Le fisc espagnol à l’assaut des joueurs de poker d’Europe

Publié le 23 août 2018

Selon plusieurs joueurs européens, le fisc espagnol a décidé de lancer une nouvelle offensive afin de récolter leur part du magot de plusieurs gains passés effectués à l’intérieur des frontières du pays. Si plusieurs d’eux ont avoué avoir récemment reçu un avis officiel du fisc par la poste, c’est l’histoire publiée par le site allemand PokerFirma qui a relancé le débat public.

Le site d’actualités a en effet appris que le joueur professionnel Hossein Ensan, lui qui cumule plus de 2.6M$ en gains de tournois, a reçu un avis de cotisation de plus de 272 000 $ pour taxes, frais et intérêts non payés suite à un gain effectué en 2014. Cette année-là, Ensan avait partagé la cagnotte de champion du EPT Barcelone avec deux autres joueurs, empochant 652 667€ au passage.

Après ce gain, Ensan dit avoir contacté les autorités allemandes, payant ce qu’il devait afin de s’assurer d’être en ordre fiscalement parlant. Or, il apprend aujourd’hui que l’Espagne veut sa part du gâteau, le gain ayant été effectué à l’intérieur des frontières du pays. Si la plupart des territoires de l’Union européenne disposent de traités fiscaux adressant cette question afin d’éviter la double taxation, il semblerait que ce ne soit pas le cas entre l’Allemagne et l’Espagne.

D’autres joueurs allemands auraient reçu des avis similaires de la part du fisc espagnol. Patrick Leonard a quant à lui affirmé avoir entendu des histoires similaires pour des joueurs résidant en France, au Danemark et en Italie.

Le fisc espagnol a toujours été particulièrement agressif envers les gains de jeu, pour ne pas dire carrément illogique. On peut notamment rappeler l’histoire du champion d’échecs Francisco Vallejo Pons, lui qui avait migré vers le poker en ligne en 2011. Si ce dernier n’avait jamais véritablement percé ou effectué un profit, le gouvernement espagnol avait néanmoins décidé de le taxer sur toutes ses sessions gagnantes, sans égard à ses perdantes. Malgré une année déficitaire, on lui demandait du coup plus d’un million d’euros en taxes.

Le professionnel espagnol Dragan Kostic a quant à lui été condamné à 18 mois de prison l’année dernière après avoir omis de payer ses taxes sur un gain de 532 000€ au EPT Barcelone 2011.

S’il fallait que le fisc espagnol remporte cette bataille, on pourrait pratiquement sonner le glas de poker de tournoi en Espagne!

Si vous avez des questions relativement aux taxes sur les gains de jeu au Canada et aux États-Unis, nous vous invitons à contacter info@taxesdejeu.ca. La firme québécoise peut notamment vous aider à récupérer toute somme prélevée en taxes sur vos gains de jeu aux États-Unis.

Discutez de la tentative du fisc espagnol de taxer les joueurs de poker d’Europe sur le forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

MOTS CLÉS : Espagne, fisc, impôt, jeu, poker, taxes