous avez de jetons. Un chiffre approximativement près contentera souvent votre adversaire. De surcroît, un adversaire a le droit de vous demander, en tout temps, combien vous avez de jetons ; que vous soyez dans l’action d’une main ou non. Si vos jetons sont tous pêle-mêle et qu’il faut que vous les empiliez et comptiez pour lui répondre, vous faites perdre du temps à tout le monde, vous inclusivement. Si vos jetons sont organisés en piles, et que vous connaissez la valeur de chaque pile, vous devriez pouvoir faire le total précis en quelques secondes. Faire perdre du temps à vos adversaires risque de les rendre plus antipathiques ; vous faire perdre votre propre temps vous limite dans la pratique de votre loisir ainsi que dans vos gains (si vous êtes un joueur gagnant! Mais qui ne l’est pas ? :0) ).

En utilisant la technique des piles hasardeuses (ou d’une seule tour) engendre un autre désavantage : au moment où vous comptez et manipulez vos jetons, vous donnez des « tells ». J’utilise ce truc à chaque fois qu’on m’en offre l’opportunité. J’analyse la manière dont réagit mon adversaire : est-il nerveux, tremble-t-il en comptant, me regarde-t-il à plusieurs occasions, est-il confiant (son regard, son attitude), m’annonce-t-il le total avec conviction… ? Je lui fais répéter le total, je le questionne pendant que son attention est ailleurs (à compter). Plus la manipulation et le comptage de jetons nécessitent de temps, plus il est susceptible de me révéler un « tell », et même plusieurs. Ceux-ci m’aident à confirmer/rectifier certaines décisions.

Le même problème se pose, mais moindrement, lorsque vous utilisez les « racks » de plastique (inclus dans les tables de poker commerciales). À tout le moins, si vous ne savez pas combien de jetons entrent dans une fente (généralement autour de 23). Il arrive aussi que plus d’une couleur de jetons l’occupent… Je ne vous ferai pas croire que je pyramide mes jetons durant toutes mes parties. Je trouve que ça donne un tell (une image) de joueur sérieux, structuré, qui est à son affaire. Mais bon, je vous mentirais si j’essayais de prétendre que ce n’est pas, le plus souvent, par paresse!

J’ai également parlé de gérer vos jetons pour induire vos adversaires à mésinterpréter la taille de votre stack. Il suffit de miser vos plus grosses devises et d’accumuler et conserver les plus petites. Si un jeton noir vaut 100 blancs, vous pouvez ainsi transformer 1 seul jeton en 10 piles (de 10 jetons). Ce truc est surtout utile lorsque vous êtes considérablement sous l’« average stack » en tournoi. Dans cette situation, vos adversaires attaquent davantage vos blinds et ont tendance à cibler votre stack puisqu’il ne leur sera pas fatal de perdre contre vous, et vous pensent plus « tight ». Mais, encore faut-il qu’ils remarquent que votre stack est petit. Cela risque d’arriver plus souvent si vous avez seulement 4 jetons noirs comparativement à son équivalant de 3 piles de bleus et 10 piles de blancs. Vous pouvez aussi varier la hauteur de vos piles dans le but de tromper l’?il de votre adversaire. Des piles de 9, 11, 13, 17, 18, 19 (…) jetons pourraient tromper votre adversaire dans son compte de votre stack. Et côté perception, une pyramide de 10 piles de 10 jetons me semble plus imposante qu’une de 5 piles de 20 jetons. Et je termine sur une idée de génie que je baptise « le jeu de miroir » : en plaçant un petit miroir rectangulaire derrière votre stack, vous pourriez transformer votre pyramide en losange et doubler vos piles en illusion ! :o ) (Je sais, c’est une idée de tordu!)

Et pendant qu’on y est, lorsque vous misez, placez vos jetons pour que vos adversaires puissent facilement les compter. Si vous misez une pile de 8 jetons, il suffit de légèrement tasser les 4 du dessus d’un côté pour laisser percevoir que la pile est bien constituée de 2 x 4 jetons. Ça s’avère aussi utile avec une petite pile de 5 ou 6 jetons. Sur ce, je vous laisse aller pratiquer vos skills de constructeurs de pyramides ! :o )

Bon poker !
Yannick Frenette / yaf

Comments

Powered by Facebook Comments