Le président du Cirque du Soleil participe à High Stakes Poker

Publié le 13 novembre 2007

High Stakes Poker, diffusée sur le réseau GSN le lundi soir à 21h, présente une partie à l’argent de Hold’em sans limite avec des blinds de 300 $ et 600 $ avec un ante de 100 $. Chaque joueur doit mettre au moins 100 000 $ sur la table pour y participer.
Les producteurs de la très populaire émission, qui en est maintenant à sa quatrième saison, ont décidé de changer la formule pour les sept derniers épisodes de l’année. Depuis le 5 novembre, les joueurs qui veulent s’asseoir à la table doivent apporter avec eux un minimum de 500 000 $, ce qui en fait la plus grosse partie à l’argent jamais télévisée. De plus, un straddle de 1200 $ s’ajoute aux deux blinds habituels pour stimuler encore plus l’action (un straddle est une mise, généralement le double du montant du big blind, que le joueur suivant le big blind peut effectuer avant le flop. Il devient alors le dernier joueur à parler. Cette mise est normalement facultative, mais les joueurs se sont entendus pour la rendre obligatoire).
La plupart des grands noms du poker prendront tour à tour place à cette table dans l’espoir de ramasser leur part du gâteau. Lors de la première émission, ont pouvait voir les joueurs professionnels Antonio Esfandiari, Sammy Farha, David Benyamine, Patrik Antonius, Jamie Gold et Doyle Brunson, et un joueur amateur, Guy Laliberté. Ce dernier est le président et cofondateur du célèbre Cirque du soleil. Même s’il ne joue au poker que depuis quelques années, il a rapidement développé une passion pour le jeu et a déjà obtenu des résultats impressionnants, comme le prouve sa quatrième place au grand championnat du World Poker Tour qui lui a rapporté près de 700 000 $. La fortune de Laliberté est évaluée à un milliard de dollars, alors l’argent en jeu lui importe bien peu. Il participe à l’émission pour le défi et pour avoir la chance d’affronter les meilleurs. Doyle Brunson aurait même lancé à la blague qu’avec les sommes d’argent astronomiques qui sont en jeu, Guy Laliberté était le seul joueur à la table qui avait véritablement les moyens financiers de jouer dans une telle partie ! Monsieur Cirque du soleil a d’ailleurs promis de verser la moitié de ses profits à la fondation One Drop, un organisme de bienfaisance qui travaille pour donner accès à de l’eau potable aux gens dans les pays les plus pauvres.
Alors que plusieurs craignent de voir Laliberté se faire littéralement écraser par les vieux pros comme Brunson ou Greenstein, il se débrouille en fait très bien pour le moment. Toutefois, il faut admettre qu’il reçoit de bonnes cartes et que le tableau est souvent à son avantage, alors il n’a pas encore eu à faire de gros bluffs ou à prendre de décisions difficiles pour remporter une main. Tous les téléspectateurs québécois suivront certainement ses moindres faits et gestes à la table au cours des prochaines semaines.

Comments

Powered by Facebook Comments