Golf et Poker, le plaisir d’unifier deux arts

Publié le 7 avril 2010

Le mois d’avril est probablement le préféré de bien des golfeurs.  De par le monde, tous se réunissent pour observer les meilleurs golfeurs arpenter les splendeurs du terrain d’Augusta National, lors du mythique championnat du Master’s.  Pour les joueurs habitant le Nord, c’est aussi la période où la neige quitte les terrains, permettant de renouer avec ses bâtons à l’aube d’une toute nouvelle saison.

De nombreux joueurs de poker partagent également une passion pour le golf.  Bien que les deux activités se différencient vivement dans leur pratique, les qualités nécessaires afin de bien performer sont quant à elles semblables.

Le golf comme le poker demandent une concentration soutenue, ainsi qu’une capacité d’adaptation à chaque situation.    Les deux disciplines demandent de constamment travailler sur son jeu personnel.  Dans les deux jeux, la recherche d’amélioration est constante, alors que la perfection demeure inaccessible.  Ce sont deux arts qu’il faut constamment pratiquer afin de conserver son adresse et dont il faut se passionner pour friser la maîtrise.

Si les joueurs de golf apprécient souvent le poker et vice-versa, alors pourquoi ne pas trouver une méthode afin de jumeler les deux passions ?  Voici un petit jeu original que vous pourrez présenter à vos collègues de foursome lors de votre prochaine ronde :  le poker 3 putts.

Le poker 3 putts est un jeu très simple qui se déroule sur les verts.

Avant le premier neuf trous, chaque joueur place un ante, à la discrétion des joueurs présents.  Au bénéfice de l’exemple, disons que chaque joueur du quatuor dépose dix dollars dans la cagnotte.  En retour, chaque joueur reçoit une carte à jouer, qu’il garde dans ses poches.

À chaque trou, lorsque le jeu se transporte au vert, voici ce qui se passe :

Un joueur prenant 3 putts ou plus doit remettre de l’argent dans la cagnotte.  La somme sera établie avant la ronde.  Un montant de 5$ sera utilisé pour l’exemple.

Il ne se passe rien avec un joueur prenant deux putts.

Un joueur prenant un seul putt peut quant à lui piger une carte additionnelle.

Un chip in vaut quant à lui deux cartes, en plus d’obliger ses adversaires à remettre un 5$ chacun dans la cagnotte.

À la fin du neuf trous, tous les joueurs ouvrent leur jeu.  La meilleure main (de cinq cartes maximum) remporte la cagnotte totale.

Le joueur ayant le mieux performé lors du parcours a donc les meilleures chances de remporter la cagnotte.  Néanmoins, la chance joue son rôle.  En effet, un joueur ayant pigé un As et n’ayant réussi à obtenir aucune nouvelle carte pourrait tout de même battre un joueur ayant six ou sept cartes, mais n’ayant complété aucune paire, puis n’ayant pas d’as en main.

Dans cette version du poker, cinq cartes ne sont pas nécessaires.  Par contre, elles sont considérées sur la force de la main finale.

Exemple :

A-6-2 bat un joueur qui n’a qu’un As en main

A-K bat un joueur qui a A-Q-J-5-3 en main

A-Q-8 bat un joueur qui a A-Q en main

A-Q-T-7-5-4 égalise contre A-Q-T-7-5-2

Une suite et une couleur demandent évidemment cinq cartes.

Le jeu recommence selon les mêmes règles pour le deuxième neuf trous.

Ce petit jeu s’aura certainement apporter une dynamique nouvelle à vos parties !  Vos putts n’auront jamais semblé si importants.

Discutez de cet article sur notre forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments