PrincePoker, plus que de la chance

Suivre PrincePoker

  • Suivre PrincePoker sur Facebook
  • Suivre PrincePoker sur Twitter
  • S'abonner au flux RSS de PrincePoker
  • S'abonner au canal Youtube de PrincePoker
88$ Free (Canada Only)
+ Répondre au sujet
Affiche les résultats de 1 à 6 sur 6
  1. #1

    11 choses que je ne ferais plus au poker



    Mike Caro est reconnu comme l'un des plus grands experts en terme de stratégie de poker, de psychologie et de statistiques. Reconnu comme "Le génie fou du poker" (The Mad Genius of Poker), Doyle Brunson dit de lui: "Mike Caro a enseigné à plus de joueurs à gagner au poker que quiconque dans l'histoire.» L'Université de Poker de Mike Caro, la stratégie de jeu et de vie (MCU), est accessible en ligne via www.poker1.com

    Un article par le génie fou du poker - The Mad Genius of Poker- , Mike Caro.

    J'ai repensé à ma vie en tant que joueur de poker. Aujourd'hui, je suis tellement impliqué dans mon Université de Poker, dans la consultation, dans la production et publication vidéo, puis à faire de la recherche que je joue seulement environ 50 fois par an. J'ai l'habitude de jouer à partir du 75 $ - 150 $ jusqu'au 200 $ - 400 $ limite, rarement plus haut, des enjeux que je peux facilement me permettre. Mon style de vie ne va jamais changer pour le meilleur ou pour le pire à la suite d'une seule nuit de poker.

    Je suis plus vieux et plus sage que je l'étais gosse, quand je risquais mon bankroll à la simple ombre d'un défi, comme un pistolero du Far West appelé à la rue principale pour une épreuve de force au coucher du soleil. Quelqu'un doit mourir. Ce ne doit pas être moi. Aucune raison pratique pour ce combat. Ego contre ego. Aucune raison. On risque tout. Sois un homme. Aucune raison. Sois fort. Aucune raison. Oui, je me souviens, mais j'ai survécu ces jours, et maintenant ces jours sont morts pour moi. Leur passage il y a plusieurs années m'a fait sentir plus en sécurité, mais aussi plus triste. Il y avait des moments exaltants mélangés avec des risques monumentaux. J'aimais cela ainsi jadis. J'aime mieux les choses telles quelles sont maintenant.

    Et maintenant, je m'assois afin de dresser la liste des choses que je ferais différemment si je devais vivre ma vie au poker à nouveau. Laissez-moi réfléchir. Eh bien, je parie que je ne serai pas en mesure de tout mettre sur cette liste, mais je vais essayer de frapper sur autant de choses que je peux. Voici la liste:

    1. Je n'entrerais pas dans des parties qui m'inquiètent. Dans le vieux "Gardena", la tricherie était monnaie courante. Vous distribuiez vos propres cartes, et tous ne distribuaient pas équitablement. Ce ne sont pas tous les paquets qui demeuraient non marqués. La collusion entre les joueurs était légendaire. J'étais imprudent. En tant que joueur honnête, je ne croyais pas que les tricheurs aient le droit de s'infiltrer dans mes parties. Même quand j'étais pratiquement certain que j'étais victime d'une arnaque, je restais simplement assis et bouillonnant. Je savais vaguement ce qui se passait, mais je détestais toujours me sauver.

    Parfois, je pouvais passer des mois à construire un bankroll confortable dans des parties honnêtes, seulement pour être attiré dans une partie frauduleuse. Si je devais le refaire, je fuirais ces parties.

    2. Je ne considérerais plus la gestion de la salle de poker comme contradictoire. Il existe un partenariat entre un joueur de poker professionnel et la gestion des salles de poker. Les deux font de l'argent de la même entreprise, et ils ont besoin que cette entreprise soit rentable. Dans mes premières années, je voyais la gestion comme une force extérieure, avec des intérêts différents des miens.

    Si je devais le refaire, je bâtirais des relations durables avec la direction du casino dès le tout début, et je ferais tout mon possible afin de faire de la salle de poker un succès.

    3. Je ne donnerais pas d'argent de jeu aux femmes afin de sauter les préliminaires. Dans les années 70, il était facile de rencontrer des femmes. Les histoires d'un soir étaient monnaie courante. Je ne cherchais pas de relations durables. Ces temps fous! Une autre planète. Il fallait y être pour comprendre. Une des façons les plus rapides afin de sauter les préliminaires de base cherchant à se familiariser avec l'autre était de montrer aux femmes que j'avais foi en elles en tant que joueuses en leur donnant de l'argent pour jouer au poker. J'avais l'habitude de récupérer la moitié de ce qu'elles pouvaient alors gagner. Le problème est, elles ne gagnaient pratiquement jamais, et j'en suis venu à croire qu'elles n'étaient pas toujours honnêtes sur leurs vrais résultats. En outre, l'ensemble de ces relations à court terme commençait par un mensonge - celui que je croyais qu'elles pouvaient gagner au poker. Habituellement, je n'en croyais pas une miette. Si je devais le refaire, je passerais un peu plus de temps, mettrais un peu d'argent de côté, puis j'irais au cinéma ou au restaurant comme tout le monde.


    4. Je n'écrirais pas de livres. Croyez-le ou non, je n'ai jamais voulu écrire des livres de poker. J'ai fait beaucoup de recherche, et ça prenait un temps fou. Les livres rendent les gains faciles pour les autres. Je n'avais pas envie de partager cette information. Toutefois, en 1977, le double champion du monde Doyle "Texas Dolly" Brunson m'a invité à contribuer à sa future bible du poker: Super / System - Un Cours en Power Poker. Après cela, mon vœu de silence était rompu, et j'ai décidé de continuer à aider les joueurs qui n'avaient pas l'occasion d'effectuer des recherches à gagner.

    Ce fut enrichissant et j'aime l'enseignement, l'écriture et les conférences. Cependant, si je devais le refaire, je crois que je resterais simplement hors scène et je ne laisserais pas les adversaires savoir quelles sont les stratégies que j'utilise. Bien entendu, cela suppose que je voudrais rester un joueur de poker relativement inconnu pour le reste de ma vie. Il y a, je l'avoue, des avantages financiers à la voie que j'ai prise. Pourtant, le poker était plus simple avant que je partage certains secrets.

    5. Je ne répèterais pas ma phase FPS. J'enseigne d'éviter le FPS, ce qui signifie "Fancy Play Syndrome". C'est là que vous choisissez les jeux plus sournois , plutôt que les plus rentables, afin d'impressionner vos adversaires. J'en ai souffert moi-même depuis de nombreuses années.

    Si je devais le refaire, je ne voudrais pas essayer d'impressionner mes adversaires de poker. Je me satisferais simplement de gagner leur argent.

    6. Je ne jouerais pas au-delà des capacités de mon fonds de roulement. Lorsque vous jouez trop haut pour vous bankroll, vous perdez fréquemment et devez reconstruire. L'effet net est que vous gagnez moins d'argent que vous le feriez si vous étiez plus prudents.

    Si je devais le refaire, je ne risquerais pas plus de 10 pour cent de ma bankroll sur une session de poker unique. Habituellement, le montant serait beaucoup plus faible que cela.

    7. Je ne dépenserais pas trop d'argent de mon fonds de roulement. Les joueurs de poker ont tendance à sous-estimer le montant d'argent dont ils ont besoin pour couvrir une mauvaise série de cartes. Ils construisent un bankroll de $ 40,000, dépensent 25,000$, perdent 15.000 $, et se retrouvent en faillite, même s'ils sont gagnants.

    Si je devais le refaire, je serais beaucoup plus avare en gardant mon bankroll ridiculement garni. Je crois que les profits en extra proviennent d'un confort en extra.

    8. Je ne montrerais pas mes gains et ainsi me faire voler. L'une des sensations fortes pour moi était de transporter environ 40.000 $ dans mes poches alors que les médecins et les avocats autour de moi pouvaient ne pas être en mesure de produire une seule facture de 100 $. Cela me faisait sentir riche, et j'aimais montrer mon argent. Bien sûr, beaucoup de mes adversaires avaient beaucoup plus d'argent que ce que j'avais quand j'étais jeune. Ils ne transportaient tout simplement pas la totalité de leurs actifs dans leurs poches de pantalon.

    Cette exposition de jeunesse de fausse richesse m'a amené à être ligoté et volé à main armée à deux reprises. Et je ne pense pas que j'aie impressionné beaucoup de gens! Si je devais le refaire, je ne montrerais plus mon argent. Si je ne l'avais pas fait, peut-être que je n'aurais pas été volé.

    9. Je ne serais pas gêné de descendre de limite. Une des pires choses que les joueurs peuvent faire est de tester une limite plus élevée parce que cette limite semble rentable à ce moment, pour ensuite refuser de retourner à leur limite précédente lorsque les conditions se détériorent. L'ego nous fait croire que nous sommes désormais des joueurs de 5 $ - 10 $ ou des joueurs de 20 $ - 40 $, ou des joueurs de 200 $ - $ 400. Une fois que vous vous êtes vous-même établi à cette limite, il peut être psychologiquement dommageable de redescendre. Redescendre est embarrassant. Voilà comment je me sentais souvent quand j'étais plus jeune.

    Si je devais le refaire, je voudrais simplement trouver le jeu le plus rentable à n'importe quelle limite que mon bankroll pourrait justifier, et si elle s'avérait être une plus petite limite qu'à la normale, je me ficherais de ce que les autres pensent. Souvent, il peut y avoir plus de profit dans une 40 $ - $ 80 que dans une 200 $ - $ 400, ou dans une 2 $ - $ 4 qu'une $ 10 - $ 20. Cela dépend de qui joue.

    10. Je ne brûlerais pas d'argent. Je suis connu pour avoir accepté un match et avoir brûlé des billets de 100 $ à la table de poker. Je l'ai fait pour convaincre les adversaires que je ne me souciais pas de l'argent et, par conséquent, acquérir une position dominante psychologiquement parlant.

    Si je devais le refaire, je ne brûlerais que des billets de 20$. C'est plus rentable et réalise pratiquement le même résultat!

    11. Je n'aurais pas été le "Harlem Globetrotters" du poker. Plusieurs fois, j'ai joué au poker juste pour faire un spectacle. Parfois, je le fais encore aujourd'hui. Je tiens à prouver ma supériorité en faisant des choses magiques que personne d'autre n'aurait envisagées. C'est ce que j'appelle "faire du poker-spectacle". Même si je suis habituellement capable de gagner, malgré le sacrifice, j'aimerais être de nature un peu plus conservatrice. Si je devais le refaire, je jouerais presque toujours purement pour le profit, pas pour montrer à quel point je suis bon.

    Mais, si je n'avais pas fait toutes ces choses, je ne pourrais pas écrire ceci pour vous aujourd'hui. Peut-être que je vivrais dans une ville différente, lisant un journal différent, et conduisant des chemins différents vers le centre commercial. Peut-être que je ne serais pas connu comme un joueur de poker. Peut-être que je ne serais pas moi. - MC







    Discutez de la liste des choses à ne plus faire au poker par Mike Caro sur le forum de discussion



    Les faussetés du poker sans -limite



    J'aime à réfléchir sur les choses. Pourquoi même le plus intelligent des chiens, comme un berger allemand par exemple, n'arrive-t-il pas à comprendre les statistiques? Des trucs comme ça.



    Si vous avez immédiatement conclu que cette réflexion est une perte de temps, vous avez probablement décidé avec sagesse qu'ils ne le peuvent pas parce "qu'ils ne le peuvent pas", puis avez passé à autre chose dans votre vie. Ce n'est pas mon cas.



    Marooned

    Ma vie est alors foutue et l'a été ainsi pendant des décennies comme je lutte, souvent futilement, afin de saisir le «pourquoi» au-delà de l'évidence. La partie la pire est que parfois, après avoir passé 12 heures à penser plus profondément que de la merde de baleine, je n'arrive toujours pas à esquisser une réponse.

    J'appelle cela une journée complète et j'ai alors le sentiment que j'ai accompli beaucoup de choses. Non, je ne fume rien, mais merci de vous en préoccuper.



    Qu'est-ce que cela a à voir avec le poker? Rien du tout, sauf peut-être que l'une des choses qui occupe mon esprit récemment est la nature contrastée entre le poker limite et sans limite.



    Il existe de nombreuses théories concernant les différences entre le limite et le sans limite. Il y a aussi tous les semblants de conseils qui tombent à court d'être de la théorie, parce qu'ils semblent n'avoir aucune raison rationnelle exigeant leur énonciation. Aujourd'hui, je vais brièvement aborder trois de ces fausses idées sélectionnées. Dans l'avenir, je pourrai en examiner d'autres plus en détail, mais pour l'instant, nous allons nous concentrer sur certains malentendus fondamentaux.



    Le poker sans limite est plus noble



    Une fois, j'ai entendu la femme d'un homme rétorquer avec une fierté claire dans sa voix quand un ami lui a dit qu'il était dans une partie de Stud 7 cartes 50$/100$. "Bill lui est dans une partie sans limite là-bas" comme si cette partie avait un prestige particulier.

    Cette partie en particulier était une hold'em sans limite avec des blinds de 2$/5$ et conséquemment, était beaucoup plus petite que la partie limite de stud 50$/100$. La plupart des joueurs expérimentés comprennent que c'est une idée fausse de penser à l'expression «sans limite" de cette façon. "Sans limite" ne décrit pas la grosseur d'une partie de poker.



    L'expression décrit seulement le type de paris.

  2. #2
    payer les femme et bruler des billet de 100 loll .

  3. #3
    ce gars la a du avoir une vie de fou!!!

  4. #4
    conseils puissants.. j'avoue me reconnaitre dans qques points

    Mike Caro j'en suis trop fan, c'est le Hubert Reeves du poker

  5. #5

  6. #6
    Administrator hibou jouit d'une renommée au-delà de la renommée hibou jouit d'une renommée au-delà de la renommée hibou jouit d'une renommée au-delà de la renommée hibou jouit d'une renommée au-delà de la renommée hibou jouit d'une renommée au-delà de la renommée hibou jouit d'une renommée au-delà de la renommée hibou jouit d'une renommée au-delà de la renommée hibou jouit d'une renommée au-delà de la renommée hibou jouit d'une renommée au-delà de la renommée hibou jouit d'une renommée au-delà de la renommée hibou jouit d'une renommée au-delà de la renommée Avatar de hibou
    Inscrit
    Jan 2004
    Lieu
    St. Lin
    Messages
    10 384
    Billets dans le blog
    26
    Citation Envoyé par Triality Voir le message
    conseils puissants.. j'avoue me reconnaitre dans qques points

    Mike Caro j'en suis trop fan, c'est le Hubert Reeves du poker
    J'adore Caro! De là à en faire un grand génie sans failles il y a toutefois une large marge. Par contre, il est tellement différent et plus simple comme tu le dis. Le lire est toujours plaisant.

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages