Le jeu en ligne aiderait les gros casinos, mais nuirait aux petits

Publié le 12 septembre 2010

Selon un article récent du Las Vegas Sun, la régulation du jeu en ligne aux États-Unis serait bénéfique pour les plus gros casinos du pays, tandis qu’elle donnerait un dur coup aux plus petits.

La raison de cette conclusion est simple:  l’attrait d’un Casino réel dépend de sa situation géographique, puis de la relation de fidélité qu’il peut établir avec sa clientèle.  En ligne, l’attrait crée des monopoles autant qu’il en dépend.  Les grosses marques sont pratiquement assurées d’engloutir les plus petites.

Les avis demeurent très polarisés sur ce débat, y compris à l’intérieur de l’industrie elle-même.  Certains voient le jeu en ligne comme le coup fatal qui mettra éventuellement fin aux activités rentables en casino classique.  D’autres, au contraire, estiment qu’il s’agit du renouveau nécessaire afin de sauver, puis faire progresser l’industrie.

Le Sénateur du Nevada Harry Reid aura une position clé sur le statut futur du jeu en ligne dans l’État, advenant une légalisation au niveau fédéral.  S’il dit supporter l’idée du jeu en ligne dans sa forme, il promet de s’opposer à tout projet qui ne protègerait pas les emplois des citoyens du Nevada.

La plupart des petits Casinos estiment qu’ouvrir le marché en ligne leur fera perdre une partie de leur précieuse clientèle.  De plus, ils disent ne pas avoir le volume ni les moyens pour espérer percer en ligne, comme pourront le faire les géants de l’industrie.   Les géants rétorquent que des logiciels clients de casinos en ligne centraux, comme c’est le cas avec les réseaux de poker en ligne actuels, pourraient être offerts à ces casinos à peu de frais.

Harrah’s Entertainment est l’un de ces acteurs soutenant activement le projet e régulation du jeu en ligne.  Selon une étude qu’ils ont commandée à McKinsey & Co, le jeu en ligne pourrait tripler la valeur du marché du jeu plutôt que de le cannibaliser, résultant en de plus hauts profits dans les casinos américains dans leur tout.

L’attrait du jeu en ligne pour les casinos réels est alléchant.  Il s’agit d’une porte d’entrée vers une clientèle plus jeune, celle qui fait défaut sous le modèle actuel.  De plus, si l’établissement d’un casino réel coûte au-delà de 100 millions de dollars, quelques millions suffisent afin de mettre sur place un Casino virtuel.

Les défendeurs du jeu en ligne soulèvent cette indubitable vérité:  les compagnies qui ne sont pas adaptées à l’ère d’internet ont souvent péri, alors que celles ayant pris les mesures afin d’étendre le potentiel de vente en ligne ont multiplié leurs profits.   De plus, un casino en ligne demande de nombreux employés afin de gérer les comptes joueurs.  On rétorque donc que plutôt que de perdre des emplois, de nouveaux seraient créés au Nevada.

Néanmoins, les craintes des petits casinos restent pertinentes, alors qu’une présente forte en ligne est un v?u semblant bien irréaliste.  Bill Eadington, directeur de l’Institut de l’étude sur le jeu et son industrie affirme:  “La technologie virtuelle favorisera quelques larges organisations plutôt que l’industrie entière, un peu comme Microsoft, Google et Yahoo versus les autres compagnies de la même nature sur le net.”

N’empêche que le pouvoir décisionnel ainsi que les lobbies l’influençant sont constitués des plus gros joueurs de l’industrie, non pas des autres.  On peut donc croire que le point de vue en faveur du jeu en ligne sera prédominant advenant un réel débat, si jamais le projet de loi proposé HR 2267 devait être instauré.

Discutez des conséquences du jeu en ligne sur l’industrie des Casinos sur le forum de discussion

Comments

Powered by Facebook Comments

Autres nouvelles dans cette catégorie
Terminés, les téteux de drinks aux machines vidéo-poker de Las Vegas!
Un terrain de choix à vendre sur la Strip de Las Vegas
Le nouveau méga casino de 4MM$ sur la Strip: pas avant 2020
Pourriez-vous manger 1 000 $ de McDonald’s en 36 heures?
Hard Rock s’installera à Ottawa en partenariat avec la piste de course de Rideau Carleton
HAUT DE LA PAGE