Les joueurs de poker font le saut vers Wall Street

Publié le 5 décembre 2009

Brandon Adams, qui enseigne en finances comportementales au Département d’Économie de l’ Université Harvard, dit que certains des meilleurs candidats pour des emplois de courtier sur Wall Street sont des joueurs de poker professionnels jouant sur Full Tilt Poker.com et sur d’autres sites en ligne similaires.

«’Essentiellement, ils sont des survivants dans un système, un très difficile système où 95% des gens perdent de l’argent” a déclaré Adams, 30  ans, qui joue sur ce site, dans un interview téléphonique. «’N'importe qui assez intelligent et assez discipliné pour survivre à ce système s’en tirera probablement très bien dans le monde du courtage.”

Un nombre grandissant de fonds privés et de firmes de courtage fouillent la communauté des joueurs de poker à la recherche de talent et d’outils analytiques, selon des recruteurs financiers incluant Options Group, une compagnie basée à New York qui recherche des employés exécutifs. Susquehanna International Group LLP, basée à Bala Cynwyd Pennsylvanie, spécialisée en options et en courtage d’action se sert du poker pour enseigner la pensée stratégique.

«’Quelqu’un qui a vécu avec succès du poker pendant quelques années serait plus susceptible de devenir un bon courtier que quelqu’un qui n’a pas pris cette voie” selon Aaron Brown, un ancien joueur de poker professionnel de 53 ans maintenant gestionnaire de risque chez AQR Capital Management LLC basée à Greenwich au Connecticut.  Il y gère aujourd’hui  23 milliards de dollars.. «’ Ils savent pousser lorsqu’ils voient un avantage et savent comment ne pas tout perdre, et cette combinaison est difficile à trouver.

Les habiletés requises pour être un courtier gagnant- approche rationnelle envers le risque, prise de décision rapide sous pression, de la discipline et une mémoire bien entrainée-  sont les mêmes séparant l’élite des joueurs de poker de ceux appelés monnaie morte, «’dead money” selon les recruteurs financiers.

Après le début des Séries mondiales, il y a 5 mois, le recruteur Simon Satanovsky de Options Group déclara avoir reçu une demande de joueurs de poker en ligne pour un  fonds privé; le client n’avait aucune expérience financière. Il refusa toutefois d’identifier les joueurs/clients.

«’Auparavant nous demandions les résultats scolaires ou les résultats des olympiques en mathématiques/physique” explique Sanatovsky, lui-même ancien champion russe d’échecs. «’Maintenant nous posons des questions sur leurs succès au poker.”

Satanovsky dit que les firmes et les recruteurs de Wall Street portent de plus en plus attention aux joueurs de poker en tant que candidats à des emplois depuis 2003, l’année où l’amateur Chris Moneymaker battit des centaines de professionnels pour gagner l’événement principal des Séries mondiales de Pokers.

Adams, qui a enseigné à Harvard chaque printemps depuis 2003 a déclaré que les joueurs disciplinés peuvent être identifiés sur des sites tels Pokerstars attendant à un genre particulier de tables, refusant de se laisser tenter par celles en dehors de leur expertise ou de leur confort financier. (n.d.l.r. : l’article provenant des É.-U., seuls ces 2 sites, qui acceptent les joueurs américains, sont donnés en exemple)

Leur contrôle de soi et leur confiance seraient utiles en courtage où de larges profits sont possibles, la probabilité de tout perdre élevée et la compétition formidable, selon Adams. Il cita comme exemple un courtier découvrant une légère imperfection dans la façon que le prix des options est fixé, puis travaillant à arriver à une bonne mise par achat.

«’ Au poker, les gens sont habitués à ne pas attendre le jeu facile,” selon Adams. «’ Ils sont habitués à se promener au bord de la ruine et apprennent les outils qui leur permettent d’y survivre.”

Susquehanna utilise le poker pour développer ses nouveaux courtiers depuis sa fondation en 1987 selon pat Mc Cauley, qui dirige le programme de développement des courtiers de la firme privée.

Les fondateurs de la compagnie jouaient au poker entre copains de l’ Université SUNYB. Susquehanna a tenu des tournois internes pour recruter des courtiers et analyser leurs habiletés à prendre des décisions.

Les stagiaires apprennent à utiliser l’information qu’ils trouvent sur le marché pour deviner ce qui motive les autres, les aidant à fixer de meilleurs prix. C’est identique à la façon  que Phil Ivey, considéré comme l’un des meilleurs pros, mise en se basant sur ce qu’il perçoit chez ses adversaires, selon Mc Cauley.

«’Ce que les pros font d’excellent est de prendre des informations relativement subjectives, les quantifier et les rendre objectives, et c’est ce que le courtage demande” selon Mc Cauley.

L’ habileté ce construire des algorithmes de poker complexes, soit pour faire fonctionner des sites de poker, soit pour les battre, intéressera les fonds privés selon Todd Fahey, recruteur spécialisé en finance quantitative chez Exemplar Partners de New York.

«’ Il y a quelques personnes que j’ai placées dans l’industrie provenant du côté logiciel de cette industrie” selon Fahey, en entrevue téléphonique. ” Beaucoup de firmes de fonds privés voudront rencontrer de telles gens”

Le monde du poker et de la finance s’entrecroise souvent. Steven Beigleiter, qui dirigeait la division stratégie corporative de Bear Sterns Cos. Avant leur écrasement de 2008 il gagna 1.6 million de dollars en novembre avec une sixième position au Main Event des WSOP. Le fondateur de Greenlight Capital LLC, David Einhorn se classa 18e en 2006. Le tournoi annuel Wall Street Poker Night a attiré cette année en avril 100 joueurs avec un buy in de 5 000$, 90% d’entre eux provenant de fonds privés ou d’autres secteurs de Wall Street- amassant 1.3 million de dollars pour la fondation Math For America.

Même si les joueurs de poker deviennent de bons courtiers, ils n’ont pas nécessairement de succès avec leurs propres investissements selon Adams, qui ajoute qu’il est presque «’ fameusement sans succès” en tant qu’investisseur.

«’ Les joueurs de poker sont paresseux et mémères” selon lui. «’ Si vous étudiez leur manière d’investir, ils tendent à s’en tenir aux idées des autres.”

Une personne qui a choisi le poker plutôt que la finance est Joe Cada, qui a survécu à Begleiter et Ivey à la table finale. Cada, qui joue professionnellement, finit premier sur 6494 participants et empocha 8.55 millions de dollars. Il en a donné la moitié à ses commanditaires, Cliff Josephy et Eric Haber, 2 pros de poker ayant une expérience sur Wall Street.

«’Quand j’étais un petit enfant, je regardais les marchés chaque jour” déclara Cada, 22 ans, dans un interview. « Mes parents ont toujours cru que je deviendrais banquier ou courtier parce que J’étais bon en maths et en logique, et j’étais obsédé par l’argent ».

Cada dit qu’il prévoit demeurer au poker. Brown, de AQR et auteur de The Poker Face Of Wall Street et joueur toute sa vie, a quitté le monde du poker professionnel il y a quelques années. «’ J’ai décidé enfin que la finance était plus facile” dit-il.

Discutez de cet article dans notre forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments