Vous voyagez pour jouer?

Publié le 16 janvier 2011

par Hibou

L’idée m’est venue suite à un post de membre cette semaine. Pour les habitués, la question semblait bien simple. En réalité, ce n’est pas vraiment simple. Même que souvent les propositions sont complexes et nébuleuses. Résultat? Les casinos se privent de revenus, les clients passent à côté de bonnes occasions d’économiser. Et nous savons tous ce que des gamblers peuvent faire avec leurs économies!

Le membre en question vient d’atteindre l’âge tant attendu pour un joueur, soit 21 ans. Enfin éligible à aller visiter la Mecque du poker, Las Vegas! Et comme tout individu de moins de 83 ans, sa première réaction fut d’aller s’enquérir en ligne des différents forfaits disponibles pour quelqu’un comme lui.

Sans lui avoir demandé, j’imagine un peu son cheminement. Google, Expedia, sites des casinos directement, le grand tour quoi! Et il nous revint sur PrincePoker plus mélangé que jamais. Voici une partie de son thread :

caesars palace
Poker Room Rate: Yes
Daily Room Rates:
$139 (Sunday -Thursday)
$239 (Friday & Saturday)

Daily Play Requirement:
6 hours

Est-ce que qu’il faut payer si on dépasse le tempe ou c’est eux qui nous donnent un bonus ?

De toute évidence, ses recherches avaient créé plus de questions que de réponses! Et c’est la faute des casinos à 100%! Je vais donc tenter de faire un peu de clarté dans ce drôle de dossier. Partout où un joueur va, il peut jouir de bonnes économies et la grande majorité passe à côté. Étonnamment, les meilleurs, les plus gros joueurs, même les plus expérimentés laissent dans les coffres des casinos plusieurs dollars qui devraient se retrouver dans leurs propres poches.

Je vais donc tenter de résumer en première partie «  l’expérience voyage » pour revenir en seconde partie avec des exemples plus concrets. Tirer vous une bûche, on en a pour un petit bout.

L’ offre casino

De tout temps, la compétition a engendré les offres spéciales. L’influence gangster de Vegas dès ses premiers jours en a rajouté. Ce qui fait de cette ville une incroyable destination lorsque nous savons quand et comment y aller. Premier concept à comprendre : les divers casinos de Las Vegas dépendent de 2 choses, le jeu et les conventions. Donc, lorsqu’ils ne tiennent pas de congrès, leurs chambres sont à louer à des joueurs. Lorsqu’une convention remplit la ville, tel le CES ( Consumer Electronic Show ) en début janvier, les chambres, lorsqu’il en reste, sont affichées à des prix ridicules.

Pour illustrer ce ci, voici, en série, les prix demandés par le Aria, nouvel hôtel casino 5 étoiles, pour les 8 lundis de Mars et Avril : 209$-209$- 309$-209$- 199$- 289$- 139$- 149$

Pour les mêmes dates, le Mirage, 4 étoiles affiche ces prix : 119$- 169$- 329$- 169$- 119$- 213$- 99$- 99$.

Comme vous voyez, il n’y a aucune suite logique. Et une recherche sur d’autres hôtels pour les mêmes dates vous donnera des résultats similaires. Pourtant, Vegas en fin avril est un paradis. Par contre, en début Mars, la ville est bien ordinaire. Pourquoi donc y aller la troisième semaine de Mars ou la seconde d’avril? Vous trouveriez une ville chère, où les restos sont pleins, mais les tables de jeu vides. Les congressistes, c’est connu, ne jouent pas ou peu.

Donc votre première tâche avant de céduler votre voyage consiste à identifier une semaine où les prix sont bas. Étrangement, ce sont aussi les semaines qui offrent le plus de jeu aux tables. Évidemment, les fins de semaines sont bien différentes des lundis à jeudi. Si vous êtes à Vegas une fin de semaine, les fluctuations de prix existent encore, mais les tables seront probablement toujours bien pleines.

Vous aurez bien sur compris que les casinos tiennent à remplir leurs chambres, et du même coup leurs restos, tables et boutiques lorsqu’ils ne reçoivent pas de congrès.

Par contre, lorsque Jon touriste décide de ses dates, la partie n’est pas gagnée pour le casino. Chaque hôtel casino doit maintenant tenter d’attirer Jon chez lui. Et comme je le disais au début, ils font une job atroce à ce niveau. Votre seconde tâche est donc de décortiquer les offres de chacun de ces merveilleux casinos. D’ici avril, nous devrions être en mesure de produire un guide à ce sujet. Mais ce n’est pas aisé, même pour nous. Les casinos diffusent leurs infos uniquement sur demande à toutes fins pratiques. Le vingtième siècle est encore bien présent  dans la majorité de ces compagnies. Même avec la récession qui les frappe durement, leur marketing n’a jamais vraiment su s’ajuster, surtout pour attirer des joueurs.

Première chose à faire? Bien sur déterminer les dates de notre voyage. Seconde étape? Trouver un hôtel qui nous convient!  Un endroit où tous les membres de notre groupe seront heureux. Par exemple, l’un de mes bons amis a la permission de son épouse de descendre à Vegas chaque été, avec elle et les petites bien sur, en autant qu’il séjourne au Mandalay Bay. Madame aime bien les piscines et la garderie du Mandalay Bay! Dans son cas, il ne reste qu’à négocier le prix de la chambre avec monsieur Mandalay un prix convenable, un prix plus bas encore que ce qu’il aurait trouvé sur le net en allant simplement sur le site de l’hôtel.

Donc, un site comme Expedia constituera sa seconde place à rechercher. Mêmes dates, avec et sans avion. De cette manière, il connait le prix de l’avion seul. Ensuite visite de sites de compagnies d’avion. Pour un Montréalais par exemple, WestJet offre souvent le meilleur prix et permet de négocier le prix de la chambre plus aisément séparément. Mais toutes les compagnies aériennes offrent d’excellents prix régulièrement. Il s’agit donc de planifier à l’avance.

Prochaine étape, voir ce que l’hôtel offre à ses divers clients. Parce que, bien sûr, louer une chambre ne vous oblige pas à y rester! Ils doivent donc vous inciter à y jouer aussi, et conséquemment à y dépenser une bonne proportion de votre budget.  Si vous y jouez, vous y mangerez, boirez et magasinerez plus qu’ailleurs.  Ce qui nous amène aux fameux room rates dont notre gars de 21 ans nous parlait.

En gros, tous les hôtels de Las Vegas  sauf une poignée appartiennent à l’une ou l’autre de deux compagnies : Mirage Corporation ou Caesars Entertainment. Et tous les hôtels casinos offrent des cartes de fidélité. C’est vrai à Londres, Paris et Montréal, c’est aussi vrai à Los Angeles, Atlantic City et Las Vegas. Plus vous jouez, plus vous obtenez de spéciaux et de dollars. Vous devez donc en demander une (elle est gratuite ) à votre arrivée. C’est elle qui vous espionne tout au long de votre périple.

Les poker rooms ont aussi un autre moyen de vous attirer. Si vous leur dites que vous voyagez et resterez dans leur hôtel-casino pour jouer surtout, ils sont prêts à vous accorder un taux préférentiel pour votre chambre. Pourvu que vous respectiez certains critères, vous recevrez des avantages proportionnels.

Pour les joueurs de poker, la bible des poker rooms est le site allvegas.com, http://www.allvegaspoker.com/

Ce site, mis à jour régulièrement et coté par les joueurs eux-mêmes, offre toutes les infos pertinentes pour un joueur. Ne cherchez pas ailleurs, vous ne trouverez rien de proche à la qualité des infos contenues ici.

Armés de ces renseignements, vous semblez capables de désigner votre salle. Dans la seconde partie nous verrons comment et pourquoi. Nous verrons aussi la différence entre un joueur de poker et un joueur de casino. Une énorme et souvent mal comprise différence!

Discutez des voyages poker ou de jeu en général sur le forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
Terminés, les téteux de drinks aux machines vidéo-poker de Las Vegas!
Un terrain de choix à vendre sur la Strip de Las Vegas
Le nouveau méga casino de 4MM$ sur la Strip: pas avant 2020
Pourriez-vous manger 1 000 $ de McDonald’s en 36 heures?
Hard Rock s’installera à Ottawa en partenariat avec la piste de course de Rideau Carleton
HAUT DE LA PAGE