Hommes ou Machines

Publié le 3 août 2007

PrincePoker vous annonçait, il y a plusieurs jours, la présentation d’un match opposant les humains à la machine. Le duel, divisé en 4 sessions de Limit HE 10-20$ de 500 mains chaque, a finalement couronné les deux joueurs, Phil Laak et Eli Eslami.
Le match était organisé de façon à réduire le rôle du facteur chance. Dans une pièce, Laak affrontait Polaris_1 alors que dans une autre, Eslami se mesurait à Polaris_2. Les cartes que recevaient Laak dans une pièce étaient celles distribuées à Polaris dans son duel face à Eslami. Les cartes communes étaient aussi les mêmes. Ainsi, si l’un des deux humains était extrèmement chanceux pendant une partie, l’ordinateur le serait dans l’autre pièce.
Le robot, Polaris, conçu par une équipe de l’Université de l’Alberta, a légèrement eu le dessus dans le match disputé lundi. Cependant, en analysant les sessions, Polaris avait terminé avec seulement 70$ de plus; soit +395 pour Eslami contre -465 pour Laak. On avait convenu, avant le duel, que 250$ était le minimum requis pour déclarer une équipe gagnante. La marque était donc encore de 0 à 0.
Plus tard dans la journée, on recommençait la même procédure. Cette fois, Laak était dans une salle ouverte au publique, alors que Eslami était installé à l’étage, dans une salle privée. À la main 198, Phil Laak reçu 9s Ts dans le gros blind, contre Qd Th pour Polaris, qui relança. Laak suivit et le flop fut le suivant: 9d Tc 5h, donnant 2 paires à Laak contre la paire supérieure de Polaris. Les 2 checkèrent le flop. Au turn, un 8c tomba et ”Unabomber” misa, avant d’être relancé par le robot. Laak suivit, et la rivière amena une brique. Laak opta pour le check-call et récoltat de pot de 80$. Toutefois, Eslami n’avait pas aussi bien fait. Par exemple, à la main 198 (la même), Polaris est allé chercher une mise supplémentaire au flop, et y est aller d’une sur-relance à la rivière. Au total, 95,5 mises séparaient les équipes, à l’avantage de Polaris. Marque après 2 sessions: 1-0 Polaris, en plus d’un match nul.
Le lendemain, après avoir étudié les données qui leur avaient été remises, Laak et Eslami étaient fin prêts pour démarrer la 3e partie. Une bonne séquence de cartes donna une avance considérable à Laak, soit 1415$. Moins de chance pour Eslami, qui a du s’avouer vaincu dans l’autre pièce, terminant à -635$. Bref, au total de cette session, les humains avaient l’avantage. Marque après 3 sessions: 1 à 1, en plus du match nul.
C’est donc la 4e et dernière session de 500 mains qui allait déterminer qui de l’homme ou de la machine allait être déclaré vainqueur. Eslami réussit à se forger une avance dès le départ, alors qu’à la toute première main, son brelan de 9 tenu le coup face à la paire de valets de Polaris. Eslami garda cette avance toute le match, terminant avec une avance de 460$ sur son opposant virtuel. Laak revint quant à lui avec une avance de 110$. Bref, au total, les humains avaient accumulé 57 petites mises de plus que Polaris, et furent déclarés champions de ce duel infernal par la marque de 2-1.
Pour les intéressés, le site te l’Université de l’Alberta (cs.ualberta.ca) met à votre disposition l’historique complet des mains disputées entre les 2 équipes.

Comments

Powered by Facebook Comments