Laak VS Polaris

Publié le 21 juin 2007

Les 23 et 24 juillet prochain, à Vancouver en Colombie-Britannique, Phil
‘Unabomber’ Laak et Ali Eslami se mesureront à Polaris, le nouveau robot
(poker bot) mis au point par des ingénieurs de l’Université de l’Alberta.
Ces derniers ont parié 50 000$ que le robot qu’ils ont mis au point
viendrait à bout des deux professionnels au terme d’une sessions de 2000
mains. La variante jouée lors de cette rencontre sera du Texas Hold’Em sans
limite.
En 1997, un robot programmé par des experts a clairement battu, aux échecs,
le champion du monde Garry Kasparov. La même expérience fut réalisée au
backgammon, et le résultat fut le même: victoire de la machine contre
l’humain. Cependant, le poker est un jeu plus complexe. Vous ne connaissez
pas la main du joueur en face de vous, et devez vous baser sur des données
incomplètes pour prendre vos décisions. L’analyse en cours de jeu est bien
différente. De plus, le poker exige une adaption constante au style de
l’adversaire.
En 2005, Phil Laak avait vaincu un robot nommé PokerProBot. Les experts
ayant conçu le programme affirment cependant que le résultat de ce match -
que Laak avait emporté en un peu plus de 300 mains – avait été bafoué par le
hasard. ‘Unabomber’ lui même ne l’a pas nié; son ”adversaire virtuel”
avait manqué de chance à quelques occasions durant le duel. Mais cette fois,
le contexte sera différent. Les concepteurs ont développé un concept de jeu
unique afin de s’assurer que le facteur chance ne prédomine par sur les
habiletés: Dans une pièce, Polaris affrontera Laak. Dans une autre, en même
temps, le robot se mesurera à Eslami. Les cartes distribuées à Polaris lors
de son face à face contre Laak seront celles que Eslami reçoit dans la pièce
voisine. Bref, si Laak est extrêmement chanceux lors de son match, Polaris
le sera face à Eslami dans la pièce voisine. À la fin, le vainqueur sera
celui ayant accumulé le plus de jetons. De cette façon, la chance jouera un
rôle beaucoup moins important dans le résultat de cette rencontre, et c’est
ce que souhaitaient les initiateurs du projet.
À l’heure ou l’on se parle, l’équipe de 15 personnes dirigée par le
Professeur Michael Bowling, est toujours en train de peaufiner Polaris.
Celui-ci possède une mémoire lui permettant d’enregistrer un maximum
d’informations en lien avec certaines situations communes pouvant survenir
au cours d’une partie de poker. C’est souvent grâce à cette mémoire que
Polaris sélectionnera le jeu optimal à effectuer dans une situation précise.
De plus, Polaris a la capacité d’étudier la façon dont son adversaire se
comporte, et ainsi s’adapter au style du joueur auquel il fait face. Cette
habileté était moins présente du côté de PokerProBot, le premier robot que
Laak a affronté.
Contre des humains, Laak affirme qu’un joueur moyen peut être gagnant, très
souvent, en jouant d’une façon très simple, et qu’il suffit de laisser son
adversaire commettre une gaffe coûteuse afin d’en tirer profit. Le problème,
c’est que ces erreurs sont pratiquement éliminées chez les robots bien
programmés. Par exemple, un mauvais joueur peut appeler une trop grosse mise
de l’adversaire avec un tirage à séquence plutôt douteux, ce que Polaris ne
fera jamais. Phil Laak a aussi son opinion: ”Il est difficile de battre la
théorie. J’ai une compréhension solide des concepts de poker et des
mathématiques, mais Polaris a vu plus de mains que je n’en verrai jamais
durant toute ma vie. Nous sommes rendus au point ou l’intelligence
artificielle massacre les mauvais joueurs, bat les intermédiaires, et perd
ou gagne peu contre des adversaires de qualité.”
Il sera très intéressant de connaître le dénouement de ce match hors de
l’ordinaire. PrincePoker.com vous reviendra sur le sujet une fois ce défi
terminé.

Comments

Powered by Facebook Comments

MOTS CLÉS : bot, humain, Laak, machine, Polaris, robot